États-Unis : une éponge est oubliée dans son corps, elle est amputée d’une jambe

5 Jan. 2020

Tout commence le 10 mars 2011. Carolyn Boerste, une Américaine âgée de 54 ans à l’époque, est opérée à l’hôpital de l’université de Louisville (aux États-Unis). La quinquagénaire doit bénéficier d’une opération cardiaque – un pontage coronarien.

Mais en salle d’opération, rien ne se passe comme prévu : le chirurgien vasculaire sectionne par erreur un vaisseau sanguin qui relie le cœur et les reins, et les infirmiers doivent intervenir pour limiter l’hémorragie. Une éponge (de 45 cm par 45 cm…) est alors oubliée dans le corps de la patiente. Mais l’oubli passe inaperçu : la quinquagénaire constate même une amélioration de sa circulation sanguine grâce à la chirurgie.

Un « oubli » avec des conséquences dramatiques

Quatre ans plus tard, en 2015, Carolyn Boerste est de retour à l’hôpital : elle souffre de troubles intestinaux – probablement liés à la dégradation de l’éponge dans son système digestif, selon le rapport rédigé par ses avocats.

Un scanner révèle la présence d’un corps étranger mais le médecin urgentiste décide de ne pas tenir compte de cette information… et renvoie la patiente chez elle avec un diagnostic d’infection urinaire. Plus surprenant encore, les résultats du scanner sont transmis au médecin traitant de Carolyn Boerste… qui décide aussi de ne pas lui en parler.

Novembre 2016 : la quinquagénaire est transférée en urgence à l’hôpital. Elle souffre de graves douleurs intestinales – celles-ci étant liées au fait que l’éponge bloque le transit et les mouvements intestinaux. Un deuxième scanner est demandé et, cette fois, le médecin est formel : il y a un corps étranger dans les intestins de la patiente. L’éponge est alors retirée par opération chirurgicale (laparotomie).

Une convalescence qui se termine par une amputation

Mais le cauchemar ne s’arrête pas là : pendant sa convalescence, Carolyn Boerste développe un problème au talon gauche – à cause d’un manque de personnel soignant, selon ses avocats. Malgré deux opérations chirurgicales, la patiente doit se faire amputer en-dessous du genou au mois de juillet 2017.

Ce 13 décembre 2019, après 2 semaines de procès, la désormais sexagénaire a obtenu gain de cause : le tribunal a accordé à la plaignante environ 490 000 euros pour couvrir les dépenses médicales déjà engagées et près de 757 000 euros pour les frais à venir. Carolyn Boerste recevra également l’équivalent de 890 000 euros pour les dommages et intérêts, et 7,2 millions d’euros pour préjudices corporel et moral.

L’hôpital de l’université de Louisville a, quant à lui, fait appel. Il estime que le diabète, les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, le tabagisme et l’hygiène de vie de la patiente sont à l’origine de son amputation.

À lire aussi :

Un patient sur 20 serait victime d’une erreur médicale évitable

Dépression chez les infirmiers : elle augmente le risque d’erreur médicale

Victime d’une erreur médicale, une femme devient tétraplégique

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Ecoutez & Regardez

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

32,90€

Avec qop finies les crèmes, optez pour une solution à diluer pour plus d'efficacité et moins de contraintes. Soin du visage anti-rides et anti-âge, résultats visibles au bout de 30 jours.

Boîte de 30 sticks. Livraison gratuite à partir de 50€ d'achats *

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Quantité

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer