qop

DIRECT. Covid-19, les chiffres en France ce 25 janvier : 3 031 patients Covid en réanimation, 4 240 nouveaux cas

26 Jan. 2021

SOMMAIRE :

  • Covid-19 : les infos du jour en direct
  • Covid-19, les chiffres en France :cas, décès, courbes
  • Covid-19 : les annonces de Jean Castex et Olivier Véran du 14 janvier
  • Coronavirus dans le monde : le bilan

Covid-19 : les infos du jour en direct

Covid-19 : le direct, ce lundi 25 janvier :

  • Le vaccin anti-Covid de Moderna “conserve une activité neutralisante contre les variants émergents identifiés pour la première fois au Royaume-Uni et en République d’Afrique du Sud”, annonce le laboratoire dans un communiqué ce lundi.
  • L’Institut Pasteur annonce l’arrêt du développement d’un de ses candidats vaccins, celui basé sur le virus du vaccin contre la rougeole. Cette décision fait suite à l’examen des résultats intermédiaires obtenus dans le cadre d’essais de phase I menés chez l’homme depuis août dernier. “Le candidat vaccin a été bien toléré, mais les réponses immunitaires induites se sont avérées inférieures à celles observées chez les personnes guéries d’une infection naturelle ainsi qu’à celles observées avec les vaccins autorisés contre le SARS-CoV-2/Covid-19”, précise le communiqué de presse. L’Institut Pasteur poursuit en revanche le développement de deux autres candidats vaccins arrivés en fin de phase préclinique : le premier, administrable par voie nasale, est développé avec la société de biotechnologie TheraVectys. Le second est un candidat vaccin à ADN. Ces 2 candidats sont aujourd’hui en phase préclinique.   
  • Variants du coronavirus : invité dimanche soir sur BFMTV, Jean-François Delfraissy affirme que le variant britannique est vraisemblablement responsable de 7 à 9% des contaminations au Covid-19 dans certaines régions françaises, et notamment en région parisienne. “Les variants changent complètement la donne depuis trois semaines car ils apparaissent de façon multiple et ont un facteur de transmission plus élevé”, a précisé le président du Conseil scientifique. Une nouvelle enquête Flash sera effectuée demain et mercredi pour surveiller la circulation des variants sur le territoire. Selon la première enquête, réalisée les 7 et 8 janvier, le variant anglais du virus représente entre 1 et 1,5% des tests positifs analysés en France. 
  • Reconfinement : face à la persistance de l’épidémie et à la menace des variants, la décision de reconfiner serait “sur le point d’être prise”, selon plusieurs sources haut placées au sein de l’exécutif contactées par le Journal du Dimanche, qui précise que “seuls le calendrier et les modalités restant en débat”. Selon le JDD, Emmanuel Macron devrait l’annoncer aux Français dans une déclaration télévisée mercredi, jour du prochain conseil de défense, pour une entrée en vigueur du dispositif avant la fin de la semaine, et “au moins pour trois semaines”, selon un ministre important. Toutefois, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué dimanche qu’aucune décision n’avait été prise sur un éventuel reconfinement. “Il n’y a pas de décision prise, et les prochains jours seront décisifs”, mais “par principe, tous les scenarii sont sur la table”, a-t-il précisé sur France 3.
  • Bilan sanitaire à l’école : 64 établissements scolaires (47 écoles, 13 collèges, 4 lycées) sont actuellement fermés, soit 0,11% et 371 classes (O,07%) selon le dernier bilan communiqué vendredi 22 janvier, par le Jean-Michel Blanquer. Par ailleurs, 10 003 élèves et 1 586 personnels ont été testés positifs ces 7 derniers jours. “Sur plusieurs milliers de tests réalisés au sein de l’Éducation nationale, nous avons aujourd’hui le même taux de positivité qu’en décembre, commente le ministre ce dimanche dans les colonnes du JDD. La situation permet donc la continuité scolaire, mais nous sommes vigilants.”
  • Nombre de vaccination Covid par jour en France : depuis le début de la vaccination en France le 26 décembre 2020, 1 008 720 personnes ont été vaccinées, annonce dimanche le ministère de la Santé. Le gouvernement a pour objectif de vacciner entre 2,4 et 4 millions d’ici fin février. “La totalité des Français seront vaccinés d’ici la fin août, à condition d’avoir les vaccins (..) s’ils sont validés et efficaces”, s’est par ailleurs avancé Olivier Véran ce jeudi.
  • Décalage de la 2e dose de vaccin : la Haute autorité de santé (HAS) recommande de décaler la deuxième dose de vaccin (Pfizer et Moderna) à 6 semaines pour accélérer la vaccination et faire face à la flambée épidémique. La HAS s’appuie sur des modélisations de l’Institut Pasteur, qui montrent que cet allongement permet de vacciner plus rapidement les populations les plus à risque, soit “au moins 700 000 personnes supplémentaires qui seraient protégées par le vaccin” sur une période d’un mois. Pour l’heure, le ministère de la Santé, a recommandé d’injecter la deuxième dose à 4 semaines dans les centres de vaccination et 3 semaines dans les Ehpad, au regard des recommandations de l’OMS. 
  • OMS à Wuhan : “Toutes les hypothèses sont sur la table. Il est clairement trop tôt pour parvenir à une conclusion sur l’endroit où est né ce virus, que ce soit en Chine ou hors de Chine”, a déclaré le directeur chargé des questions d’urgence sanitaire à l’OMS, Michael Ryan. Des experts sont arrivés en Chine le 14 janvier dernier pour enquêter sur l’origine de l’épidémie.
  • Vaccin AstraZeneka : la laboratoire a prévenu vendredi que les livraisons de son vaccin en Europe, sous réserve de son approbation, seront moins importantes que prévu, en raison d’une “baisse de rendement” sur un site de fabrication.
  • Un premier cas du variant brésilien a été détecté en Allemagne. 
  • L’Agence européenne du médicament a confirmé hier que chaque flacon de vaccin pourrait finalement être utilisé pour 6 doses (la 6e dose était jusqu’à présent utilisée en “bonus” mais le laboratoire livrait en réalité 5 doses). Mais, mauvaise nouvelle : le laboratoire Pfizer considère désormais qu’il peut diminuer ses livraisons. La France recevra ainsi 20% de flacons de moins qu’attendu alors que le contrat passé porte sur la livraison d’un certain nombre de doses, et non de flacons. 
  • Bilan Santé Publique France : le virus circule toujours “à un niveau élevé” avec 18 364 cas confirmés par jour en moyenne, la deuxième semaine de janvier, observe Santé Publique France, dans son point hebdomadaire, publié ce 22 janvier. Le taux d’incidence se stabilise au niveau national et une légère amélioration de ce taux est observée dans les régions Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne, alors qu’il tend à augmenter dans 4 régions jusqu’alors moins touchées : Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Corse. En raison de la circulation active du virus et des variants émergents, Santé Publique France appelle à accélérer la vaccination et à poursuivre les mesures barrières et la limitation des contacts.
  • Un test PCR sera obligatoire pour tout voyageur européen arrivant en France, via les aéroports et les ports, à partir de dimanche minuit.
  • Point sanitaire et reconfinement : Interrogé sur l’éventualité d’un reconfinement ce jeudi soir à 20h sur TF1, Olivier Véran a expliqué que “si le couvre-feu porte ses fruits, nous serions dans un maintien de la situation épidémique. Sinon, si le virus britannique se diffusait, nous serions dans une situation type allemande.” Pour l’heure, “nous souhaitons donner la chance au couvre-feu de fonctionner”, a-t-il ajouté. Un nouveau confinement pourrait ainsi être mis en place “si la situation l’exigeait”. 
  • Selon le ministère de la Santé, il y a peut-être un “effet couvre-feu”, car le taux d’incidence a baissé de 15% sur les 7 derniers jours, dans les départements qui l’ont mis en place depuis le 2 janvier, contre 2% dans les autres départements. Toutefois, il est trop tôt pour le confirmer, et le gouvernement reste attentif à l’évolution des variants.
  • Masques de catégorie 1 : suite à un avis du Haut Conseil de Santé Publique, le gouvernement demande aux Français de ne plus utiliser de masques faits maison, jugés insuffisamment filtrants face à l’apparition de nouveaux variants plus contagieux. En revanche, le HSCP ne plaide pas pour l’utilisation des masques FFP2, comme c’est le cas en Allemagne. Restent valides tous les masques dont le pouvoir filtrant est supérieur à 90%. Un décret devrait rendre obligatoire le port du masque de catégorie 1 dans l’espace public, selon le cabinet du Premier ministre.
  • Distance de sécurité : selon ce même avis du HCSP, la distance qui détermine si vous êtes “cas contact”, jusqu’alors de 1 mètre, est élargie à 2 mètres, a annoncé jeudi le cabinet du Premier ministre.
  • Remontées mécaniques : Olivier Véran a confirmé que les remontées mécaniques “n’ouvriront pas au 1er février et il y a très peu de chance qu’elles puissent ouvrir au mois de février”.
  • Etudiants : Emmanuel Macron en visite ce jeudi à l’université de Paris-Saclay a déclaré qu’ils pourront passer “20% de leur temps en présentiel”, soit un jour par semaine au deuxième trimestre et avec des “protocoles sanitaires très stricts”. Le Chef de l’Etat a par ailleurs annoncé que les étudiants bénéficieront de deux repas par jour à un euro le repas dans les restos U, afin de leur permettre de faire face aux conséquences de la crise sanitaire.
  • L’Assemblée nationale a voté ce mercredi soir le prolongement de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021.
  • Troisième vague ? Alors que la France peine à sortir de la deuxième vague, le président de Samu-urgences de France et chef des urgences du CHR de Metz/Thionville, le Dr François Braun, craint une “troisième vague fatale” en mars. Il souligne à l’AFP que malgré “les mesures prises” le virus continue de circuler “à un niveau élevé”. “Au début, il y a eu la première vague, un tsunami dans le Grand Est. Mais, avec le confinement, le niveau était redescendu presque à zéro. Le fait est qu’il y a toujours eu en France un fond de Covid-19 et, depuis la fin de l’été, pour de multiples raisons, ça a ré-augmenté. On a appelé ça ‘la deuxième vague’. Mais c’était plutôt une marée montante sur plusieurs mois”, déplore-t-il.
  • Selon le bilan démographie de l’Insee, la crise sanitaire du Covid a fait perdre 0,4 an d’espérance de vie aux femmes et 0,5 aux hommes. Elle est désormais de 85,2 ans chez les femmes et 79,2 ans chez les hommes.
  • 5 personnes sont décédées après avoir reçu le vaccin Pfizer BioNTech, annonce le ministère de la Santé ce mardi, trois ont été enregistrés par le centre de pharmacovigilance de Nancy, un par celui de Tours et un autre par Montpellier. A ce stade, le lien avec la vaccination n’est pas établi. Toutes les personnes décédées étaient âgées et souffraient de comorbidités, précise le ministère. En Europe, ce sont 71 décès qui ont été signalés au total, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Norvège et au Danemark.
  • 73 experts appellent à supplémenter en vitamine D la population française dans son ensemble et non uniquement les personnes âgées ou celles qui sont à risque de forme grave de COVID-19. Voir aussi notre article Vitamine D : les aliments qui en contiennent le plus.
  • Mauricette, première vaccinée en France, a reçu sa deuxième dose de vaccin ce mardi 19 janvier.
  • Déclaration de l’OMS : Tedros Adhanom Ghebreyesus, a averti lundi que le monde ferait face à un “échec moral catastrophique” si les pays riches accaparaient les vaccins contre le Covid-19 au détriment des pays pauvres. Le problème c’est que les pays riches ont acheté la majorité de l’approvisionnement en vaccins multiples, laissant peu de place aux plus pauvres. “Les pays à revenu faible ou intermédiaire ne reçoivent pas encore le vaccin”, avait déjà alerté le 7 janvier, le Directeur général de l’OMS. Un dispositif “COVAX” mis en place par l’OMS est censé faciliter un accès égalitaire pour tous les pays.
  • Vers un 3e confinement ? “Dans notre dernier rapport du Conseil scientifique, nous proposions quatre options de contrôle de l’épidémie, a expliqué l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, invité dimanche du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI . Par ordre croissant de gravité, nous allions du couvre-feu avancé à 18 heures, jusqu’à trois autres solutions, plus fortes, dont la plus extrême est le confinement. Au vu de la situation, nous aurions préféré les mesures 2 ou 3, un peu plus strictes.” Ce sont les mutations du virus qui inquiètent surtout les scientifiques. En Angleterre, quand le nouveau variant est devenu prioritaire, le gouvernement a été contraint de confiner le pays et de fermer les écoles. “On va être confronté à ça en France”, a averti le Pr Fontanet, s’appuyant sur les modélisations détaillées dans le dernier avis du Conseil scientifique. “On voit que le variant va rester minoritaire en février, et devenir majoritaire en mars”. L’actuel couvre-feu à 18 heures risque alors d’être insuffisant.”  
  • La campagne de vaccination s’élargit ce lundi aux plus de 75 ans (hors maisons de retraite), soit 5 millions de personnes, ainsi qu’aux personnes souffrant de pathologies “à haut risque de Covid” (cancer, maladie rénale chronique sévère), soit 500 000 personnes. Au total, en comptant les soignants et résidents des Ehpad, cela porte à 6,4 millions, le nombre de personnes à vacciner en priorité. A cet effet, plusieurs dispositifs de prise de rendez-vous sont mis en place afin que ces centres organisent la vaccination dans les meilleures conditions :
    • Se renseigner localement, auprès de son médecin traitant, pharmacien, mairie, afin d’obtenir les coordonnées du centre de vaccination le plus proche de chez soi et prendre rendez-vous directement par téléphone ;
    • Effectuer sa prise de rendez-vous sur internet, en se rendant sur le site www.sante.fr : l’internaute sera dirigé vers la fiche du centre de vaccination le plus proche de chez lui, qui lui permettra d’accéder à la plateforme de rendez-vous en ligne dédiée à ce centre ;
    • Se faire accompagner dans cette démarche en ligne par ses enfants, petits-enfants, proches et aidants pour les personnes qui ne seraient pas à l’aise avec l’outil numérique ;
    • Contacter le numéro vert national 0800 009 110 (ouvert tous les jours de 6h à 22h) pour être redirigée vers le standard téléphonique du centre le plus proche de chez elle ou obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous. On vous explique comment prendre rendez-vous.
  • L’Agence des médicaments norvégienne a annoncé la semaine dernière la mort de 13 personnes âgées après une première injection du vaccin de Pfizer. Ces décès pourraient être liée à des effets secondaires du vaccin. L’Institut norvégien de santé publique recommande désormais une évaluation approfondie des avantages et inconvénients de la vaccination chez les personnes les plus fragiles ou en fin de vie.
  • Vaccin Astra-Zeneka : une demande d’autorisation du vaccin AstraZeneca/Oxford a été déposée auprès de l’Agence européenne des médicaments. Celle-ci pourrait prendre sa décision le 29 janvier.
  • Les violences conjugales ont augmenté de 60% selon la plateforme de signalement du gouvernement. C’est plus que lors du premier confinement, où une hausse de 40% avait déjà été déplorée.
  • Le test salivaire EasyCov est (enfin) remboursé par la Sécurité sociale, ont annoncé mercredi les société françaises Skillcell et Vogo, qui ont créé le test en coopération avec le CNRS. Plus simple et moins inconfortable que le test PCR naso-pharyngé, le test “EasyCov” ne requiert qu’un simple prélèvement de salive et donne un résultat en 40 minutes. La Haute autorité de santé (HAS) est favorable à son utilisation chez les patients symptomatiques, mais uniquement pour lesquels le prélèvement nasopharyngé est impossible ou difficilement réalisable. 
  • “SI Vaccin Covid”, le fichier d’informations des personnes vaccinées est actif. Ce fichier va stocker les éléments concernant l’injection : dates et lieux, par qui elle a été réalisée et le numéro de lot du vaccin. Les noms, sexe et âge du patient seront également indiqués. En savoir plus sur le fichier vaccin.
  • Vous pouvez télécharger la nouvelle attestation Covid-19 sur l’application Tous Anti-Covid ou sur le site du gouvernement.
  • Arrêt de travail immédiat : comment fonctionne cette nouvelle mesure annoncée par Olivier Véran ? On vous explique.
  • Alcoolisme : Dans un contexte anxiogène, mêlant craintes sanitaires et hausse de la précarité, la santé mentale des Français est durement affectée. Au premier rang des risques, l’augmentation de l’addiction à l’alcool. Stress, alcool à portée de main… contribuent à des rechutes. Les conseils de la psychiatre Fanny Jacq interrogée par Top Santé.
  • Personnes vulnérables : le nouveau décret a été publié, certains critères sont réintégrés après avoir été retirés en mai.
  • Le délai de l’IVG est allongé pendant le confinement.
  • Le Parlement a adopté la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février – avec instauration d’un régime transitoire jusqu’au 1er avril.

Covid-19, les chiffres en France :cas, décès, courbes

Le bilan en chiffres en France au lundi 25 janvier :

  • 3 057 857 cas confirmés (+4 240 en 24h) 
  • 73 498 décès (+449 en 24h à l’hôpital) 
  • 11 155 hospitalisations les 7 derniers jours dont 1 706 en réanimation 
  • 3 031 patients actuellement hospitalisés en réanimation au total 
  • Taux de positivité des tests : 7,1%
  • 1 921 clusters en cours d’investigation dont 725 en Ehpad 
  • 100 départements en vulnérabilité “élevée”
  • Au total, en réanimation 

  • Nouvelles admissions en réanimation 

Le point épidémiologique de Santé Publique France du 22 janvier :

>> Le niveau d’intensité de circulation du virus est toujours élevé

La deuxième semaine de janvier est marquée par la persistance de l’intensité de l’épidémie : 1 928 414 personnes ont été testées et 128 551 ont été confirmées positives au SARS-Cov-2, soit 18 364 nouveaux cas confirmés en moyenne chaque jour (+1% par rapport à la semaine précédente).

Le taux d’incidence est stable (192/100 000 habitants, +1%), de même que le taux de dépistage (2 873/100 000 habitants, -2%), ce qui se traduit par une stabilisation du taux de positivité (6,7%, +0,2 point). Toutefois, des disparités sont observées selon les âges : les personnes âgées de 75 ans étant les plus touchées par le SARS-CoV-2.

>> Des évolutions disparates selon les régions

En deuxième semaine de janvier, plusieurs régions métropolitaines présentaient des évolutions préoccupantes des indicateurs épidémiologiques. “Depuis la semaine 51, le taux d’incidence ainsi que les taux d’hospitalisations et d’admission en réanimation ont augmenté en Occitanie, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine et Corse, régions jusqu’à lors moins touchées”, précise SPF.

A l’inverse, on observe depuis début janvier, une diminution des taux d’incidences dans les régions les plus touchées : dans le Grand Est (-15%), en Bourgogne-Franche-Comté (-15%), ainsi que dans une moindre mesure en Auvergne-Rhône-Alpes (-8%). Il est à noter que ce sont les départements les plus affectés de ces régions qui ont été ciblés dès le 02 janvier par des couvre-feux anticipés.

>> Effet du couvre-feu

La deuxième semaine de janvier, une diminution du taux d’incidence des cas confirmés de SARS-CoV-2 a été observée dans les 15 départements placés sous couvre-feu anticipé, le 2 janvier. “Le couvre-feu et les comportements prudents de la population sensibilisée par des campagnes de communication locales ont pu contribuer à l’amélioration de la situation épidémiologique”, commente Santé Publique France.

>> Mesures de prévention et vaccination : la mobilisation de tous est déterminante

La circulation virale élevée et l’émergence de nouveaux variants avec une contagiosité supérieure invitent à “respecter davantage les mesures de prévention et de distanciation physique”, principaux moyens pour freiner la circulation du virus SARS-CoV-2 et en réduire l’impact sur le système de soins et la mortalité.

En outre, l’intensification de la campagne de vaccination doit se poursuivre.

Covid-19 : les annonces de Jean Castex et Olivier Véran du 14 janvier

  • Couvre-feu à 18h sur tout le territoire à partir de samedi 16 janvier, pour 15 jours
  • Renfort du protocole sanitaire dans les cantines scolaires 
  • Les activités sportives en intérieur sont suspendues, y compris extra-scolaires.
  • Le dépistage est renforcé dans les écoles et porté à 300 000 tests par semaine. L’objectif est de dépister 1 million de personnels et d’élèves.
  • Ouverture de la vaccination aux personnes présentant une des pathologies* conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie dès le 14 janvier. 

*Voici la liste des pathologies communiquée par le ministère de la Santé ce jeudi soir, il s’agit des patients :

  • atteints de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;
  • atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
  • transplantés d’organes solides ;
  • transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;
  • atteints de poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;
  • atteints de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection (liste spécifique établie par le COS et les filières de santé maladies rares) ;
  • atteints de trisomie 21.

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 22 janvier :

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 94 124 612 cas confirmés de COVID-19 ont été rapportés dans le monde – dont 2 034 527 décès – au 19 janvier 2021.

Les foyers majeurs de l’épidémie se situent actuellement dans la zone Amériques (2 467 817 cas et 43 804 décès rapportés en semaine 02) et en Europe (1 610 353 cas et 37 698 décès rapportés en S02). Ces régions sont à l’origine, respectivement, de 52% et 34% des nouveaux cas de COVID-19 rapportés au niveau mondial, et de 47% et 40% des nouveaux décès (du 11 janvier au 17 janvier 2021). Les pays qui rapportent le plus grand nombre de cas sont : les États-Unis (+1 583 237 nouveaux cas), le Brésil (+379 784), le Royaume-Uni (+339 952), la Russie (+166 255) et la France (+125 279). Les pays avec les plus fortes incidences rapportées sont : le Portugal (620 cas/100 000 habitants), l’Irlande (588 cas/100 000 habitants), la République tchèque (542 cas/100 000 habitants), le Royaume-Uni (501 cas/100 000 habitants), le Liban (492 cas/100 000 habitants), les États-Unis (478 cas/100 000 habitants), le Panama (476 cas/100 000 habitants) et Israël (467 cas/100 000 habitants).

L’Europe continue de signaler un nombre élevé de cas en deuxième semaine de janvier, avec plus de 1,6 million de nouveaux cas et plus de 37 000 nouveaux décès, soit une diminution de 15% des cas et une augmentation de 2% des décès par rapport à la semaine précédente. Les pays de la région Europe ayant signalé le plus grand nombre de nouveaux cas étaient le Royaume-Uni (339 952 cas, soit 501 cas /100 000 hab.), la Russie (166 255 cas, soit 114 cas /100 000 hab.) et la France (125 279 cas, soit 192 cas /100 000 hab.). Ces trois pays comptabilisent 40% des cas de la région, dont 21% au Royaume-Uni. Le plus grand nombre de décès a été signalé au Royaume-Uni (7 722, +23%), en Allemagne (6 076, situation stable par rapport à la semaine précédente S01) et en Russie (3 729, +12%).

Voir aussi :la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Rappel des gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car “l’essentiel des contaminations se fait par les mains”
  • porter un masque
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000 (appel gratuit avec service de soutien psychologique gratuit) 7j/7

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • En France :Santé publique FranceetMinistère des Solidarités et de la Santé
  • Toutes les informations utiles sur:https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • A l’international :OMSetECDC
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

  • Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne
  • Coronavirus : comment se soigner à la maison ?
  • Comment faire ses courses sans risques ?
  • A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?
  • Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique