qop

Épilepsie : les symptômes, le diagnostic et les traitements de cette maladie neurologique

11 Fév. 2021

L’épilepsie n’est pas une maladie rare : en France, environ 600 000 personnes sont atteintes par cette maladie neurologique cérébrale, dont environ 50 % de jeunes âgés de moins de 20 ans.

Épilepsie : de quoi s’agit-il exactement ?

Premier truc à savoir : il n’existe pas une épilepsie, mais plusieurs. Le mot “épilepsie” désigne en effet un groupe de maladies qui ont un point commun principal : elles se caractérisent par des crises résultant d’une activité électrique anormale au niveau du cerveau – on peut comparer ce phénomène à un “coup de tonnerre” à l’échelle cérébrale. D’ailleurs, en grec, le mot “epilambanien” (qui a donné “épilepsie”) signifie “saisir ou attaquer par surprise”.

Les experts estiment ainsi que, dans la grande famille de l’épilepsie, il y a environ 50 “syndromes épileptiques” qui varient en fonction de l’âge du patient, de leurs causes et de leurs symptômes.

Épilepsie : qui ça concerne ?L’épilepsie est une maladie qui peut survenir à tous les âges de la vie” explique le Dr. Nathalie De Grissac Moriez, neurologue. Cette pathologie neurologique cérébrale est toutefois plus fréquente chez les enfants et chez les personnes âgées.

Épilepsie : quelles sont les causes ? Si, dans certains cas, il est impossible d’identifier l’origine de la maladie épileptique, certaines causes ont été identifiées par la Science :

  • Les lésions cérébrales acquises : il est ainsi possible de développer une épilepsie après un traumatisme crânien ou un accident vasculaire cérébral (AVC),
  • Une anomalie de développement : une malformation du fœtus durant la grossesse peut ainsi aboutir à une épilepsie chez l’enfant,
  • Un terrain génétique : comme la migraine ou l’asthme, l’épilepsie peut avoir une composante génétique qui se transmet de façon héréditaire,
  • Une maladie immunologique, métabolique ou encore infectieuse : une encéphalite (d’origine virale, par exemple) peut être à l’origine d’une épilepsie.

Épilepsie : quels sont les symptômes de cette maladie neurologique ?

On l’a dit : la maladie épileptique se caractérise par des crises qui surviennent en raison d’une activité électrique anormale au niveau de certaines populations de neurones du cerveau. Du côté des symptômes, on distingue donc les symptômes des crises épileptiques mais aussi les comorbidités, c’est-à-dire les symptômes de la maladie qui se manifestent en-dehors des crises.

Au-delà du “cliché” de la crise d’épilepsie (avec les convulsions etc.), une crise épileptique peut se traduire par des symptômes quasi-invisibles :

  • Une “absence”. En langage médical, on parle de “rupture de contact”. Cette “absence” du patient peut durer de quelques secondes à quelques minutes,
  • Des tremblements,
  • Des mouvements involontaires : “il peut être question de mâchonnements, de claquements de doigts…” souligne le Dr. De Grissac Moriez.
  • Des hallucinations auditives et/ou visuelles,
  • Une rigidité musculaire anormale,
  • De la confusion…

À savoir.L’épilepsie se définit par la répétition de crises spontanées, c’est-à-dire sans cause réellement identifiée, explique le Dr. De Grissac Moriez. Faire une crise d’épilepsie au cours de sa vie, avec une cause identifiable (le stress, une émotion forte…) ce n’est pas de l’épilepsie : on estime d’ailleurs que 10 % de la population mondiale sera un jour concernée.

Le fait que la crise d’épilepsie soit spontanée rend la maladie épileptique particulièrement difficile à vivre : les patients ont souvent la sensation d’avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête, ajoute la neurologue. Les crises peuvent survenir durant la nuit ; elles durent généralement moins de 3 minutes.

Du côté des comorbidités, ces symptômes de la maladie qui sont aussi présents en-dehors des crises, on peut citer :

  • Une anxiété pathologique,
  • Des troubles dépressifs,
  • Une perte de fluidité dans le fonctionnement intellectuel : “ça ne signifie absolument pas que les épileptiques sont moins intelligents que la moyenne, mais qu’ils ont besoin de davantage de temps pour raisonner” précise la spécialiste.
  • Éventuellement une atteinte au niveau de la mémoire et/ou du langage.

Les comorbidités de la maladie épileptique sont parfois plus handicapantes que les crises elles-mêmes, note la neurologue. Par ailleurs, on sait aujourd’hui que ces comorbidités ne se développent pas en réaction à la maladie : elles en constituent des symptômes à part entière.

Épilepsie : le diagnostic et les traitements

Diagnostic. L’examen de référence pour diagnostiquer la maladie épileptique, c’est l’électroencéphalogramme (ECG) : il est réalisé par le médecin neurologue. “L’ECG n’est toutefois pas suffisant : d’ailleurs, en cas d’épilepsie, il est parfois normal” souligne le Dr. De Grissac Moriez. En parallèle, l’interrogatoire du patient et du/des témoin(s) des crises est “précieux“.

La tomographie par émission de positrons (TEP-scan ou PET-scan), l’analyse génétique ainsi que l’IRM cérébrale permettent d’affiner le diagnostic en déterminant de quel type d’épilepsie il est question” ajoute la spécialiste.

La France accuse toutefois un important retard au niveau du diagnostic de la maladie épileptique : selon l’association Épilepsie France, moins de 10 % des patients épileptiques bénéficient d’un suivi par un neurologue ; il n’y a d’ailleurs que 2500 neurologues en activité en France.

Traitement. Dans la majorité des cas, le traitement de l’épilepsie est médicamenteux. “Dans environ 70 % des cas, les médicaments parviennent à équilibrer la maladie, c’est-à-dire à contrôler la survenue des crises” remarque la neurologue. Il existe de nombreux médicaments anti-épileptiques : “le choix se fait en fonction de l’âge du patient, du type d’épilepsie, de la tolérance vis-à-vis des effets secondaires…

À savoir.Chez l’enfant, le traitement n’est pas toujours nécessaire car la maladie peut disparaître avec l’âge” précise le Dr. De Grissac Moriez. Ainsi, l’épilepsie-absence est une des formes les plus fréquentes de la maladie chez l’enfant : elle apparaît vers 5-7 ans et son évolution est généralement bénigne puisqu’elle disparaît souvent vers l’adolescence.

En cas d’épilepsie pharmaco-résistante (c’est-à-dire : qui résiste aux médicaments anti-épileptiques), la chirurgie est une possibilité : “il s’agit de retirer la région cérébrale qui est à l’origine des décharges électriques, explique la neurologue. C’est une solution qui concerne une petite minorité de patients et qui représente une véritable opportunité“.

Épilepsie : comment vit-on avec cette maladie neurologique ?

Il reste beaucoup de préjugés négatifs au sujet de l’épilepsie et les patients épileptiques sont régulièrement confrontés au regard des autres, regrette le Dr. De Grissac Moriez. Des études scandinaves ont ainsi montré que les épileptiques étaient plus à risque d’isolement social et professionnel.

Pourtant, dans la majorité des cas (60 % à 70 %), grâce aux médicaments, l’épilepsie peut être contrôlée et les patients peuvent mener une vie quasi-normale : aller à l’école, travailler, conduire, voir des amis… “Un suivi psychologique est vraiment essentiel pour lutter contre le décrochage scolaire, la honte ou même le risque suicidaire.

Pour les enfants atteints d’épilepsie, il existe des établissements spécialisés comme l’ITEP Toul Ar C’hoat (Finistère) : les enfants (de 6 ans à 20 ans) sont pris en charge de façon globale par une équipe de 65 professionnels, ils apprennent à accepter la maladie, à repérer leurs forces et à bâtir leur estime de soi malgré la pathologie.

Merci au Dr. Nathalie De Grissac Moriez, neurologue à l’Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP) Toul Ar C’Hoat (Finistère).

Sources :

  • Association Épilepsie France
  • Inserm
  • Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)

À lire aussi :

  • L’épilepsie, incompatible avec la scolarité ?
  • L’obésité de la mère augmente le risque d’épilepsie chez les bébés
  • Epilepsie : les Français connaissent mal la maladie

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique