Le Lutéran et le Lutényl augmentent le risque de méningiome

17 Juin. 2020

Ces deux médicaments – acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) et acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) – ainsi que leurs génériques, sont utilisés dans le traitement des troubles liés à la ménopause et à l’endométriose. Ils sont également parfois prescrit (hors AMM) comme contraceptifs.

Problème, alerte ce 17 juin, l’Agence du médicament (ANSM), ils augmentent le risque de méningiomes, des tumeurs le plus souvent bénignes localisées dans les méninges, ces couches de tissu qui recouvrent et protègent le cerveau ainsi que la moelle épinière.

L’ANSM avait déjà tiré la sonnette d’alarme en février 2019, au vu des nombreux cas identifiés. Les notices d’utilisation des deux médicaments avaient alors été revues pour mentionner dans la liste des risques possibles, les méningiomes.

Aujourd’hui, ces risques sont confirmés par une étude épidémiologique menée chez un grand nombre de patientes par le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare, qui réunit l’Agence du médicament et l’Assurance maladie. L’étude a été réalisée à partir des données nationales de remboursement de l’Assurance Maladie sur plus de 3 millions de femmes ayant consommé l’un des ces médicaments entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2018.

Un risque triplé après 6 mois de traitement

Quels sont les conclusions de l’étude ? L’étude confirme un sur-risque de méningiome chez les femmes exposées à ces médicaments, avec une augmentation du risque « importante » selon la dose utilisée, la durée du traitement et l’âge de la patiente. Ainsi, les femmes dont le traitement dépasse 6 mois voient tripler leur risque, et plus la durée augmente, plus celui-ci augmente : il est multiplié par 12,5 après 5 ans de Lutényl et par 7 après 3,5 ans de Lutéran. L’étude montre par ailleurs que le risque de chirurgie intracrânienne augmente avec l’âge : il est en effet 3 fois plus élevé pour les femmes de 35 à 44 ans, que celles entre 25 et 34 ans.

Suite à cette étude, les experts de l’ANSM maintiennent la commercialisation de ces médicaments au regard de leur intérêt thérapeutique dans certaines indications. Mais l’Agence publie des recommandations, en attendant, précise-t-elle, « une phase de concertation organisée à l’automne, avec les professionnels de santé et les patientes ».

Une IRM pour après 35 ans, si le traitement dépasse 5 ans

L’Agence du médicament demande en effet aux professionnels de santé d’informer les patientes quant au risque de méningiome, de réévaluer la pertinence de ce traitement au cas par cas et de limiter la durée de prescription et les doses.

  • Si vous êtes actuellement traitée par acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) ou acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques), consultez votre médecin pour discuter de votre prise en charge.
  • Si vous avez plus de 35 ans et que vous êtes traitée par acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) ou acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) depuis plus de 5 ans, votre médecin pourra vous proposer de réaliser une imagerie cérébrale (IRM).
  • Si vous êtes, ou avez été, traitée par acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) ou acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) et que vous avez des symptômes évocateurs d’un méningiome (maux de tête fréquents, troubles de vision, du langage ou de l’audition, vertiges, troubles de la mémoire…), consultez également votre médecin qui vous prescrira une IRM.
  • Si vous avez des interrogations, parlez-en avec votre médecin.

Ces deux médicaments sont des progestatifs, dérivés d’une hormone, la progestérone. Ils sont indiqués dans le traitement des troubles gynécologiques liées à une insuffisance en progestérone, notamment en période de préménopause (irrégularités menstruelles, syndrome prémenstruel…), mais aussi en cas de règles abondantes en cas de fibromes. Ils sont également utilisés pour soigner l’endométriose

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Promo !

«Vivez mieux, vivez qop ! »

Douchka Esposito, Ambassadrice qop

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

39,90€ → 34,90€

Boîte de 30 sticks. Actuellement nous livrons tous nos clients en France uniquement.

Défiez le vieillissement, le collagène est une protéine naturelle de votre corps jusqu'à l'âge de 25 ans, après cet âge votre corps n'en fabrique plus assez d’où le début du vieillissement, redonnez de la jeunesse à vos cellules avec notre complément alimentaire naturel. Plus performant qu'une crème, qop agit de l'intérieur.

Premiers résultats visibles au bout de 30 jours, nette amélioration visible au bout de 90 jours de soins, étude clinique.

  • 1 complément à boire par jour
  • Améliore l’hydratation et la souplesse de la peau
  • Améliore la douceur de la peau en réduisant le nombre de sillons en micro-relief
  • Prévient la formation de rides profondes

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Notre collagène n'est plus disponibleRupture de stock suite à un nombre important de commandes, veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Vous pouvez prè-réserver vos boîtes en cliquant sur ce lien.

Rupture de stock

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer