qop

“Mon copain m’a posé une question sur mon vagin, je lui ai fait un dessin”

20 Déc. 2020

En 2018, June Pla ouvre son compte Instagram dédié au sexe, aujourd’hui connu sous le nom de @JouissanceClub et massivement suivi. Ce dernier est un peu le fruit du hasard, et de beaucoup de curiosité. Elle raconte les débuts et l’objectif de ce qui est devenu un livre à succès.

Comment avez-vous eu l’idée d’utiliser le dessin pour parler de sexe ?

June Pila : Je m’étais toujours ennuyée dans ma vie sexuelle. Je pratiquais beaucoup, j’y pensais beaucoup, mais quelque chose me manquait sans que j’arrive à mettre le doigt dessus. Une seule expérience sexuelle m’avait vraiment marquée quand j’avais 20 ans. J’avais expérimenté quelque chose d’incroyable, mais je ne savais pas comment l’expliquer à mes partenaires qui ont suivi. D’autant que c’est vraiment difficile de dire à un garçon : ce n’est pas bien ce que tu fais ! Compliqué pour l’égo…

Et puis un jour, alors que j’avais 35 ans, mon copain m’a posé une question sur mon vagin. Et je ne savais pas comment lui répondre. Je suis allée sur internet, j’ai trouvé ma réponse dans un article très indigeste qui répertoriait toutes les zones du vagin. Pour lui faire comprendre où était cette zone, j’ai fait un dessin, ce qui a tout rendu plus clair ! Et je me suis dit : je suis illustratrice, pourquoi je n’y avais pas pensé avant ?

Pensez-vous à ce moment-là à avoir un tel engouement sur Instagram ?

Au début, je me dis que je vais continuer ce type de dessins et les partager sur Instagram. A vrai dire, je suis persuadée que je vais vite épuiser le sujet. Je mise sur une vingtaine de dessins. Mais le compte fonctionne tout de suite. Les abonné(e)s, dont 34% d’hommes quand même, réagissent. Ils me posent des questions qui ne m’étaient pas venues à l’esprit. Je commence à faire des sondages, à partager les réponses… Au final, j’en apprends tous les jours, j’élargis ma vision de la chose et surtout, le sujet est sans fin !

Avec l’interaction du public, j’ai pu aller au fond des choses. Cette phrase à de quoi faire rire dans le contexte… Mais je me suis rendue compte que si le succès était aussi immédiat, c’était parce qu’il nous manquait quelque chose dans notre approche du sexe à tous. D’ailleurs, l’engouement pour les comptes de sexualités féministes le prouve : plus de 300K abonnés pour @Orgasmeetmoi, plus de 700K pour @Jemenbatsleclito… Moi par exemple avant, je me rendais sur les onglets “instructional” de certains sites pornographiques pour comprendre mon corps et apprendre des techniques. Mais sinon, quels sont les lieux d’enseignement du sexe ?

Les réseaux sociaux, en plus d’être accessibles à tous, libèrent le sexe et la parole…

Le sexe engage nos corps et prend une bonne partie de nos vies. Il y a des tonnes de choses à savoir autour de ça et encore énormément de non dits et d’idées reçues, de vieux schémas dans lesquels femmes comme hommes restent bloqués. Pour avoir des réponses, on peut aller voir un sexologue. Mais bon, d’une part ça n’a rien d’évident, d’autre part ça coûte de l’argent. Il y a bien des ressources dans la littérature, mais c’est très hétéro normé et pas très inclusif. Autre option, et de qualité : les sites éducatifs du type Oh my god yes ou Climax. Ce sont de véritables cours de masturbation pour les femmes. Mais là encore, c’est payant…

L’accès au bien-être en général est souvent réservé aux gens qui ont les moyens. Je trouve ça triste. Avec Instagram, on a une porte d’entrée gratuite qui peut toucher tout le monde. Y compris les adolescents. Ils sont curieux et c’est normal. Or, les réponses les plus “faciles” sont souvent trouvées sur les sites porno et diffusent une image du sexe qui mérite d’évoluer.

D’autre part, je pense qu’Instagram est un outil d’empowerment sexuel. Que vous soyez un homme ou une femme ! On y déconstruit tous les schémas appris jusqu’à présent. Un post sur la plateforme peut servir de tremplin pour lancer une discussion dans le couple. C’est parfois plus simple d’envoyer un lien extérieur, plutôt que de dire “j’aimerais que tu me fasses ça” qui peut donner l’impression qu’on remet l’autre en question… Bref, Instagram est un bon support tant pour le dessin que pour le texte, pour en apprendre davantage sur sa sexualité.”

Lire aussi :

  • Masha S’explique : “arrêtons de parler de sexualité conventionnelle” et explorons…
  • 5 comptes Instagram pour décomplexer sa sexualité
  • Dalila Kerchouche : “Jouir rend puissante et complète”

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique