qop

Pour aider à lutter contre la précarité menstruelle, les internautes se mobilisent sur Instagram

25 Déc. 2020

Elle est dans toutes les stories Instagram du moment. Elle s’appelle Louise, se présente sous le compte “My better self”, elle porte une couronne de tampons sur la tête et envoie voler une liasse de billets en l’air. Si l’image a de quoi faire sourire, elle révèle en réalité un chiffre dramatique : en France, 1,7 millions de femmes souffrent de précarité menstruelle. A l’heure où les protections hygiéniques commencent à devenir gratuites dans divers pays d’Europe (dont l’Ecosse récemment), la France a encore du chemin à parcourir.

Pour lutter contre cette précarité et aider ses victimes, Louise utilise le hashtag #StopàLaPrécaritéMenstruelle, et s’associe à des partenaires pour récolter des protections hygiéniques à distribuer gratuitement. La mutuelle Nutuus, la marque Nana et l’association Agir pour la Santé des femmes sont partenaires de ce projet.

1 partage, 1 boîte de protections

1,7 millions. C’est le nombre de femmes en situation de précarité menstruelle en France. Des femmes qui doivent choisir chaque mois entre acheter une boîte de tampons ou avoir assez à manger à la fin de la journée“, écrit la jeune femme militante. L’objectif est simple : à chaque fois que cette image sera partagée en story du réseau social, une boîte de protections menstruelles sera reversée à l’association.

Cette dernière organise des maraudes en Ile-de-France sur le lieu de vie de femmes éloignées du système de santé. Bidonvilles, hôtels sociaux, rues, campements, métro, bois… Elle vise à courvir trois pôles que sont le médical, le psychologique et le social. Outre des vêtements, des propositions de dépistages, sont distribués des kits d’hygiène, dont les protections hygiéniques récoltées feront partie.

Pour finir, Louise précise que seuls des tampons et serviettes seront distribués dans la mesure où l’accès à l’eau peut être compliqué pour les femmes touchées par cette précarité. Des culottes menstruelles ou coupes, connues pour être plus écologiques et économiques, ne peuvent donc être distribuées, car elles nécessitent un parcours d’hygiène trop compliqué.

Lire aussi :

  • Le syndrome prémenstruel : définition, symptômes et conseils
  • Règles : en Ecosse les protections périodiques deviennent gratuites pour toutes

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique