qop

DIRECT. Covid-19, les chiffres en France ce 29 décembre : 2 666 patients en réanimation, 11 395 cas en 24h

29 Déc. 2020

SOMMAIRE :

  • Covid-19 : les infos du jour en direct
  • Covid-19, les chiffres en France :cas, décès, courbes
  • Covid-19: que retenir de la conférence de presse de Jean Castex le 10 décembre ?
  • Confinement en France : les modalités pratiques, les attestations
  • Coronavirus dans le monde : le bilan

Covid-19 : les infos du jour en direct

Covid-19 en France : le direct ce mardi 29 décembre 2020

  • Mesures sanitaires : invité sur France 2 ce mardi soir, Olivier Véran écarte l’hypothèse d’un reconfinement national mais annonce l’extension d’un couvre-feu dès 18 h dans plusieurs départements de l’Est, où le taux d’incidence dépasse le seuil d’alerte maximal. Il pourrait être mis en place dès le 2 janvier. “Les décisions seront annoncées dans le courant de la semaine prochaine, lorsque nous aurons les informations à date”, a précisé le ministre de la Santé.  Les élus du Grand-Est comme les maire de Reims ou de Nancy ont plaidé ces derniers jours en faveur d’un reconfinement local.
  • Conseil scientifique : dans un nouvel avis rendu public ce 29 décembre, la Conseil scientifique estime “possible qu’un surcroît de contaminations intervienne en fin d’année, notamment à l’occasion des fêtes”, et “qu’un tel surcroît de contaminations provoque à horizon de quelques semaines une reprise incontrôlée de l’épidémie, une forte augmentation des hospitalisations, des placements en réanimation et des décès.”
  • Campagne de vaccination : La campagne de vaccination contre le Covid-19 va se poursuivre cette semaine dans 23 Ehpad des régions de Lille et de Tours. La campagne avait été inaugurée dimanche dans l’unité de soins longue durée de l’hôpital René-Muret de Sevran, en Seine-Saint-Denis et d’un Ehpad de Dijon (Côte d’Or), une des régions où le taux d’incidence du virus est le plus élevé. Ce premier jour, une vingtaine de personnes ont été vaccinées contre le Covid-19. Plusieurs centaines vont suivre cette semaine. Selon un sondage BVA publié par le JDD, réalisé entre le 11 et le 14 décembre, une majorité de Français (56%) n’envisagent pas de se faire vacciner. Sur Twitter, Emmanuel Macron, a souhaité rassurer les Français : “je l’ai dit, je le répète, la vaccination ne sera pas obligatoire. Ayons confiance en nos chercheurs et médecins.” De son côté, le maire de Nice Christian Estrosi, demande que la campagne de vaccination démarre “tout de suite et pas dans 8 jours” dans son département des Alpes maritimes confronté à une recrudescence de l’épidémie.
  • Reconfinement : dans une interview dans le JDD, le ministre de la Santé Olivier Véran n’exclut pas l’hypothèse d’un 3e confinement. Il se dit prêt à prendre “les mesures nécessaires si la situation devait s’aggraver”.
  • Variant du coronavirus : plusieurs prélèvements positifs pouvant faire évoquer le variant VOC 202012/01 sont en cours de séquençage par les laboratoires du CNR, informe la Direction générale de la Santé dans un communiqué, vendredi soir. Un premier cas a été détecté à Tours. Il s’agit d’un homme de nationalité française résidant en Angleterre. Arrivé de Londres le 19 décembre, il a été pris en charge au CHU le 21 et détecté positif. “La personne, asymptomatique pour la Covid19, est actuellement isolée à son domicile et se porte bien”, détaille la DGS, qui précise que “plusieurs prélèvements positifs pouvant faire évoquer le variant VOC 202012/01 sont en cours de séquençage par les laboratoires du CNR.”
  • Vaccin anti-Covid COMIRNATY : suite à l’autorisation de mise sur le marché européenne du vaccin à ARNm développé par les firmes BioNTech et Pfizer, la HAS présentera son avis à 11h ce jeudi, sur sa place dans la stratégie vaccinale contre la Covid-19.
  • Afrique du Sud : une variante du coronavirus plus «transmissible», selon un chercheur. Nous pensons, et tous les éléments vont dans ce sens, que cette variante est davantage transmissible“, a affirmé mercredi à l’AFP, Tulio de Oliveira, directeur d’un institut de recherche, adossé à l’Université du Kwazulu-Natal (Afrique du Sud).
  • Cinéma, théâtres… : “Au vu du contexte sanitaire”, le Conseil d’État a validé ce mercredi la fermeture des cinémas, théâtres et salles de spectacle décidée par le gouvernement au moins jusqu’au 7 janvier.
  • Royaume-Uni : la France va instaurer l’obligation d’un test PCR (classique ou antigénique) pour ses ressortissants qui veulent revenir. Cela fait suite à la suspension de tous les déplacements en provenance du Royaume-Uni pour au moins 48h, annoncée dimanche par le ministre des Transports.
  • Mutation Covid-19 : selon des informations préliminaires, rien n’indique que la variante du coronavirus pourrait être plus contagieuse, et aucune preuve ne montre aussi à ce stade qu’elle soit plus mortelle, a indiqué lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans un communiqué publié mardi, l’OMS note par ailleurs que des études en laboratoire sont en cours pour déterminer si ces variantes de virus ont “des propriétés biologiques différentes ou si elles modifient l’efficacité (éventuelle) d’un vaccin”. Pour en savoir plus sur le degré de contagiosité de la mutation, les autorités britanniques mènent des enquêtes épidémiologiques et virologiques pour évaluer plus en détail la transmissibilité, la gravité de l’infection, le risque de réinfection et la réponse des anticorps de cette nouvelle variante. 
  • Vaccin Pfizer : La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé ce lundi qu’elle autorisait la distribution dans l’UE du vaccin de Pfizer-BioNTech, quelques heures après le feu vert de l’Agence européenne des médicaments. En France, la campagne démarrera “la semaine prochaine”, selon Olivier Véran. Dernière étape en effet : l’avis de la HAS, attendu le 24 décembre.
  • 3e vague : une étude du CHRU de Nancy, révélée par le JDD, révèle quatre scénarios selon l’évolution du “R0 effectif”, du plus optimiste (un R0 à 1,025) au plus pessimiste (un R0 à 1,17). Quelle que soit l’hypothèse retenue, une tension est à prévoir pendant la période des fêtes. On atteindrait alors le 7 janvier entre 3 500 et 5 000 lits occupés, ce dernier chiffre étant proche du pic observé à la mi-novembre.
  • Vaccination : la HAS recommande dans un nouvel avis de ne pas vacciner les personnes ayant déjà été infectées par le virus. La HAS estime que la fréquence réelle des cas de réinfection est difficile à établir, le nombre de cas publiés de réinfection restant pour l’instant faible (une dizaine environ). 
  • Record de mortalité en France : celui établi en 2019 est dépassé au 7 décembre, selon des données provisoires de l’Insee. “Entre le 1er janvier et le 7 décembre, 617 197 décès sont survenus en 2020”, précise l’institut national de la statistique, qui en avait recensé 613 243 pour toute l’année 2019, un record depuis l’après-guerre en raison de l’accroissement et du vieillissement de la population. Au 7 décembre, 46 703 décès de plus que l’an dernier à la même date ont été recensés. Cet excès de mortalité est essentiellement lié au virus.
  • Bilan sanitaire à l’école : 34 établissements scolaires sont actuellement fermés (0,05%) et 146 classes (0,03%) selon le dernier bilan communiqué vendredi 18 décembre, par le ministère de l’Education Nationale. Par ailleurs, 5 264 élèves et 904 personnels ont été testés positifs ces 7 derniers jours.
  • Lieux de contamination : une étude de l’Institut Pasteur (ComCor) menée sur 25 000 personnes et pilotée par Arnaud Fontanet (Conseil scientifique) sur les lieux de contamination, montre quelles sont les situations les plus à risque. Il s’agit avant tout des repas hors du foyer, vient ensuite la proximité avec les enfants. L’étude pointe par ailleurs le retard à l’isolement. En effet, 94% des malades se sont isolés mais ils l’ont fait trop tard. Or, dès les premiers jours de la maladie, il est possible de contaminer beaucoup de monde.
  • L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande le port du masque lors des réunions familiales de Noël et des fêtes de fin d’année en Europe, a-t-elle annoncé ce mercredi, avertissant d’un risque “élevé” de reprise de l’épidémie début 2021.
  • Un nouveau médicament à base d’anticorps monoclonaux, dont Donald Trump a bénéficié en novembre, pourrait aussi être validé en début d’année 2021, explique au Parisien  Jean-François Delfraissy. “Il s’agit d’isoler les anticorps des patients qui ont eu le Covid, de les reproduire en grande quantité en labo et de les injecter à titre préventif, pour éviter notamment des formes graves.
  • L’Agence du médicament (ANSM) publiera chaque semaine un rapport sur les effets indésirables pendant la campagne de vaccination contre le Covid-19. En plus de cela, un “dispositif renforcé” sera mis en place pour faciliter leur déclaration et pour identifier des effets indésirables qui n’auraient pas été observés lors des essais cliniques.
  • Cancer : les retards dans la prise en charge des cancers au cours de la première vague de Covid-19 pourraient entraîner 1000 à 600 décès supplémentaires dans le monde au cours des prochaines années, selon des modélisations de l’université américaine Johns Hopkins.
  • Vous pouvez télécharger la nouvelle attestation Covid-19 sur l’application Tous Anti-Covid ou sur le site du gouvernement.
  • Alcoolisme : Dans un contexte anxiogène, mêlant craintes sanitaires et hausse de la précarité, la santé mentale des Français est durement affectée. Au premier rang des risques, l’augmentation de l’addiction à l’alcool. Stress, alcool à portée de main… contribuent à des rechutes. Les conseils de la psychiatre Fanny Jacq interrogée par Top Santé.
  • Personnes vulnérables : le nouveau décret a été publié, certains critères sont réintégrés après avoir été retirés en mai.
  • Le délai de l’IVG est allongé pendant le confinement.
  • Le Parlement a adopté la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février – avec instauration d’un régime transitoire jusqu’au 1er avril.

Que retenir de l’intervention de Jérôme Salomon jeudi 17 décembre ?

>> Une situation épidémique “préoccupante” en France

Après une baisse épidémique puis un plateau, la tendance est “à l’augmentation depuis quelques jours”. La météo ainsi que les rapprochements liés aux fêtes de fin d’années risquent d’aggraver la situation.

  • Ce jour, le nombre de nouveaux cas positifs est de 18 254, bien au-dessus des 10 000 donc. Un chiffre à modérer toutefois, souligne Jérôme Salomon, car nous faisons davantage de tests (1 430 000 tests antigéniques ont été pratiqués en une semaine). L’augmentation du taux de dépistage peut donc avoir un effet sur le taux d’incidence.
  • En revanche, le R, indicateur de la circulation du virus est de nouveau en légère augmentation. Il est même passé de nouveau au-dessus de 1, ce qui signifie qu’une personne contaminée en contamine plus d’une autre. Donc que le virus circule plus.
  • A l’hôpital, 25 182 malades sont toujours hospitalisés, dont 2 808 en réanimation et 1 362 personnes atteintes du Covid ont été hospitalisées ces dernières 24 h dont plus de 150 en réanimation.
  • Le bilan est de 59 619 décès en France depuis le début de l’épidémie.

>> Situation à l’international : Europe et Etats-Unis très impactés

Les foyers actuels majeurs de l’épidémie se situent toujours en Amérique (en particulier aux Etats-Unis) et en Europe, avec respectivement 47% et 38% des cas rapportés dans le monde. La situation se stabilise en Amérique du Sud à l’exception du Brésil. L’Inde est très touchée et l’épidémie repart au Japon. En Europe, les chiffres semblent se stabiliser, même si la situation se dégrade en Allemagne et que la Belgique reste le pays le plus endeuillé au monde.

>> “La prévention reste la pierre angulaire de notre stratégie”

Jérôme Salomon rappelle l’importance des gestes barrières et de l’isolement en cas de symptômes ou de contact avec une personne contaminée.

Au sujet des fêtes de fin d’année, qui vont occasionner déplacements et retrouvailles, il rappelle : “le virus peut voyager avec nous, ne lui donnons aucune occasion de contaminer nos proches. Adoptons tous ensemble les réflexes de bon sens et les bonnes pratiques.”

Il revient ensuite sur l’utilité des tests de dépistage : “Si on restreint au maximum les contacts à risque dès maintenant, un test systématique n’est pas nécessaire. En revanche, si dans la semaine qui vient des symptômes apparaissent, que nous avons été en contact avec une personne testée positive ou si nous avons eu des contacts à risque, il faut s’isoler et se faire tester. Même avec un test négatif nous devons continuer à respecter les gestes barrière“.

Le directeur général de la Santé donne enfin des conseils pour les repas de fêtes : 6 adultes maximum, maintien des distances, pas de partage des couverts, aération des pièces à vivre et masque, surtout en présence des personnes fragiles. Mais aussi : désinfection des surfaces, poignées de portes, toilettes, etc.

Covid-19, les chiffres en France :cas, décès, courbes

Le bilan en chiffres en France au mardi 29 décembre :

  • 2 574 041 cas confirmés (+11 395 en 24h)
  • 64 078 décès (+388 en 24h à l’hôpital) 
  • 7 634 hospitalisations les 7 derniers jours dont 1 172 en réanimation 
  • 2 694 patients actuellement hospitalisés en réanimation au total 
  • Taux de positivité des tests : 2,8%
  • 2 335 clusters en cours d’investigation dont 839 en Ehpad 
  • 100 départements en vulnérabilité “élevée”
  • Au total, en réanimation 

  • Nouvelles admissions en réanimation 

Le point épidémiologique de Santé Publique France du 17 décembre : Vigilance à l’approche des fêtes : la circulation du virus augmente

>> Augmentation de la circulation virale

Au cours de la semaine 50 (du 7 au 13 décembre), près de 11 400 cas étaient confirmés, en moyenne, chaque jour en France. Après cinq semaines de diminution continue, le nombre de nouveaux cas confirmés par tests RT-PCR et antigéniques augmente de 10% (79 787 nouveaux cas en semaine 50 contre 72 516 en semaine 49).

Les nouvelles hospitalisations (8 608 en semaine 50 vs 8 424 en semaine 49) et les admissions en réanimation (1 146 en semaine 49 vs 1 127en semaine 49) se stabilisent (+ 2% respectivement).

La mortalité liée à la COVID-19 reste très élevée avec 2 515 nouveaux décès comptabilisés en semaine 50 et des évolutions contrastées selon les régions. La baisse des décès observée par rapport à la semaine 49 (2 880 décès soit -13%) reste à confirmer dans les prochaines semaines du fait du délai de consolidation plus long des données de mortalité notamment pour les décès survenus en établissements médico-sociaux.

>> Une priorité : se protéger et protéger les plus vulnérables

La situation épidémique observée en semaine 50 nécessite de respecter scrupuleusement les mesures de prévention dans la sphère privée comme en collectivité à l’approche des fêtes et dans le contexte de l’allègement des mesures de confinement afin d’éviter une flambée épidémique.

Aujourd’hui encore l’adoption par tous des mesures de prévention individuelle associées aux mesures collectives reste le seul moyen pour limiter la circulation du virus, contenir l’épidémie et protéger les personnes les plus fragiles vis-à-vis de la COVID-19.

Enfin, chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s’isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais. L’utilisation des outils numériques (TousAntiCovid) est également recommandée pour renforcer les mesures de contact-tracing et d’isolement rapide.

Covid-19: que retenir de la conférence de presse de Jean Castex le 10 décembre ?

Le couvre-feu, le confinement et l’effort des Français ont été efficaces, observe le Premier Ministre en introduction de la conférence de presse ce jeudi soir, précisant qu’il comprend les contraintes liées à ces restrictions, les lassitudes, les doutes, les souffrances. “Nous sommes sur une sorte de plateau”, explique Jean Castex, précisant que “le nombre de nouvelles contaminations ne se réduit plus et tend même à augmenter ces derniers jours”.

>> Situation épidémiologique

Olivier Véran évoque la flambée de l’épidémie “partout dans le monde”, notamment aux Etats-Unis qui dépassent régulièrement 100 000 contaminations par jour, alors qu’en Europe “quasiment tous les pays ont dépassé les niveaux d’alerte épidémique”.

“La France présente désormais un taux de contamination plus faibles que la quasi-totalité des pays qui nous entourent”, souligne encore le ministre de la Santé.

Néanmoins, le facteur climatique joue vraisemblablement un rôle dans la diffusion du virus, explique Olivier Véran, cela peut “expliquer le gradient est / ouest”.

Côté hospitalisations, “cela baisse mais la baisse ralentit, et nous savons que cela ne baissera plus dans les prochaines semaines”. Même chose en réanimation, où la baisse est lente et pourrait même s’inverser. Les transferts de patients ont d’ailleurs repris depuis la régions Bourgogne-Franche-Comté.

>> Adaptation des mesures de déconfinement

Les conditions climatiques ne vont pas s’améliorer et les fêtes vont favoriser les contacts, ce sont des périodes à risque. Conclusion du gouvernement : la situation ne va pas s’améliorer. “Nous ne serons pas au 15 décembre à l’objectif des 5 000 cas par jour”, insiste Jean Castex, soit le niveau où l’on peut réduire durablement le contrôle de l’épidémie et aussi reprendre le contrôle sur l’épidémie.

Aussi, le gouvernement fait le choix d’adapter nos mesures “pour que chacun puisse profiter des vacances mais sans nous exposer à un risque de rebond épidémique”, et in fine “éviter un 3e confinement.”

Le 15 décembre marquera bien une nouvelle étape, mais avec des règles plus strictes que celles prévues initialement :

-Les établissements recevant du public (salles de spectacles, musées, cinémas, salles de sport, salles de jeux…), resteront fermés 3 semaines de plus. Leur ouverture est décalée au 7 janvier si la situation sanitaire le permet.

-Les règles pour les lieux de culte resteront les même qu’aujourd’hui.

-Le couvre-feu sera rétabli dès le 15 décembre à 20h et contrôlé avec des dérogations limitées.

-Les déplacements seront autorisés la journée mais interdits de 20h à 5h du matin. Seuls un nombre limité de déplacements seront autorisés et soumis à attestation de déplacement : domicile-travail si vos horaires l’imposent, raison de santé pour des soins urgents ou achats de médicaments, motifs impérieux, missions d’intérêt général, déplacements pour sortir un animal de compagnie. Les sorties et pratiques sportives ne feront pas l’objet d’une dérogation. Le non-respect expose à une amende de 135 euros. Les contrôles seront renforcés.

-Réveillon de Noël : il concentre “tous les ingrédients d’un rebond épidémique” selon le gouvernement, qui appelle à être “raisonnable”. Aussi, le 31 décembre, le couvre-feu sera maintenu avec un maximum de 6 personnes pour se retrouver. Le couvre-feu ne s’appliquera pas pour le 24 décembre.

>> “Tester, alerter, isoler” devient “Tester, alerter, protéger”

Olivier Véran explique que le dépistage et l’identification des cas contacts va s’améliorer afin d’alerter rapidement les cas contacts et éviter qu’ils ne contaminent d’autres personne. L’objectif fixé par le ministre est d’obtenir les résultats des tests en moins de 24h, voire moins de 12h.

Dès janvier, la stratégie va évoluer avec le renforcement des équipes de tracing, celui-ci sera initié dès le résultat du test. En cas de test positif, il sera proposé une visite à domicile d’une équipe pluri-disciplinaire qui pourra proposer des tests antigéniques aux autres personnes du foyer, donner des conseils, apporter un accompagnement humain pour les courses par exemple. Une charte sera remise au patient dès la réalisation du test, l’invitant à respecter la mise à l’abris.

>> Se faire tester avant le réveillon ?

Olivier Véran ne conseille pas de se faire tester (en l’absence de risque ou symptôme). Il rappelle qu’un test négatif ne signifie pas qu’on n’est pas contaminé. Le danger serait de se sentir protéger, de relâcher les gestes barrières en particulier avec les personnes fragiles. Cela pourrait aussi engorger les laboratoires.

“Si vous avez un doute, n’utilisez pas le test comme un totem d’immunité, cela serait risqué pour vous et vos proches”, résume Olivier Véran. Jean Castex conseille par ailleurs de limiter les interactions 5 jours avant le réveillon.

Confinement en France : les modalités pratiques, les attestations

Confinement : les modalités pratiques

A compter du 28 novembre, étape 2 du déconfinement, le droit de sortie est élargi à 20km pendant 3h, les commerces rouvrent, de même que les disquaires et les libraires, dans le cadre d’un protocole strict. Les offices religieux seront autorisés pour moins de 30 personnes, les activités extra scolaires aussi.

Pour chaque sortie, l’attestation est obligatoire, elle est disponible sur le site du gouvernement et sur l’application Tous Anti-Covid. Une amende de 135 euros est prévue en cas de non-respect du confinement.

>> Lien pour télécharger l’attestation de déplacement

Deux attestations permanentes : l’une pour le travail, l’autre pour les écoles

  • L’une pourra être délivrée par l’employeur pour les déplacements entre le domicile et le travail.
  • L’autre par l’établissement scolaire pour les parents devant faire le trajet domicile-école.

>> Voici les raisons pour quitter son domicile :

“Comme pendant le confinement, vous pourrez ainsi sortir pour faire vos courses alimentaires, pour vous rendre ou revenir de votre travail et exercer votre activité professionnelle (si vous n’êtes pas en capacité de le faire en télétravail), pour des motifs médicaux, vous rendre à l’hôpital, chez un professionnel de santé, dans une pharmacie, pour des motifs familiaux impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables et précaires, notamment aux personnes en situation de handicap, pour une convocation judiciaire ou administrative, pour la participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative. Cela concerne par exemple les maraudes des associations de lutte contre la pauvreté ou les distributions d’aide alimentaire à domicile.”

Pour faire de l’activité physique, prendre l’air ou pour promener ses animaux domestiques, sans dépasser un rayon de 20 kilomètre du domicile pendant 3 heures. “Je rappelle que, pour les activités physiques, seules les pratiques individuelles et de plein air comme le jogging seront autorisées dans ce cadre précis”, ajoute le premier ministre. “Les salles de sport et les gymnases seront fermés et les sports collectifs de plein air, comme le foot, le basket, le rugby, interdits”.

Contrairement au printemps, les parcs, jardins, forêts, plages sont ouverts.

Des autorisations supplémentaires sont prévues pour accompagner un enfant à l’école ou aller le chercher, pour se rendre dans un service public ou chez un opérateur assurant une mission de service public (la CAF, l’Assurance-maladie, Pôle emploi, les maisons départementales pour les personnes handicapées, un rendez vous à la mairie ou à la préfecture…).”

Les guichets de La Poste et les guichets de banque sont également ouverts. La formation est possible quand cela n’est pas possible à distance. Il sera possible de se présenter à un examen ou concours, notamment le Permis de conduire.

>> Les déplacements et activités qui ne sont pas autorisés :

  • aller chez des amis ou de recevoir chez soi
  • se déplacer à plus de 20 km
  • se déplacer entre régions

Les bars et les restaurants, les salles de spectacle et les cinémas, les salles de sport, les parcs d’attractions, les salons, foires et expositions sont fermés.

>> Les lieux de culte sont ouverts, les cérémonies interdites

Les cérémonies religieuses sont interdites, sauf pour les enterrements, dans la limite de 30 personnes et pour les mariages dans la limite de 6 personnes.

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 17 décembre :

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 71 351 695 cas confirmés de COVID-19 ont été rapportés dans le monde – dont 1 612 372 décès – au 15/12/2020.

Les foyers actuels majeurs de l’épidémie se situent toujours dans la zone Amériques et en Europe, à l’origine respectivement de 47% et 38% des cas rapportés dans le monde pour la semaine 50. Comme en semaine 49, une augmentation du nombre de nouveaux cas (+11%) et de décès par COVID-19 (+12%) est observée dans la zone Amériques.

  • En Europe, le nombre de nouveaux cas est stable et le nombre de nouveaux décès est en baisse pour la 3e semaine consécutive, bien que restant à des niveaux élevés.
  • En semaine 50, l’Afrique rapporte les plus fortes augmentations du nombre de nouveaux cas (+40%) et de nouveaux décès (+49%) par rapport à la semaine 49 ; même observation pour la zone Pacifique-Ouest mais dans une moindre mesure.
  • L’Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient poursuivent leurs baisses en nombre de nouveaux cas et de nouveaux décès en semaine 50.

Les 5 pays rapportant le plus grand nombre de cas en semaine 50 étaient : les États-Unis (1,4 million), le Brésil (300 000 cas), la Turquie (220 000 cas), l’Inde (210 000 cas) et la Russie (193 000 cas).

En Europe, plusieurs pays de l’UE/EEA et le Royaume-Uni rapportent une stabilisation ou une baisse de certains indicateurs épidémiologiques sur les 7 derniers jours (taux d’incidence, taux de positivité et nouvelles admissions à l’hôpital ou en réanimation pour COVID-19). Malgré ces tendances, ces indicateurs restent à des niveaux élevés, témoignant d’une circulation toujours active du SARS-CoV-2 dans de nombreux pays. Les taux d’incidence chez les personnes âgées de plus de 65 ans sont en augmentation dans 10 pays, ainsi que les taux de mortalité dans 17 pays en semaine 49. Pour la semaine 49, les données recueillies dans 18 pays de l’UE/EEA rapportaient un taux de 1,7 patients pour 100 000 habitants en soins intensifs, soit 76% du taux d’occupation maximale des soins intensifs observé pendant la pandémie.

Voir aussi :la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Rappel des gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car “l’essentiel des contaminations se fait par les mains”
  • porter un masque
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000 (appel gratuit avec service de soutien psychologique gratuit) 7j/7

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • En France :Santé publique FranceetMinistère des Solidarités et de la Santé
  • Toutes les informations utiles sur:https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • A l’international :OMSetECDC
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne

Coronavirus : comment se soigner à la maison ?

Comment faire ses courses sans risques ?

A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?

Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique