qop

Vaccin AstraZeneka : le “Oui mais…” de la HAS

19 Mar. 2021

Nous recommandons la reprise “sans délai” de la vaccination avec AstraZeneka chez les plus de 55 ans, a indiqué ce vendredi la HAS lors d’une conférence de presse. “Le vaccin est un bon vaccin”, selon Dominique Le Guludec, Présidente de la HAS. Pour l’heure, le gouvernement n’a pas indiqué s’il allait suivre la recommandation de la HAS.

Hier, l’Agence européenne du médicament (EMA) a livré ses conclusions suite à la suspension du vaccin AstraZeneka dans plusieurs pays européens. Le vaccin AstraZeneka est un vaccin efficace et sûr, ses avantages vont au-delà des risques potentiels, a déclaré Emer Cooke, la directrice de l’EMA, soulignant qu’il est “sûr pour protéger les citoyens contre le covid-19”, qui a fait 2 500 décès en Europe la semaine dernière. Toutefois, elle a ajouté que si “le vaccin n’est pas associé à une augmentation globale des événements de caillots sanguins”, des rares cas de thromboses “inhabituelles” vont toutefois donner lieu à des évaluations approfondies. En effet, sur la base des preuves disponibles, il n’est à ce stade pas possible “d’exclure définitivement un lien entre ces cas et le vaccin.”

C’est sur ce deuxième point de la conclusion de l’EMA que la HAS s’est appuyée pour revoir la cible pouvant bénéficier du vaccin AstraZeneka.

Premier point : il n’y pas d’augmentation du risque global d’événement thrombo-embolitique “classique” (phlébites, embolie pulmonaire, etc.) autrement dit, les avantages du vaccin l’emportent sur les événements indésirables.

Deuxième point : sur environ 20 millions de personnes vaccinées, 25 événements rares (3 en France) et “atypiques” ont été signalés (thromboses veineuses cérébrales et coagulation intravasculaire disséminée ou CIVD) et entrainé 9 décès, chez des personnes de moins de 55 ans et dans la quasi majorité des cas, des femmes. La possibilité d’un lien entre ces deux événements et la vaccination ne pouvant être à ce stade écarté.

En France, au 16 mars 2021, un cas de CIVD (femme de 26 ans) deux cas de TVC sans thrombopénies associées (homme de 51 ans et femme de 24 ans) ont été signalés pour 1,4 millions doses du vaccin AstraZeneca administrées. Au Royaume-Uni, au 18 mars 2021, sur plus de 11 millions de personnes vaccinées par le vaccin AstraZeneca, en majorité les personnes âgées de plus de 65 ans, 4,5 cas de TVC ont été signalés”, précise la HAS.

Par ailleurs, l’EMA a comparé l’incidence de ces cas rares en population générale et a estimé le sur-risque à 5 pour les CIVD et à 8 pour les thromboses cérébrales, ainsi que l’explique la HAS : “En prenant comme référence l’incidence observée de ces évènements avant la pandémie de Covid-19 chez les personnes de moins de 50 ans, le PRAC a estimé que l’on aurait pu s’attendre en moyenne, au 16 mars 2021, à moins d’un cas de CIVD et à 1,35 cas de TVC dans la population vaccinée alors que respectivement 5 et 12 cas ont été signalés dans cette tranche d’âge. Ceci correspond à un risque 5 fois plus élevé pour la CIVD et 8 fois plus pour la thrombophlébite cérébrale. Le PRAC précise qu’un tel déséquilibre n’a pas été observé dans la population plus âgée vaccinée par AstraZeneca (toujours versus la population du même âge avant COVID).”

“Sur ces deux éléments de sur-risques et dans la mesure où cette prudence n’entrave pas la campagne de vaccination, nous préférons attendre des données plus précises pour les plus jeunes”, a indiqué Dominique Le Guludec.

En résumé, “compte tenu du déroulement de la campagne vaccinale, qui va concerner au cours des deux prochains mois les populations âgées et de l’existence d’alternatives pour les plus jeunes, la HAS recommande à ce stade de n’utiliser le vaccin AstraZeneca que pour les personnes âgées de 55 ans et plus, qui constituent la très grande majorité des personnes prioritaires actuelles. Dans l’attente de données complémentaires la HAS recommande donc d’utiliser les vaccins à ARNm chez les personnes éligibles à la vaccination âgées de moins de 55 ans.”

