Priapisme : le coronavirus responsable d’une érection pendant 4 heures

6 Juil. 2020

Le 17 juin 2020, un homme âgé de 62 ans s’est présenté aux Urgences de l’hôpital de Versailles avec des symptômes évoquant le Covid-19 : de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires. Gravement malade, il a été placé sous respiration artificielle.

Mais les médecins ont constaté un symptôme inhabituel au milieu de ce tableau clinique classique : le patient se plaignait d’une érection douloureuse qui durait depuis plus de 4 heures… La cause de ce priapisme : des caillots sanguins au niveau du pénis, probablement provoqués par l’infection à coronavirus Sars-Cov-2.

Priapisme : de quoi s’agit-il exactement ?

Un peu d’étymologie. Le mot « priapisme » est issu du grec ancien « priapismos » (qui signifie « érection ») et fait aussi référence à Priape, un dieu de la mythologie grecque habituellement représenté avec un pénis en érection.

Le priapisme se définit comme « la persistance involontaire d’une érection complète ou partielle, après l’acte sexuel ou en dehors de toute stimulation sexuelle« . Il s’agit d’une dysfonction sexuelle rare : aux États-Unis, les spécialistes estiment ainsi que 6,5 hommes sur 100 000 souffrent de priapisme chaque année. Les hommes âgés de 20 à 50 ans et les garçons âgés de 5 à 10 ans sont plus fréquemment concernés.

Il existe deux types de priapisme :

  • Le priapisme ischémique (ou priapisme à bas débit) est le plus fréquent : il résulte d’une paralysie du muscle lisse caverneux. Ce muscle du pénis ne peut plus se contracter, ce qui entraîne une stagnation du sang dans les espaces caverneux (ou « espaces sinusoïdes ») donc une érection persistante et douloureuse.
  • Le priapisme non-ischémique (ou priapisme à haut débit) est généralement la conséquence d’une fistule artério-caverneuse, c’est-à-dire d’un débit sanguin trop élevé au niveau du pénis. L’érection n’est pas douloureuse.

Quels sont les symptômes du priapisme ?

On parle de priapisme lorsque l’érection persiste au-delà de 4 heures en dehors de toute stimulation sexuelle. En cas de priapisme ischémique, l’érection est rigide et s’accompagne d’une douleur intense : en revanche, le gland est flaccide (comprendre : mou). L’activité sexuelle est impossible en raison de la douleur et de l’hypersensibilité locale.

En cas de priapisme non-ischémique, l’érection est gênante mais non-douloureuse. Le patient ressent un inconfort localisé, son pénis n’est pas forcément totalement rigide : il est plutôt tuméfié (comprendre : gonflé) et l’activité sexuelle reste possible.

Priapisme : quelles sont les causes possibles ?

Malheureusement, dans 30 % à 50 % des cas, l’origine du priapisme reste inconnue. Il existe toutefois quelques causes bien identifiées pour les priapismes ischémiques et non-ischémiques :

  • La drépanocytose. Les spécialistes estiment que 22 % à 42 % des hommes adultes souffrant de drépanocytose (et 2 % à 6 % des garçons atteints) présenteront un priapisme au cours de leur vie.
  • Les médicaments. Chez l’homme, le priapisme peut constituer un effet indésirable de certains médicaments anticoagulants (héparine, warfarine), de certains antihypertenseurs (prazosine, phénoxybenzamine…) ou encore de certains antidépresseurs (fluoxétine, clozapine…).
  • Les drogues. La cocaïne, la marijuana ou encore l’éthanol peuvent être responsables d’un priapisme.
  • Un traumatisme pelvien, génital ou périnéal chez l’homme peut engendrer la formation d’un priapisme non-ischémique.

Et aussi. Plus rarement, une leucémie myéloïde chronique, une thalassémie, un diabète, une goutte, une insuffisance rénale ou encore une tumeur cancéreuse peuvent être à l’origine d’un priapisme, ischémique ou non.

Priapisme : comment se déroule le diagnostic ?

Attention ! Le priapisme ischémique constitue une urgence médicale. En effet : au-delà de 6 heures d’érection, il existe un risque de lésions permanentes des muscles du pénis, avec l’apparition d’une dysfonction érectile irréversible.

Dès les premiers symptômes du priapisme (c’est-à-dire : une érection qui ne dégonfle pas au bout de quelques heures après le rapport sexuel et/ou qui persiste en l’absence de stimulation sexuelle), il est nécessaire de consulter rapidement un médecin – ou de se rendre à l’hôpital !

Outre l’examen clinique, des examens médicaux complémentaires pourront être réalisés pour identifier la cause du trouble érectile et, surtout, différencier le priapisme ischémique (une urgence médicale) du priapisme non-ischémique (non-urgent) : une échographie Doppler du pénis pourra ainsi mettre en évidence une fistule artério-caverneuse.

Traitements : quelle prise en charge pour le priapisme ?

En cas de priapisme ischémique qui dure depuis moins de 6 heures, la prise en charge passe par des « petits moyens » : réfrigération cutanée du pénis, effort physique et administration de médicaments alphastimulants par voie orale (Effortil®). Ces mesures sont destinées à stopper l’érection.

Si ça ne fonctionne pas et/ou si le priapisme dure depuis plus de 6 heures, une ponction évacuatrice intracaverneuse sera réalisée sous anesthésie locale : celle-ci permet d’évacuer le sang qui stagne dans les espaces caverneux. En cas d’échec de ces traitements, la chirurgie sera envisagée : le shunt caverno-spongieux consiste à réaliser une déviation du circuit sanguin local pour drainer le sang bloqué dans le pénis.

En cas de priapisme non-ischémique, les traitements conservateurs sont habituellement efficaces : l’érection est supprimée à l’aide de packs de glace et d’antalgiques. S’il y a une fistule artério-caverneuse, une embolisation (qui consiste à « boucher » la fistule) peut être proposée ; le patient récupère généralement une fonction érectile normale.

Sources :

  • Association Française d’Urologie (AFU)
  • Collège Français des Urologues

À lire aussi :

Problèmes érectiles : comment lui en parler ?

Pourquoi les hommes ont souvent une érection au réveil ?

Quelles sont les positions les plus dangereuses pour le pénis ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Ecoutez & Regardez

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

32,90€

Avec qop finies les crèmes, optez pour une solution à diluer pour plus d'efficacité et moins de contraintes. Soin du visage anti-rides et anti-âge, résultats visibles au bout de 30 jours.

Boîte de 30 sticks. Livraison gratuite à partir de 50€ d'achats *

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Quantité

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer