qop collagene

Une plateforme pour lutter contre l’exposition des enfants à la pornographie

9 Fév. 2021

La page d’accueil du site internet jeprotegemonenfant.gouv.fr annonce tout de suite la couleur aux parents : 62 % des jeunes ont vu leurs premières images pornographiques avant d’entrer au lycée, soit avant 15 ans et à 12 ans, près d’un enfant sur 3 a déjà été exposé à du contenu pornographique. Et c’est là le principal objectif de cette plateforme lancée à l’occasion du Safer internet day 2021 par le gouvernement, en collaboration avec la Fédération française des télécoms : alerter les parents sur l’exposition des enfants aux contenus pornographiques en ligne.

« Aujourd’hui, il n’a jamais été aussi facile pour les mineurs d’accéder à des contenus pornographiques, de manière délibérée ou accidentelle. Mais cette situation n’est pas toujours connue des parents : seulement 7% d’entre eux estiment que leurs enfants regardent de la pornographie au moins une fois par semaine » constatent Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des familles, et Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des communications électroniques dans le communiqué qui accompagne le lancement de la plateforme qui informe, conseille et accompagne la mise en place du contrôle parental.

De graves conséquences psychologiques

Or l’exposition prématurée des mineurs aux contenus pornographiques peut engendrer de graves conséquences : choc ou traumatisme, notamment lors d’une exposition involontaire. Près d’un quart des jeunes déclarent que la pornographie a eu un impact négatif sur leur sexualité en leur donnant des complexes et 44% des jeunes ayant des rapports sexuels déclarent reproduire des pratiques qu’ils ont vues dans des vidéos pornographiques.

Comme l’expliquent les deux secrétaires d’Etat, La création de cette plateforme fait suite à la signature d’un protocole d’engagements signé par 32 acteurs public, privés et associatifs, en février 2020. « ce site, conçu pour les parents, leur explique comment mettre en place des outils de contrôles parentaux et propose des contenus d’éducation à la sexualité pour libérer la parole entre parents et enfants ».

A lire aussi :

  • L’OMS recommande moins d’écrans chez les enfants
  • Enfants et écrans : pas sans accompagnement

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This