La HAS déclare enfin qu’elle pourra être amenée à revoir ces recommandation, selon les informations plus précises disponibles dans les semaines à venir.

Que faire si vous avez déjà reçu une première dose ? La HAS donnera “très prochainement” un avis, mais rappelle qu’un intervalle de 12 semaines est à respecter entre les deux doses, ce qui laisse encore le temps.

Pourquoi le vaccin AstraZeneka est-il suspendu dans certains pays ?

Lundi, Emmanuel Macron avait lui-même annoncé cette suspension de vaccination suite à la survenue de cas inattendus d’événements thromboemboliques et de troubles  de la coagulation dans plusieurs pays européens : “La décision qui a été prise(…) est de suspendre, par précaution, la vaccination avec AstraZeneca, en espérant la reprendre vite si l’avis de l’EMA le permet.”

D’autres pays européens, dont l’Allemagne et l’Italie, ont également fait de même à titre préventif. L’Autriche avait également annoncé lundi avoir cessé d’administrer un lot de vaccins produits par le laboratoire anglo-suédois, après le décès d’une infirmière de 49 ans qui a succombé à de “graves troubles de la coagulation” quelques jours après l’avoir reçu.

Invité sur France Inter mardi matin, le Pr Alain Fischer avait justifié cette suspension : “Il y a eu de nouvelles alertes venues d’autres pays européens, notamment hier, avec des anomalies de la thrombose un peu atypiques, qui suggèrent, même si on ne le sait pas à la minute où je parle, qu’il pourrait se passer un événement dans lequel le vaccin joue un rôle. Il est donc devenu raisonnable d’être prudents.”

Il poursuit : “cette décision montre une transparence qui est salutaire, et importante pour la confiance. Ce qui a été observé, c’est la survenue chez certaines personnes de thromboses avec anomalie de la coagulation, qu’on n’a pas l’habitude de voir dans les embolies pulmonaires “classiques”. Ces embolies, on les rencontre malheureusement tous les jours, il y a en France environ 100 cas d’embolies pulmonaires hospitalisées chaque jour !”

Ces décisions sont des mesures de précaution, le temps de vérifier si ces cas de thromboses “atypiques” sont, ou non, liés au vaccin Astrazeneka.

En France, Olivier Véran s’était montré rassurant jeudi dernier. “Il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneka”, avait-il déclaré. Sur 5 millions d’européens qui ont reçu le vaccin, seulement 30 ont présenté des troubles, avait-t-il argumenté. “Cela ne veut pas dire qu’il y a un sur-risque avéré.”

Et pour illustrer cela, le Premier ministre avait pris un exemple : “Imaginez que toute la population française se fasse vacciner en 24h, vous auriez le lendemain le même nombre d’infarctus du myocarde, d’AVC, de thrombose veineuse que n’importe quel jour. Et si vous prenez individuellement chaque situation, vous allez dire cette personne qui a fait un infarctus du myocarde a été vaccinée la veille. Ca ne veut pas dire qu’il y a un lien de causalité.”

Que faire si vous avez été vacciné par le vaccin AstraZeneka ?

Les personnes d’ores et déjà vaccinées avec le vaccin AstraZeneca sont invitées, comme pour toute vaccination, à consulter leur médecin en cas de symptômes signalant un effet indésirable du vaccin, indique l’Agence du médicament.

Selon Alain Fischer, “les événements observés l’ont tous été dans les dix jours qui ont suivi la vaccination. Donc on peut penser que pour ceux qui ont un délai supérieur, ils ne doivent pas s’inquiéter. Pour ceux qui ont été vaccinés très récemment, il faut juste être attentif : s’il se passe quelque chose d’anormal, consultez votre médecin, c’est du bon sens. Au-delà de ça, le nombre d’événements dont on parle est très faible, autour d’une dizaine de cas. C’est tout petit, mais c’est le caractère atypique qui justifie cette attention particulière. Par rapport au nombre de personnes vaccinées, il faut mettre les choses en proportion et ne pas s’inquiéter particulièrement.”

Lire aussi :

  • La campagne de vaccination en France : calendrier, personnes prioritaires…
  • Variants Covid-19 : anglais, sud-africain, brésilien… On fait le point
  • Le vaccin Johson&Johson autorisé en Europe
  • Vaccin anti-Covid : 6 idées reçues
  • Le vaccin anti-covid protège-t-il de la transmission du virus ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique