Vaccins obligatoires pour les nourrissons : le bilan de la première année

30 Juin. 2020

Depuis le 1er janvier 2018, le nombre de vaccins obligatoires pour les bébés âgés de moins de deux ans est passé de trois à onze (diphtérie, tétanos, poliomyélite, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type B, méningite, pneumonie et septicémie à pneumocoque et méningite et septicémie à méningocoque C). Cette mesure a-t-elle été efficace ? Le ministère de la Santé et de la Solidarité vient de publier le bilan de la première année de cette extension d’obligation vaccinale. Celui-ci montre une augmentation des couvertures vaccinales pour tous les vaccins des enfants nés en 2018 par rapport à ceux nés en 2017.

« Les couvertures vaccinales pour les rappels et les vaccinations de la seconde année de vie n’ont pas encore atteint l’objectif de 95 %. Mais l’âge maximum des enfants (17 mois) au moment de l’estimation de la couverture vaccinale peut expliquer ce résultat » souligne le ministère, qui attend une amélioration de la couverture au fur et à mesure que ces enfants vont grandir et entrer en collectivité.

Zoom sur la couverture vaccinale

Environ 1,5 million d’enfants de moins de 2 ans sont concernés par la vaccination obligatoire chaque année selon l’ANSM. Selon ce rapport :

  • La vaccination hépatite B pour la première dose est passée de 90,5 à 96,3 % et pour la troisième dose de 83,1 à 89,4 %.
  • La vaccination contre le pneumocoque pour la première dose est passée de 98,1 à 99,5 % et pour la troisième dose de 88,3 à 90,1 %.
  • La vaccination contre le méningocoque C pour la première dose est passée de 35,5 à 75,8 % et pour la seconde dose à 12 mois de 72,5 à 76,8 %.
  • La vaccination contre la rougeole, pour la première dose est passée de 86,2 à 87,6 %.

Des effets indésirables chez 203 nourrissons

Le bilan recense aussi l’ensemble des déclarations d’événements ou effets indésirables notifiés au réseau national des Centres Régionaux de Pharmacovigilance (CRPV) de 2012 à 2017, soit avant l’extension de l’obligation vaccinale, mais aussi lau cours de la première année de mise en œuvre (2018).

  • Au total, 203 nourrissons vaccinés en 2018, âgés entre 0 et 23 mois, ont fait l’objet d’une notification pour avoir manifesté un ou plusieurs effets ou événements indésirables.
  • Parmi les notifications, 150 notifications (74 %) avaient été effectuées par les professionnels de santé alors que les 53 restantes (26 %) provenaient de l’entourage du nourrisson.
  • En 2018, parmi les 203 notifications, 122 d’entre eux ont été qualifiés de cas « non graves » et 81 de cas « graves », principalement des troubles d’ordre général, essentiellement de la fièvre, des affections du système nerveux à type de convulsions majoritairement fébriles et d’épisodes d’hypotonie et des affections cutanées, principalement des rashs.

A lire aussi :

  • Vaccin coronavirus : 8 questions pour comprendre
  • Se faire vacciner contre le coronavirus : un quart des Français dit non
  • Le vaccin contre la grippe est-il (vraiment) sûr ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Ecoutez & Regardez

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

32,90€

Avec qop finies les crèmes, optez pour une solution à diluer pour plus d'efficacité et moins de contraintes. Soin du visage anti-rides et anti-âge, résultats visibles au bout de 30 jours.

Boîte de 30 sticks. Livraison gratuite à partir de 50€ d'achats *

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Quantité

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer