Promo !

Rupture de stock

1 complément à boire par jour

Améliore l’hydratation et la souplesse de la peau

Améliore la douceur de la peau en réduisant le nombre de sillons en micro-relief

Prévient la formation de rides profondes

En savoir plus →

Promo !

Pack 3 boîtes promo

89,90€ au lieu de 119,70€

Rupture de stock

Offre promo limitée:

3 boîtes de 30 sticks à 89,90€ au lieu de 119,70, + livraison gratuite*

En savoir plus →

Promo !

Pack 6 boîtes promo

160,00€ au lieu de 239,40€

Rupture de stock

Offre promo limitée:

6 boîtes de 30 sticks à 160,00€ au lieu de 239,40, + livraison gratuite*

En savoir plus →

Notre collagène n’est provisoirement plus disponibleRupture de stock suite à un nombre important de commandes, veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Vous pouvez prè-réserver vos boîtes  (Aucun paiement ne vous sera demandé)

La post-ménopause augmente-t-elle le risque de cancer de l’endomètre ?

29 Déc. 2019

L’obésité, le surpoids, le diabète ou encore : la période de post-ménopause sont des facteurs exposants davantage au risque de cancer de l’endomètre. Ce sont des chercheurs américains de la Mayo Clinic située à Rochester qui publient une étude dans la revue Scientific Reports à ce sujet.

Le cancer de l’endomètre est dû à la prolifération anormale de cellules contre la paroi de l’utérus. Or, à cette période le microbiote vaginal change de composition. Les chercheurs se sont aperçus qu’étudier les micro-organismes présents dans le vagin des femmes post-ménopausées pourrait faciliter le dépistage du cancer de l’endomètre.

Signature du microbiome

Ils ont étudié une trentaine de femmes qui avaient subi une hystérectomie (retrait de l’utérus) suite à un cancer de l’endomètre. Et d’autres femmes qui s’étaient vu retirer l’utérus pour une cause bénigne. Les chercheurs on cherché à examiner l’impact de facteurs tels que la post-ménopause, l’indice de masse corporelle et le PH vaginal sur le microbiome.

Ces femmes n’avaient donc pas de cancer de l’endomètre au moment de l’examen. Mais cette analyse a permis de comprendre en quoi ces caractéristiques pouvaient contribuer à la signature du microbiome dans ce type de cancer. Résultat : le PH vaginal élevé serait un facteur de risque supplémentaire de développer un cancer de l’endomètre.

Lire aussi :

Cancer de l’endomètre : qui sont les femmes les plus à risque ?

Cancer de l’utérus : les 3 clés pour réduire le risque

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer