qop

Tramadol : pas plus de 3 mois de prescription

16 Jan. 2020

Topalgic, Contramal, Ixprim… tous les antidouleurs contenant du tramadol ne pourront plus être prescrits que pour une durée de 3 mois maximum, à compter du 15 avril prochain. Cette décision vient d’être annoncée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) en raison d’un risque de dépendance.

Une dépendance au médicament et des signes de sevrage

Cette décision a été prise à la suite d’un état des lieux sur la consommation d’opioïdes en France. Après le retrait du Di-Antalvic en 2011, le tramadol est rapidement devenu l’antalgique le plus prescrit, devant les médicaments à base de codéïne. Et jusqu’à présent, il pouvait être prescrit pour une durée d’un an. Or, plusieurs enquêtes ont montré que cela n’était pas sans conséquence. Les usages problématiques observés sont notamment une dépendance avec des signes de sevrage survenant même lors de prises à doses recommandées et sur une courte période, entraînant une prise persistante par des patients qui ne présentent plus de douleur.

Ces dernières années, le tramadol est devenu :

  • Le 1er  antalgique opioïde cité dans une enquête de 2018 sur les usages problématiques  à la fois chez les usagers de drogue mais également dans la population générale pour le traitement de la douleur.
  • Le 1er  antalgique impliqué dans les décès liés à la prise d’antalgiques, devant la morphine.
  • Le 2ème  antalgique le plus fréquemment retrouvé sur les ordonnances falsifiées présentées en pharmacie, derrière la codéine.

Pour limiter ce mésusage et les risques de dépendance, la durée maximale de prescription passe donc à 3 mois.

Les médicaments concernés par cette mesure :

  • Tramadol seul : Biodalgic, Contramal, Monoalgic, Monocrixo, Orozamudol, Takadol, Topalgic, ZamudolL, Zumalgic et Tramadol générique
  • En association avec du paracétamol : Ixprim, Zaldiar, Tramadol/Paracétamol génériques
  • En association avec du dexkétoprofène : Skudexum

Par ailleurs, l’ANSM demande aux professionnels de santé de ne pas prescrire le tramadol pour le traitement de la migraine, de ne le prescrire que pour la durée la plus courte possible et de réduire progressivement le dosage pour éviter le risque de sevrage.

A lire aussi :

  • Les Français consomment toujours plus d’opioïdes
  • Les médicaments codéinés de nouveau sur ordonnance
  • Aspirine, Nurofen ou Doliprane ne seront plus en accès libre

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique