Promo !

Rupture de stock

1 complément à boire par jour

Améliore l’hydratation et la souplesse de la peau

Améliore la douceur de la peau en réduisant le nombre de sillons en micro-relief

Prévient la formation de rides profondes

En savoir plus →

Promo !

Pack 3 boîtes promo

89,90€ au lieu de 119,70€

Rupture de stock

Offre promo limitée:

3 boîtes de 30 sticks à 89,90€ au lieu de 119,70, + livraison gratuite*

En savoir plus →

Promo !

Pack 6 boîtes promo

160,00€ au lieu de 239,40€

Rupture de stock

Offre promo limitée:

6 boîtes de 30 sticks à 160,00€ au lieu de 239,40, + livraison gratuite*

En savoir plus →

Notre collagène n’est provisoirement plus disponibleRupture de stock suite à un nombre important de commandes, veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Vous pouvez prè-réserver vos boîtes  (Aucun paiement ne vous sera demandé)

Molluscum contagiosum chez l’enfant : comment ça se soigne ?

9 Fév. 2020

« C’est un cauchemar ! », « Il est très difficile de s’en débarrasser »… Nombreux sont les parents « désespérés » quand leur enfant a attrapé un Molluscum contagiosum. D’autant qu’ils doivent se montrer vigilants, parfois même jusqu’à un an, pour éviter la contamination de toute la fratrie car le virus est très contagieux.

Contrairement à l’adulte chez qui le Molluscum est une infection sexuellement transmissible, chez l’enfant, ce virus de la famille des poxvirus est totalement bénin. « Il faut relativiser et ne pas focaliser sur les boutons, même si ce n’est pas esthétique », indique la Dre Catherine Oliveres-Ghouti, dermatologue (Paris).

Le Molluscum contagiosum est très contagieux

Comme son nom l’indique, le Molluscum contagiosum est très contagieux. « Si l’on devait couper un Molluscum en deux, on s’apercevrait de la quantité de particules virales qui sortent du cratère », analyse la dermatologue. Ce qui explique que le virus se transmet facilement entre enfants, mais également par auto-inoculation, c’est-à-dire sur soi-même. « Les boutons apparaissent en regard les uns les autres. Il suffit qu’un enfant qui a des boutons sur le bras le pose sur son flanc pour qu’il en sorte à cet endroit. « 

Les boutons ne se traitent pas toujours

« Certains dermatologues traitent les boutons, d’autres non », avoue la spécialiste. Avec le temps, les boutons finissent par disparaître spontanément. Pour sa part, la Dre Catherine Oliveres-Ghouti préfère agir au cas par cas. « Lorsque je vois arriver un enfant avec 150 boutons, dont certains sur les parties génitales, je n’y touche pas. Ça ne sert à rien de le torturer avec de l’azote liquide. En revanche, s’il n’en a qu’une dizaine, je lui explique que le produit va le piquer pendant quelques secondes, mais que cela est nécessaire ». Suivant la situation, le médecin peut choisir de ne rien faire, de les traiter à l’azote ou à la curette, ou recommander aux parents d’acheter un produit en pharmacie, comme le Molusderm® , et de suivre scrupuleusement le mode d’emploi pour éviter les brûlures.

Plus il y a de boutons, plus vite ils disparaissent

« Plus l’enfant a de boutons, plus il va développer des anticorps », explique la dermatologue. L’organisme aura tendance à mieux se défendre face au virus. « J’ai l’exemple concret d’une petite fille qui avait 250 boutons sur la jambe. Ils ont disparu en quinze jours, alors que d’autres enfants vont mettre plusieurs mois pour se débarrasser d’une moindre quantité. »

Les enfants qui ont de l’eczéma guérissent plus vite

Il n’est pas rare de voir du Molluscum sur des plaques d’eczéma. Dans ce cas, les boutons guérissent plus vite. Sans doute parce que, pour soulager l’eczéma, on applique de la cortisone qui, en agissant sur l’inflammation, fait disparaître les boutons.

Comment éviter la propagation des boutons ?

Pour éviter l’auto-inoculation, le médecin recommande à l’enfant contaminé de porter des manches longues et des pantalons, même durant l’été. La transmission entre enfants peut se faire par contact direct. « Il faut éviter de se frotter à une personne qui a des boutons». Il faut aussi veiller à ce que les enfants d’une même fratrie ne prennent pas leur bain ensemble. « L’eau stagnante favorise la propagation du virus », précise la dermatologue. C’est pourquoi la contamination est importante également dans les piscines.

A lire aussi :

  • Otite, rhino, quand donner des antibios aux enfants
  • 3 produits anti-verrues interdits d’utilisation

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer