qop collagene

Les écorces d’arbres pourraient-elles soigner les maladies nosocomiales ?

8 Fév. 2021

Les maladies nosocomiales sont des infections contractées au cours d’un séjour dans un établissement de santé, aussi appelées infections associées aux soins. Elles toucheraient un patient sur 20 en France. Or, l’épidémie de Covid-19 a largement augmenté le nombre d’hospitalisations à travers le monde, ce qui pourrait démultiplier ce chiffre.

On sait traiter ces pathologies en grande partie, bien souvent via des antibiotiques. Mais les chercheurs s’inquiètent de voir croître la résistance des pathogènes face à ces derniers, du fait de leur utilisation abusive.

Une question se pose alors, comment soigner ces maladies lorsque ces bactéries ne seront plus sensibles aux antibiotiques ? La réponse pourrait se trouver dans les écorces d’arbres, du fait de leurs facultés fongicides et bactéricides, souligne une étude réalisée par les laboratoires Biomatériaux et inflammation en site osseux et l’Institut de chimie moléculaire de Reims et relayée par The Conversation.

Les bactéries sont capables de s’agglomérer pour former une sorte de barrière aux attaques extérieures, on appelle cela un biofilm. Cela se produit lorsque ces dernières paniquent, et dans ce cas là, les antibiotiques peuvent aggraver ce phénomène, plutôt que de soigner… Les scientifiques cherchent donc un un moyen d’éviter la formation de ce biofilm ou de le détruire.

L’écorce de merisier, capable de lutter contre le staphylocoque doré

Ils se sont alors intéressés à une source biologique, les écorces d’arbres. Pour les arbres, elles représentent en effet un bouclier à la fois physique et chimique, avec des propriétés antibactériennes intéressantes. Les scientifiques ont donc décidé d’étudier 10 espèces différentes : le peuplier tremble, l’épicéa commun, le mélèze d’Europe, le chêne pédonculé, le hêtre, l’aulne glutineux, le merisier, l’érable sycomore, le frêne commun et le peuplier du Canada.

La poudre produite à partir des écorces a été testée contre divers bactéries. Trois écorces se sont révélées intéressantes pour leurs facultés fongicides et bactéricide. En particulier celle du me merisier, qui permet par exemple de tuer neuf souches de micro-organismes, dont le staphylocoque doré qui cause 14% des infections nosocomiales. Si des recherches plus poussées doivent encore être menées, cette découverte pourrait être très intéressante pour lutter contre les infections à venir, qui pourraient être la première cause mortelle d’ici 2050, si les antibiotiques venaient à perdre toute leur efficacité.

Lire aussi :

  • Infections nosocomiales : chaque jour passé à l’hôpital augmente le risque de 1%
  • Pour soigner un rhume le miel est efficace, confirme une étude

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This