qop

Mutation Covid-19 : un premier cas du variant Sud-Africain en France

31 Déc. 2020

Les autorités sanitaires françaises confirment ce 31 décembre 2020, sur le territoire national, le premier cas du variant 501.V2 du virus de la Covid-19, actuellement présent en Afrique du Sud.

Un premier cas détecté dans le Haut-Rhin. Comme le précise la Direction générale de la santé dans un communiqué, il s’agit d’un homme résidant dans le département du Haut-Rhin à proximité de la frontière avec la Suisse. Après un séjour en Afrique du Sud et à la suite de symptômes évocateurs de la Covid19 apparus quelques jours après son retour, il a réalisé un prélèvement RT-PCR en Suisse, qui s’est révélé positif.

Signalé par les autorités sanitaires suisses, le séquençage au variant d’Afrique du Sud a été confirmé hier par le Centre national de référence pour les infections virales émergentes (CRIVE Suisse) et le Centre national de référence des virus des infections respiratoires (CNR France). Le malade s’est immédiatement isolé à son domicile dès l’apparition des symptômes. Il est à ce jour guéri et se porte bien.

Les autorités sanitaires françaises ont procédé à la recherche de ses personnes contacts à risque et aucun contact à risque n’a été identifié.

Le premier cas du variant britannique à Tours

Le 25 décembre, les autorités sanitaires avaient confirmé la détection d’une première contamination au variant VOC 202012/01 du Covid 19, celui présent dans le Sud-Est de l’Angleterre.

Il s’agit d’un homme de nationalité française résidant en Angleterre. Arrivé de Londres le 19 décembre, il a été pris en charge au CHU le 21 et détecté positif. “Le résultat du test faisant évoquer le variant circulant au Royaume-Uni, un séquençage a été demandé au Centre national de référence des virus des infections respiratoires, qui a confirmé l’infection au variant VOC 202012/01, précise un communiqué de presse de la Direction générale de la Santé. La personne, asymptomatique pour la Covid19, est actuellement isolée à son domicile et se porte bien.”

Les autorités sanitaires ont procédé au contact-tracing des professionnels de santé ayant pris en charge le patient et sont à la recherche de ses personnes contacts à risque, pour procéder à leur mise en isolement strict. De plus, un système de détection et de surveillance des cas possibles d’infection du variant a été mis en place par Santé publique France et les Centres nationaux de référence, en lien avec les laboratoires d’analyses. Concrètement, les laboratoires adressent au CNR pour séquençage tout résultat de test PCR positif pour une personne revenant du Royaume-Uni ou ayant été en contact rapproché avec une personne revenant du Royaume-Uni ou tout résultat de test PCR pouvant évoquer le virus variant. La même procédure a été mise en place pour les personnes au retour d’Afrique du Sud, où un autre variant du SARS-CoV-2 circule actuellement de façon active.

“A ce jour, plusieurs prélèvements positifs pouvant faire évoquer le variant VOC 202012/01 sont en cours de séquençage par les laboratoires du CNR”, informe la Direction générale de la santé.

Une nouvelle variante sous surveillance

Les évolutions et transformations du coronavirus Sars-Cov-2 inquiètent beaucoup les chercheurs du monde entier. La dernière mutation en date a d’abord été repérée au Royaume-Uni. Rapidement signalée à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), cette mutation du virus Sars-Cov-2 a été détectée “dans près de 60 endroits différents” selon Matthew Hancock, le ministre de la Santé britannique.

“Mais rien ne prouve jusqu’à présent que cette nouvelle souche soit plus susceptible de provoquer une maladie grave ou la mort”, a déclaré le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point presse. “Les virus mutent au fil du temps. C’est naturel et attendu” a-t-il ajouté en rappelant qu’une variante a également été signalée en Afrique du Sud. Pour l’heure, l’OMS n’a pas noté d’aggravation de la maladie chez les patients infectés par la souche variante britannique.

Mi-décembre 2020, ce dernier se montrait optimiste : “rien ne suggère que [cette mutation] causerait une maladie plus grave. Et les derniers avis cliniques disent qu’il est hautement improbable que cette mutation résiste à un vaccin. (…) Je ne suis pas stressé à ce stade” avait-il affirmé.

Une nouvelle souche qui se répand dans le Sud-Est de l’Angleterre

C’est le 19 décembre que l’inquiétude a commencé à monter en Grande-Bretagne : le médecin en chef de l’Angleterre, Chris Whitty, a expliqué alors  que “le groupe consultatif sur les menaces nouvelles et émergentes des virus respiratoires (NERVTAG) considère maintenant que cette nouvelle souche peut se propager plus rapidement“. Le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, a ajouté que cette “nouvelle forme” du virus Sars-Cov-2 “contient 23 mutations, un nombre inhabituellement grand“, beaucoup étant “associées aux changements dans la protéine que le virus fabrique“.

Les experts britanniques estiment désormais que ce “nouveau” coronavirus a favorisé la transmission “exponentielle du virus dans le sud-est de l’Angleterre“, en particulier à Londres et dans le comté du Kent. Ainsi, cette nouvelle souche serait à l’origine de 62 % des contaminations enregistrées à Londres, de 43 % dans le sud-est de l’Angleterre et de 59 % dans l’est d’après l’agence Public Health England (PHE) rattachée au ministère de la Santé.

La variante n’affecterait pas l’efficacité des vaccins

Bonne nouvelle (quand même) :rien n’indique pour le moment que cette nouvelle souche cause un taux de mortalité plus élevé ou qu’elle affecte les vaccins et les traitements, mais des travaux urgents sont en cours pour le confirmer” a expliqué Chris Whitty.

Face à cette nouvelle menace, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé le reconfinement de la ville de Londres et du sud-est de l’Angleterre dès le dimanche 20 décembre 2020. Dimanche, alors que l’OMS appelle ses membres à “renforcer leurs contrôles” du fait de cette nouvelle variante du coronavirus, quatre pays européens (Italie, Pays-Bas, Belgique, Allemagne) ont déjà suspendu les vols en provenance du Royaume-Uni. De son côté, la France a suspendu à partir de dimanche minuit tous les déplacements en provenance du Royaume-Uni et ce “pour 48H au moins”.

La dernière mutation “inquiétante” du virus à l’origine du Covid-19 avait conduit à l’abattage de plusieurs millions de visons au Danemark au mois de novembre 2020. En France, 3 élevages de visons sont sous surveillance ; mi-novembre 2020, 1000 carnivores ont été tués dans un élevage en Eure-et-Loir.

À lire aussi :

  • La (nouvelle) forme du coronavirus est encore plus contagieuse
  • Symptômes Covid-19 (coronavirus) : les 3 signes d’aggravation à surveiller
  • Covid-19 : on est surtout contagieux les 5 premiers jours

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique