Notre collagène n’est provisoirement plus disponibleRupture de stock suite à un nombre important de commandes, veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Vous pouvez prè-réserver vos boîtes en cliquant ici.
(Aucun paiement ne vous sera demandé)

Symptômes du coronavirus : durée et contagion

1 Mai. 2020

SOMMAIRE :

  • Toux, fièvre, maux de tête… Quels sont les symptômes à surveiller ?
  • Quels sont les symptômes du coronavirus chez l’enfant ?
  • Maladie de Kawasaki et cœur des enfants : que sait-on du syndrome cardiaque ?
  • Combien de temps durent les symptômes ?
  • Les symptômes dermato du coronavirus (urticaire, rougeurs, orteils covid…)
  • Troubles digestifs et diarrhées
  • Ni fièvre, ni toux : puis-je avoir le coronavirus ?
  • En cas de symptômes, test et diagnostic du Covid-19
  • Perte d’odorat et de goût
  • Conjonctivite : un symptôme du coronavirus ?
  • Coronavirus ou rhinite allergique ?
  • Des symptômes neurologiques ?
  • Coronavirus et reins : un risque d’insuffisance rénale ?
  • Sans avoir de symptômes, peut-on avoir le coronavirus ?
  • Peut-on être contaminé au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme ?
  • Un virus très contagieux
  • Quelle est la durée d’incubation du coronavirus ?
  • Que faire en cas de symptômes ?
  • Quel traitement en cas de symptômes du coronavirus ?
  • Coronavirus : quels sont les risques en cas de symptômes ?
  • Confinement : quels troubles psychologiques ?
  • Coronavirus ou grippe ? Comment faire la différence ?

Le bilan de l’épidémie en France est de 23 660 personnes décédées et 126 835 cas confirmés de coronavirus COVID-19. Depuis deux semaines, le solde des personnes hospitalisées présente une baisse grâce aux sorties qui sont nombreuses. La médiane des personnes hospitalisées en réanimation est de 58 ans (50% ont moins de 58 ans et 50% ont plus de 58 ans). L’augmentation observée du nombre de patients en réanimation, hors COVID, démontre la nécessité du suivi et du traitement des patients atteints de maladies chroniques ainsi que de la prise en charge en urgence des pathologies aiguës graves, souligne le ministère de la Santé.

Toux, fièvre, maux de tête… Quels sont les symptômes à surveiller ?

La durée d’incubation du nouveau coronavirus, c’est-à-dire le délai entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes, est d’environ 3 à 7 jours, selon les dernières publications de Santé Publique France. Les symptômes principaux à surveiller sont la fièvre et les signes de difficultés respiratoires de type toux ou essoufflement.

  • Une fièvre supérieure à 37,5°C,
  • Une toux sèche ou grasse,
  • Des signes respiratoires de type, toux, sensation d’oppression et/ou douleur thoracique, avec parfois dyspnée (essoufflement). 
  • Des frissons,
  • Des courbatures,
  • Une fatigue inhabituelle,
  • Des maux de tête.

Comment reconnaître une gène respiratoire ? Si les symptômes s’aggravent avec des gènes respiratoires : essoufflement, respiration rapide, lente, bruyante, inconfort pour respirer au repos… => appelez le SAMU- Centre 15.

Quels sont les symptômes du coronavirus chez l’enfant ?

Depuis le début de l’épidémie, les enfants et adolescents, semblent relativement épargnés. Les scientifiques évoquent une infection virale « paucisymptomatique » – c’est-à-dire avec des symptômes très peu marqués. Selon une étude publiée dans le JAMA, le 24 février, on comptait « seulement » 2 % d’enfants et d’adolescents âgés de moins de 19 ans, parmi les cas recensés en Chine. Par ailleurs, la Société Française de Pédiatrie (SFP) précise que « les tableaux les plus sévères sont observés chez les personnes âgées et avec des comorbidités ».

Maladie de Kawasaki et cœur des enfants : que sait-on du syndrome cardiaque ?

Depuis quelques semaines, 20 cas dans les services pédiatriques d’Ile de France évoquant une maladie de Kawasakiinflammation du tissu musculaire du coeur conduisant à des défaillances cardiaques- ont été observés chez des jeunes patients. Un bilan totalement anormal en cette période, alors que l’hôpital Necker observe en temps normal moins d’un cas par mois. Ce syndrome ressemblerait à la maladie de Kawasaki. Tous les cas auraient été en contact avec le Covid-19, soit récemment, soit depuis plusieurs semaines. Cette inflammation qui touche le coeur des enfants serait similaire à l’orage des cytokines observé dans les poumons des adultes. Une alerte a été lancée à Santé Publique France et une autre par le NHS, le service de santé publique britannique. Notons que les patients hospitalisés ont tous récupéré. Les médecins sont rassurants, on dispose d’un traitement qui a été efficace chez tous les enfants.

Combien de temps durent les symptômes ?

Combien de temps est-on malade ? En l’état actuel des connaissances, les symptômes sont présents de quelques jours à deux semaines au maximum. Interrogé par Top Santé, Jacques Battistoni, Président de MG France, précise que dans un certain nombre de cas, les symptômes s’aggravent ou évoluent (apparition de maux de tête, montée de la fièvre, par exemple) à partir de la deuxième semaine. En cas de doute, joindre son médecin traitant ou faire une téléconsultation.

Les symptômes dermato du coronavirus (Urticaire, rougeurs, orteils covid… )

Le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues tire la sonnette d’alarme via un communiqué de presse. Un groupe WhatSapp de plus de 400 dermatologues a mis en évidence des symptômes dermatologiques, associées ou non à des signes de Covid. « Il s’agit d’acrosyndromes (aspect de pseudo-engelures des extrémités), apparition subite de rougeurs persistantes parfois douloureuses et des lésions d’urticaire passagère. » Ils notent que pour les patients qui ont des problèmes cutanés de ce type, il est nécessaire de consulter un dermatologue (téléconsultation ou autre), « afin de s’assurer que celles-ci sont associées à un syndrome Covid+ ». Interrogé sur le sujet, le Directeur général de la Santé, a déclaré ce 8 avril, ne pas avoir encore « de preuve qu’il s’agisse d’un signe de Covid-19 ».

Troubles digestifs et diarrhées

Les symptômes du Covid-19 évoquent dans la majorité des cas une infection respiratoire (fièvre, toux), mais des symptômes digestifs ont également été observés chez certains cas confirmés. Ce symptôme atypique du coronavirus concernait « au premier plan les personnes âgées ». Mais pas que : selon une étude chinoise, parue dans l’American Journal of Gastroenterology souligne et menée sur 204 patients dont la moyenne d’âge était de 55 ans, 48,5% se sont rendus à l’hôpital pour des troubles digestifs : diarrhée, vomissements et douleurs abdominales, avant d’être dépistés positifs au Covid-19.

Ni fièvre, ni toux : puis-je avoir le coronavirus ?

Le coronavirus peut-il donner des symptômes légers et bénins, sans fièvre ou sans toux ? La première chose à savoir, c’est que lorsqu’il y a des symptômes, le tableau clinique n’est pas toujours complet. Concrètement, on peut présenter certains symptômes et pas d’autres. D’après une étude internationale, dont l’objectif était d’estimer le nombre de cas passés inaperçus dans le Hubei en Chine, la toux sèche était absente une fois sur trois.

Quant à la fièvre, si elle est presque toujours présente, il faut savoir qu’elle n’est pas forcément là les premiers jours. Comme le précise à Top Santé, le Dr Jacques Battistoni, la fièvre est variable: « elle peut être très légère au début (autour de 37,5°C) puis monter fortement en deuxième semaine ».

En cas de symptômes, test et diagnostic du Covid-19

Depuis le passage en stade 3, le principe n’est plus de tester systématiquement. Les tests sont réservés en priorité à quatre types de populations :

  • les personnes fragiles en raison d’une pathologie et celles de plus de 70 ans, présentant des symptômes évocateurs du COVID-19, à risque de développer des complications (insuffisants respiratoires, immunodéprimés),
  • les 2 premiers cas présentant des symptômes dans les structures médico-sociales (maisons de retraites notamment),
  • les personnes hospitalisées présentant des symptômes évocateurs de Covid-19,
  • les professionnels de santé avec symptômes

Jusqu’à présent, les tests de dépistage du coronavirus étaient pratiqués uniquement dans les hôpitaux. Désormais, on peut les réaliser, en théorie, dans n’importe quel laboratoire de ville, sous condition de disposer d’une prescription médicale. En pratique, le test se fait à l’aide d’un écouvillon naso-pharyngé, posé au niveau des narines afin de recueillir un prélèvement. Le délai pour avoir un résultat est entre 3 et 5 h.

Perte d’odorat et de goût

Le ministère de la Santé a mis à jour la liste des symptômes Covid-19. Il précise que « la perte brutale de l’odorat (agueusie), sans obstruction nasale et disparition totale du goût (anosmie) » sont des symptômes qui ont été observés chez les malades. En cas de perte d’odorat ou de goût, il faut demander un conseil à un ORL ou à un médecin traitant, par téléphone ou téléconsultation.

Conjonctivite : un symptôme du coronavirus ?

Dès le 6 mars, l’Académie américaine d’ophtalmologie (AAO) avait lancé une alerte vers les professionnels : les patients qui consultent pour une conjonctivite pourraient être atteints du coronavirus. Une étude chinoise publiée dans le Journal of medical virology suggérait que le coronavirus peut infecter la conjonctive et que des particules virales sont présentes dans les sécrétions oculaires. C’est la raison pour laquelle, il ne faut pas se toucher les yeux après avoir touché un objet potentiellement souillé ou après avoir touché une personne infectée.

Coronavirus ou rhinite allergique ?

Une rhinite allergique (rhume des foins) se caractérise par des symptômes bien spécifiques : écoulement clair par le nez, éternuements, démangeaisons du nez et des yeux, etc. Des symptômes somme toute différents de ceux du coronavirus. A l’inverse, on ne constate pas de maux de tête, de fièvre ou encore de courbatures. L’Association Asthme et Allergies précise : « ne pensez au coronavirus Covid-19 que si vos symptômes sont différents de ceux habituellement ressentis ». Au moindre doute, contactez votre médecin traitant et en cas de difficultés pour respirer, faites le 15.

Des symptômes neurologiques ?

Le coronavirus peut-il atteindre notre cerveau ? Des lésions cérébrales ont été décrites pour la première fois dans Radiology. La revue médicale décrit le premier cas présumé, rapporté par le Pr Brent Griffith et son équipe du Department of Radiology, au Henry Ford Health System de Detroit (Michigan), d’encéphalopathie associée au COVID-19. Par ailleurs, selon un article du New York Times, de rares patients auraient développé des symptômes de convulsion ou encore des accidents vasculaires cérébraux.

Coronavirus et reins : un risque d’insuffisance rénale ?

Le directeur du département de néphrologie de l’université de l’Ohio observe qu’après le système respiratoire et le cerveau, un nouvel organe serait touché par le coronavirus. Selon lui, le Covid-19 attaquerait les reins de patients, alors même que ces derniers ne souffraient d’aucune maladie rénale avant d’avoir été contaminé. Il précise que « certains patients peuvent développer une insuffisance rénale chronique ».

Peut-on être contaminé sans avoir de symptômes ?

Nos corps, selon notre immunité, notre âge, nos pathologies associées, ne réagissent pas tous de la même manière au virus. Les plus fragiles sont considérées “personnes à risques”, et il existe des recommandations spécifiques de prise en charge dans ces situations. D’autres personnes, en particulier les enfants, développent peu de symptômes, voire pas du tout.

Peut-on être contaminé au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme ?

Plusieurs études ont été publiées à ce sujet depuis le début de l’épidémie, notamment une étude publiée dans The New England Journal of Medicine portant sur un cas allemand, qui aurait été contaminé par une personne asymptomatique. D’autres études ont entre temps remis en question cette étude.

« Le risque d’être contaminé au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme est très faible », assure l’OMS.

Selon le ministère de la Santé, le coronavirus est contagieux avant d’être symptomatique, c’est à dire qu’une personne contaminée, qui ne ressent pas de symptômes peut contaminer d’autres personnes. Néanmoins, comme le précisait le Directeur de la Santé, Jérôme Salomon, un porteur sain est forcément moins contagieux puisqu’il ne tousse pas (le virus se transmet par le biais des gouttelettes émises lors de la toux et des éternuements) : « On s’est beaucoup posé la question de savoir si on pouvait être contagieux en étant asymptomatique. Ce qui finalement est quelque chose d’assez peu probable. Parce que pour être contagieux il faut quand même excréter des gouttelettes, c’est-à-dire tousser, éternuer. Et donc quelqu’un qui n’a pas de symptôme certes pourrait être porteur, mais finalement a peu de moyens de diffuser le virus. »

Un virus très contagieux

Le SARS-CoV-2 est très contagieux : chaque personne infectée en présence de 100 personnes va contaminer au moins 3 personnes en l’absence de mesures de protection. Soit la même contagiosité d’un rhume, mais une contagiosité bien moindre que la rougeole (8). Mais si le coronavirus est très contagieux, c’est surtout parce qu’il se diffuse dans une population non immunisée et non vaccinée. Contrairement à la grippe, il n’y a aucune barrière immunologique pour limiter sa diffusion (nos défenses immunitaires persistent d’une année sur l’autre).

Quelle est la durée d’incubation du Covid-19 ?

Le délai d’incubation du coronavirus COVID-19 est de 3 à 5 jours en général, il peut toutefois s’étendre jusqu’à 14 jours. Pendant le temps d’incubation, on peut être contagieux, c’est à dire que l’on peut porteur du virus avant l’apparition des symptômes ou à l’apparition de signaux faibles.

En revanche, on ne sait pas combien de temps on peut détecter le virus chez une personne qui n’est plus malade.

Que faire en cas de symptômes ?

Ce test en ligne aide à évaluer les symptômes pour savoir quelle attitude adopter en cas de suspicion de Covid-19 (coronavirus). Il s’appuie sur une équipe d’ingénieurs et médecins, sous la direction médicale des docteurs Anne-Laure Rousseau et Stanislas Harent, infectiologue. Ce « symptôme checker » est simple à utiliser et entièrement calqué sur les recommandations sanitaires d’orientation des cas suspects de Covid-19 mises à jour chaque jour par le ministère de la Santé. Coronavirus ou pas ? Faites le test.

Quel traitement en cas de symptômes du coronavirus ?

  • En cas de toux, de fièvre, restez strictement confiné jusqu’à ce que vous soyez guéri, évitez tout contact avec d’autres personnes. Vos enfants et conjoint(e) doivent aussi restés confinés.
  • Surveillez votre température matin et soir et si besoin prenez du paracétamol (en respectant la posologie) 
  • Ne vous rendez pas chez votre médecin, au laboratoire d’analyses médicales ou aux urgences
  • Si besoin, appelez votre médecin traitant ou un médecin par téléconsultation 
  • Il est possible de recevoir un avis, une ordonnance, un arrêt de travail en appelant votre médecin traitant ou le médecin de permanence
  • Si votre état s’aggrave, et que vous avez du mal à respirer, que vous vous sentez essoufflé, contactez immédiatement le SAMU centre 15.

PAS D’AUTOMÉDICATION : le ministère de la Santé rappelle que « le traitement d’une fièvre mal tolérée ou de douleurs dans le cadre du COVID-19 ou toute autre virose respiratoire repose sur le paracétamol, sans dépasser la dose de 60 mg/kg/jour et de 3 g par jour. Les AINS doivent être proscrits, éviter aussi de prendre des corticoïdes sans indication médicale stricte. »

Il n’y a pas de traitement pour soigner le coronavirus, aussi le traitement consiste à soulager les symptômes (douleur, fièvre) avec du paracétamol et à bien s’hydrater en cas de fièvre. Le repos, les solutions naturelles (tisanes, citron, miel…) ne guérissent pas mais aident à mieux supporter les symptômes. Aucun traitement antiviral n’est pour l’heure validé et disponible sur le marché.

Coronavirus : quels sont les risques en cas de symptômes ?

Les cas les plus sévères semblent concerner à ce jour principalement des personnes vulnérables en raison de leur âge ou de maladies associées. Dans ces cas-là, le patient peut être atteint d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë, d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance multi-viscérale pouvant entraîner le décès.

Environ 15% des cas constatés entraînent des complications et 5% de ces dernières nécessitent une hospitalisation en réanimation. Les facteurs de risque les plus souvent associés aux formes sévères sont l’âge, l’hypertension (et pathologies cardiovasculaires), le diabète et le surpoids.

Coronavirus et diabète : les diabétiques de type 1 ou 2 seraient plus à risque, en raison de « l’élévation permanente de la glycémie » pouvant « altérer le système immunitaire », explique l’association française des diabétiques. De même qu’à l’inverse, les infections peuvent déséquilibrer la glycémie et/ou aggraver certaines complications du diabète déjà présentes.

Coronavirus et hypertension : l’hypertension artérielle ne prédispose pas au Covid-19. Même si une mortalité plus élevée a été remarquée chez les hypertendus, cela pourrait être davantage lié à l’âge plus élevé de ces patients. Néanmoins, selon le Haut Conseil de Santé Publique, les patients qui souffrent d’une « hypertension artérielle compliquée » (a déjà donné lieu à un AVC ou un infarctus) sont considérés comme à risque de forme grave de coronavirus.

Coronavirus et surpoids : « l’obésité d’une part, et même le surpoids » peuvent être un facteur de risque d’infection sévère au coronavirus, a indiqué le Pr Salomon, le 7 avril. Selon le registre national des formes graves de coronavirus (données de 2000 patients malades), 83% sont en surpoids ou obèses avec souvent un diabète ou une hypertension.

Coronavirus et femmes enceintes : en l’état actuel des connaissances, les femmes enceintes sont de manière générale des sujets fragiles et qui nécessitent une grande attention. Selon le ministère de la santé : « les premières informations sur l’impact du coronavirus chez les femmes enceintes et le fœtus sont cependant rassurantes ». Néanmoins, par précaution, le Haut Conseil de Santé Publique a classé les femmes enceintes à partir du 3e trimestre comme personnes à risque. Elles doivent être vigilantes, respecter minutieusement les gestes barrières et rester confinées. Après l’accouchement, les recommandations sont d’isoler « la mère et de son enfant dans une chambre seule » et de laisser 2 mètres entre le lit de la mère et le berceau de l’enfant.

Coronavirus et asthme : les personnes asthmatiques font partie des personnes à risque, toutefois inutile de paniquer, ainsi que le confirme l’association Asthme et allergies : « les personnes asthmatiques n’ont pas plus de risques d’être contaminées par le coronavirus Covid-19 que le reste de la population (à condition que l’asthme soit bien contrôlé) », en revanche, nuance-t-elle, elles ont « davantage de risques de développer des complications respiratoires en cas de contamination ». Attention ! Suite à l’alerte du ministère de la Santé, concernant les anti-inflammatoires à remplacer par du paracétamol en cas de symptômes (mal de gorge, fièvre…), les asthmatiques ne doivent pas arrêter leur traitement ! La prise de corticoïdes inhalés n’est pas à risque. Quant aux corticoïdes en comprimés, « la dose minimale pour contrôler l’asthme doit être poursuivie, selon les conseils de votre médecin. »

Coronavirus et cancer : en raison des traitements, qui peuvent diminuer les défenses immunitaires, le risque de contracter le Covid-19 est majoré. Le risque de développer une forme sévère aussi. Il faut donc limiter au maximum limiter les contacts avec l’extérieur, tout en poursuivant les soins et en restant en contact avec son médecin.

Confinement : quels troubles psychologiques ?

En Chine, épicentre de l’épidémie, plusieurs études ont été menées pour comprendre l’impact psychologique du confinement sur la population. Une étude publiée dans General Psychiatry et menée auprès de 52 000 personnes dans 36 provinces chinoises, permet de conclure qu’en raison du confinement, 35 % des répondants souffraient d’un « stress psychologique modéré » et 5 % d’un « stress psychologique sévère ». Selon cette étude, ces troubles concernent plus souvent les femmes, les individus âgés de 18 à 30 ans et ceux de plus de 60 ans. Selon une revue de plus plus de 3000 publications antérieures, publiée dans The Lancet, lorsque la période de confinement dure plus de 10 jours, des symptômes post-traumatiques, des comportements d’évitement ainsi que de la colère sont susceptibles d’apparaître.

L’angoisse liée au virus et l’inquiétude générée en cas de symptômes et l‘isolement social génère du stress. Les spécialistes conseillent de maintenir au maximum les interactions familiales, amicales, professionnelles… via le téléphone, les messageries voire les groupes de soutien.

Coronavirus ou grippe ? Comment faire la différence ?

Le problème, c’est que les symptômes décrits ci-dessus correspondent aussi à des symptômes grippaux classiques. A ceci près, explique à Top Santé le 26 février, Daniel Camus, spécialiste en maladies infectieuses et maladies émergentes à l’Institut Pasteur de Lille, que dans le cas de la grippe, les signes sont un peu différents. « Dans la grippe, ce qui est frappant, c’est qu’elle vous tombe dessus de manière soudaine. Les symptômes apparaissent brutalement, les patients peuvent même souvent donner l’heure exacte. Avec la grippe, il y aussi très souvent des fortes douleurs dans les muscles et dans les articulations. Ces deux signes ne sont pas typiques de l’infection par le coronavirus. »

« Le virus Covid-19 n’est pas le virus de la grippe », a rappelé Jérôme Salomon le 10 mars dernier lors d’un point presse, avant de préciser qu’il n’en n’a pas le profil, ni même les signes. « Les signes ne sont pas ceux de la grippe, les profils touchés ne sont pas les mêmes. »

=> Dans tous les cas, si votre état s’aggrave, que vous avez du mal à respirer, contactez le 15.

Sources :

Ministère de la Santé / Institut Pasteur / OMS / Interview (26 février) de Daniel Camus, infectiologue Institut Pasteur Lille / Interview du Dr Jacques Battistoni (Président MG France).

À lire aussi :

  • Chloroquine, Plaquenil… : ce qu’il faut savoir 
  • Comment faire son gel hydroalcoolique maison ?
  • Comment faire un masque de protection maison ? 
  • Coronavirus : quels sont les symptômes chez le chat ?
  • A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?
  • Comment faire ses courses sans risques ?

[EN VIDÉO] Coronavirus, odorat, goût, diarrhée : les nouveaux symptômes du coronavirus. Pr Xavier Lescure (service des maladies infectieuses, Hôpital Bichat, APHP) répond dans cette vidéo de PuMS :

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Promo !

«Vivez mieux, vivez qop ! »

Douchka Esposito, Ambassadrice qop

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

39,90€ → 34,90€

Boîte de 30 sticks. Actuellement nous livrons tous nos clients en France uniquement.

Défiez le vieillissement, le collagène est une protéine naturelle de votre corps jusqu'à l'âge de 25 ans, après cet âge votre corps n'en fabrique plus assez d’où le début du vieillissement, redonnez de la jeunesse à vos cellules avec notre complément alimentaire naturel. Plus performant qu'une crème, qop agit de l'intérieur.

Premiers résultats visibles au bout de 30 jours, nette amélioration visible au bout de 90 jours de soins, étude clinique.

  • 1 complément à boire par jour
  • Améliore l’hydratation et la souplesse de la peau
  • Améliore la douceur de la peau en réduisant le nombre de sillons en micro-relief
  • Prévient la formation de rides profondes

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Notre collagène n'est provisoirement plus disponible.
Rupture de stock
 suite à un nombre important de commandes, veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Vous pouvez prè-réserver vos boîtes en cliquant ici.
(Aucun paiement ne vous sera demandé)

Rupture de stock

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer