qop collagene

Utérus : des ablations trop fréquentes en France

24 Jan. 2020

Les radiologues interventionnels sont en colère. Dans Le Parisien, ils dénoncent des ablations de l’utérus trop fréquentes. Chaque année, entre 20 000 et 25 000 femmes qui souffrent de fibrome, ont en effet recours à une hystérectomie. Or, comme le rappellent les radiologues, il existe une autre technique moins invasive, l’embolisation, qui guérit le fibrome tout en conservant l’utérus.

Un risque de complications majeures divisé par deux

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes qui affectent jusqu’à 40 % des femmes entre 35 et 55 ans.Connaître les différentes solutions pour le traiter permettrait aux femmes d’être actrices de leur traitement.

Or, selon les radiologues interventionnels, seules 3% des femmes ont recours à l’embolisation, faute d’information de la part des gynécologues. « Pourtant, le risque de complications majeures est divisé par deux, l’arrêt de travail est d’une semaine au lieu de deux mois » souligne dans Le Parisien le Pr Marc Sapoval, radiologue à l’hôpital européen, Georges Pompidou ( Paris).

L’embolisation, comment ça se passe ?

Cette intervention consiste à injecter de toutes petites billes dans les artères de l’utérus qui s’agglomèrent autour du fibrome et stoppent sa vascularisation (elles bloquent l’arrivée de sang). Pour accéder aux artères utérines, le radiologue fait une piqûre au pli de l’aine et introduit un cathéter (un petit tuyau) de 1 mm de diamètre. Le tout dure environ 30 minutes, sous anesthésie locale.

A lire aussi :

  • Ablation de l’utérus : une opération mieux vécue
  • Une hystérectomie peut-elle entraîner une prise de poids ?
  • Fibrome utérin : quels sont les signes qui doivent alerter ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This