Sexomnie : connaissez-vous le somnanbulisme sexuel ?

10 Mar. 2021

Qu’est-ce-que la sexomnie ?

Le somnambulisme sexuel est un trouble du sommeil méconnu associé à un comportement sexuel.

Les personnes touchées par ce trouble adoptent un comportement sexuel involontaire ou inconscient. Elles sont amenées à avoir des rapports sexuels avec la personne qui partage leur lit, sans pouvoir se le rappeler le lendemain.

“On ne peut pas leur reprocher de ne pas s’en souvenir, souligne Yael Adler, dermatologue allemande dans son livre “Ça ne se fait pas d’en parler” (Editions Jouvence), la mesure des ondes cérébrales prouve de manière irréfutable que la personne touchée par ce phénomène est en plein sommeil au moment des faits.”

Cette réaction se manifeste pendant la phase de sommeil profond : des pensées traversent le cerveau et le corps retrouve son tonus musculaire. En revanche, elle n’est pas liée à des rêves érotiques qui pourraient inciter à passer à l’acte. Rappelons que ces derniers apparaissent pendant la phase de sommeil dite “paradoxale”, pendant laquelle notre corps est inerte (seuls nos yeux peuvent faire l’objet de mouvements).

Quelles sont les personnes touchées ?

Selon une étude réalisée par la chercheuse Sharon Chung de l’Université Health Network à Toronto, sur 832 personnes consultant en clinique de sommeil, 63 souffraient de sexomnie. Et les hommes semblaient plus atteints : 11 % contre 4 % de femmes.

La sexomnie affecterait par ailleurs plus particulièrement les individus sujets aux apnées du sommeil, qui engendrent des réveils fréquents, et souvent inconscients.

Un manque de sommeil, une forte consommation d’alcool, de drogues, un état de stress ou un traumatisme émotionnel peuvent également être liés. Les sexomniaques se trouvent moins profondément endormis que les personnes victime de somnambulisme. Cependant, elles ne sortent que très rarement de leur lit.

Comment savoir si l’on est sexomniaque ?

Si la personne atteinte de sexomnie a un partenaire, certains changements de comportements sexuels peuvent alerter l’autre. Par exemple, s’il pratique une position que vous n’avez jamais réalisée, tout en usant de sa force.

Le sexomniaque ne prononce aucun mot pendant cette phase. Il ne montre aucun signe de tendresse, ni d’affection. Pas de baisers, ni de mots doux, ou de caresses. Si votre partenaire se masturbe sans se cacher et ne s’en souvient pas, il peut aussi s’agir d’un signe révélateur.

Très peu de personnes consultent d’elles-mêmes. Et pour cause : elles ne savent pas qu’il s’agit d’un véritable trouble du sommeil. “Les gens n’osent pas en parler, si bien que ce type de troubles n’a pas encore fait l’objet de recherches scientifiques approfondies”, remarque Yael Adler.

Source : “Ça ne se fait pas d’en parler”, Yael Adler, aux Editions Jouvence.

À lire aussi :

  • Idée reçue : il ne faut pas réveiller un somnambule
  • Le pet vaginal en 5 questions
  • Consulter un sexologue : pourquoi ? comment ?
  • Témoignage Sexo : “il a toujours envie et pas moi”

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique