qop

Les jeux vidéo, un rempart contre la dépression chez les adolescents

21 Fév. 2021

Les jeux vidéo ont mauvaise réputation : on les accuse de ruiner le sommeil des adolescents, d’abimer leur cerveau, de nuire à leurs résultats scolaires, d’abaisser leur vision, de les rendre violents et irritables…

Mais les jeux vidéo ne sont pas uniquement mauvais pour les ados – et heureusement ! Une récente étude conduite par la University College London (au Royaume-Uni) vient ainsi de montrer que les garçons qui jouent régulièrement ont moins de risques de développer une dépression à l’adolescence.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs britanniques ont suivi 11 341 garçons et filles initialement âgés de 11 ans entre 2000 et 2002. Résultat ? Les chercheurs ont constaté que les garçons qui jouaient chaque jour (ou presque) aux jeux vidéo avaient un risque moins élevé de 24 % environ de développer des symptômes dépressifs vers 14 ans, par rapport aux garçons qui jouaient moins d’une fois par mois.

Jeux vidéo + sport = prévention de la dépression chez les adolescents

Les scientifiques mettent toutefois à un bémol à cette conclusion : la sédentarité (c’est-à-dire : le fait de rester assis durant de longues heures, chaque jour) constitue un facteur de risque majeur pour la maladie dépressive. Cet impact bénéfique du jeu vidéo sur la santé mentale ne fonctionne donc pas en l’absence d’une activité physique quotidienne…

Et les filles ? Les chercheurs n’ont pas observé les mêmes résultats chez les filles. En revanche, ils ont découvert que les adolescentes qui utilisaient chaque jour les réseaux sociaux avaient un risque accru de dépression (d’environ 13 %) à l’âge de 14 ans par rapport aux filles qui n’allaient sur Facebook ou Twitter qu’une fois par mois.

D’autres travaux seront nécessaires pour bien comprendre l’impact des écrans et d’internet sur la santé mentale des jeunes, concluent les chercheurs qui ont publié leurs recherches dans la revue spécialisée Psychological Medicine. Toutefois, il ne nous paraît pas pertinent de couper complètement les adolescents des écrans car certaines pratiques (les jeux vidéo chez les garçons par exemple) peuvent s’avérer bénéfiques.

À lire aussi :

  • Existe-t-il un lien entre l’obésité et les jeux vidéo ?
  • Les adolescents qui jouent aux jeux vidéo auraient autant d’amis que les autres
  • L’addiction aux jeux vidéo reconnue par l’OMS

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique