qop collagene

DIRECT. Covid-19, les chiffres en France ce 10 janvier : 15 944 nouveaux cas, 2 620 patients hospitalisés en réanimation

10 Jan. 2021

SOMMAIRE :

  • Covid-19 : les infos du jour en direct
  • Covid-19 : les annonces de Jean Castex et Olivier Véran du 7 janvier
  • Covid-19, les chiffres en France :cas, décès, courbes
  • Coronavirus dans le monde : le bilan

Covid-19 : les infos du jour en direct

Covid-19 : le direct, ce dimanche 10 janvier :

  • Vaccin Moderna : une première livraison de doses se fera dès ce lundi, annonce ce dimanche soir le ministère de la Santé. Au total, 5 160 flacons contenant chacun 10 doses de vaccin seront livrés, auxquels s’ajouteront les livraisons hebdomadaires du vaccin Pfizer. Ces doses supplémentaires bénéficieront en priorité aux régions dans lesquelles l’épidémie est la plus active : Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, et Provence-Alpes-Côte d’Azur, précise le ministère. Les établissements de santé suivants seront donc approvisionnés dans la semaine dans les centres de vaccination désormais ouverts dans leurs départements et/ou région : Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Reims, Nancy, Metz, Lons-le-Saunier, Besançon, Dijon, Moulins, Nice, Toulon. « L’autorisation du vaccin Moderna par l’Agence européenne du médicament et la Haute autorité de Santé, nous permet de disposer dès cette semaine de plus 50 000 doses de vaccin supplémentaires. J’ai souhaité que ces doses soient allouées aux régions les plus touchées par la pandémie. Ces doses pourront être administrées dès la semaine prochaine lorsqu’elles seront arrivées sur les lieux de vaccination », déclare Olivier Véran.
  • À Marseille, huit personnes ont été testées positives au variant anglais, très contagieux, au sein d’un cluster familial « élargi ». Un cas du variant a par ailleurs été détecté dans les Hautes-Alpes, a annoncé l’Agence régionale de santé. Il s’agit d’une personne dont la famille, française, réside au Royaume-Uni est « est venue séjourner en France durant les congés de fin d’année », selon l’ARS. Elle et ses cas contact ont été placés à l’isolement.
  • Les violences conjugales ont augmenté de 60% selon la plateforme de signalement du gouvernement. C’est plus que lors du premier confinement, où une hausse de 40% avait déjà été déplorée.
  • Traçage du variant anglais : une enquête nationale sur tous les tests positifs réalisés jeudi et vendredi a été lancée par les autorités sanitaires. « Le but, c’est d’avoir une photographie, de mesurer le pourcentage de variant parmi tous les cas positifs », décrit l’épidémiologiste Arnaud Fontanet dans les colonnes du Journal du Dimanche. Les résultats de ce travail en deux étapes (test PCR Thermo Fisher, seul du marché à pouvoir le détecter, puis confirmation séquençage génétique) seront connus en début de semaine. Le résultat de la proportion de la souche anglaise permettra de faire des projections sur l’évolution de l’épidémie et d’estimer le moment où cela deviendra critique. « Si le variant représentait par exemple 1 % des cas positifs, comme il est 50 % plus transmissible, ça ferait passer le R, actuellement de 1, à 1,5 », précise le professeur Fontanet. 
  • Couvre-feu à 18h : les Bouches-du-Rhône, où un cluster familial du variant britannique a été découvert, décrètent un couvre-feu à 18h à compter de dimanche. Jean Castex a annoncé ce samedi que 8 nouveaux départements seront soumis à un couvre-feu avancé à 18h. « Nous prenons des mesures difficiles mais nécessaires. Chacun a conscience que l’épidémie ne faiblit pas ou qu’elle faiblit différemment ou qu’elle se renforce dans certaines zones du territoire », a-t-il commenté.
  • La Reine Elizabeth et son époux Philip ont été vaccinés, a annoncé Buckingham Palace ce samedi.
  • Les pays en développement privés de vaccin : sur les 42 pays qui déploient actuellement des vaccins sûrs et efficaces contre le virus, 36 sont des pays à revenu élevé et six sont des pays à revenu intermédiaire, a alerté vendredi l’OMS, soulignant que les pays riches ont acheté la majorité de l’approvisionnement en vaccins multiples, laissant peu de place  ceux plus pauvres. « Le problème est donc évident que les pays à revenu faible ou intermédiaire ne reçoivent pas encore le vaccin », a déploré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point de presse depuis Genève.
  • Feu vert de la Haute Autorité de Santé pour l’utilisation du vaccin anti-Covid des laboratoires Moderna. Il devrait être livré en France mi-janvier. Il s’agit, comme le vaccin de Pfizer/BioNTech d’un vaccin à ARN messager, il est efficace à 94%. Le vaccin s’administre en 2 doses espacées de 28 jours et se conserve à une température moins froide que son concurrent (-20°C pendant 7 mois puis 30 jours au frigo). La logistique de transport est donc plus simple. 
  • Le Royaume-Uni compte 1 325 décès des suites du Covid-19 en 24 h, il s’agit d’un record pour le pays. Désormais un londonien sur 30 est contaminé. Le maire de Londres, Sadiq Khan, a déclaré ce vendredi un état d' »incident majeur », impliquant une réponse coordonnée des services publics, dans la capitale britannique où le nouveau coronavirus est « hors de contrôle » et où les hôpitaux risquent d’être « submergés ».
  • Espacer les doses de vaccins permet de vacciner plus de personnes. « Selon les données disponibles, il n’y a pas de cas de contaminations entre deux doses », assure ce vendredi la HAS. « Comme toujours en vaccinologie il ne faut pas avancer les doses, en revanche il n’y a pratiquement jamais de problème à retarder les doses car une immunité s’exprime à 10-15 jours, la deuxième dose ne fait que la relancer et la prolonger. On peut aller très certainement jusqu’à 42 jours », a expliqué Elisabeth Bouvet (HAS) ce vendrediJeudi, afin de vacciner un plus grand nombre de personnes, Olivier Véran avait annoncé que la deuxième injection du vaccin Pfizer pouvait être différée à 6 semaines au lieu de 3.
  • Arrêt de travail immédiat : comment fonctionne cette nouvelle mesure annoncée par Olivier Véran et mise en place dès dimanche ? On vous explique.
  • Point sanitaire : « l’épidémie ne faiblit pas, les indicateurs restent à un niveau élevé, la tendance des deux prochaines semaines sera déterminante« , prévient Santé Publique France dans son bulletin hebdomadaire du 8 janvier. En semaine 53 (du 28 décembre 2020 au 3 janvier 2021), début de la période d’observation de l’impact des fêtes de fin d’année, « le virus circule davantage : le nombre de nouveaux cas a augmenté de 17% par rapport à la semaine 52 alors que le recours au dépistage diminuait de 39% avec 1 776 800 personnes testées ». Une vigilance particulière est portée sur l’émergence des nouveaux variants, souligne encore SPF.
  • Variants du Covid-19 : « Il est probable que la diffusion de ces variants sur le territoire national soit actuellement sous-estimée, et la présence d’au moins 2 cas de variant UK sans lien direct avec le Royaume-Uni suggère un début de transmission communautaire », commente Santé Publique France ce 8 janvier. Et précise qu’une vigilance particulière est apportée au suivi de l’épidémie « chez les moins de 30 ans » car « au Royaume-Uni, les premières données suggèrent que les nouveaux variants ont notamment contribué à une augmentation d’incidence dans cette population. » Pour l’heure, en date du 7 janvier, 19 cas de contamination par le variant britannique « VOC 202012/01 » et 3 cas de contamination par le variant sud-africain « 501.V2 » ont été confirmés par le Centre national de référence (CNR) des infections respiratoires. Des investigations sont par ailleurs en cours autour d’un cluster probables d’infection par le variant anglais à Bagneux en Ile-de-FranceLa maire de Bagneux, Maire-Hélène Amiable a annoncé une campagne de tests massif qui sera organisée du samedi 9 au mardi 12 janvier.
  • Vaccins : l’Union européenne a conclu un accord pour l’acquisition de 300 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, doublant ainsi la quantité déjà commandée, a annoncé vendredi la présidente de la Commission Ursula von der Leyen lors d’une conférence de presse.
  • Bilan sanitaire à l’école : 2 établissements scolaires sont actuellement fermés et 9 classes selon le dernier bilan communiqué vendredi 8 janvier, par le ministère de l’Education Nationale. Par ailleurs, 1 958 élèves et 345 personnels ont été testés positifs ces 7 derniers jours.
  • Déclaration de l’OMS : l’Europe doit « faire plus » face à « une situation alarmante », en raison de la circulation dans la région d’une nouvelle variante plus contagieuse du coronavirus, initialement identifiée au Royaume-Uni, a appelé jeudi la direction régionale de l’Organisation mondiale de la Santé. Depuis le 5 janvier 2021, la variante anglaise « VOC-202012/01 » a été détectée dans un petit nombre de cas dans 40 autres pays selon l’OMS. Quant à la variante « 501Y.V2 » initialement identifiée en Afrique du Sud, elle a été retrouvée dans six autres pays. 
  • Le test salivaire EasyCov est (enfin) remboursé par la Sécurité sociale, ont annoncé mercredi les société françaises Skillcell et Vogo, qui ont créé le test en coopération avec le CNRS. Plus simple et moins inconfortable que le test PCR naso-pharyngé, le test « EasyCov » ne requiert qu’un simple prélèvement de salive et donne un résultat en 40 minutes. La Haute autorité de santé (HAS) est favorable à son utilisation chez les patients symptomatiques, mais uniquement pour lesquels le prélèvement nasopharyngé est impossible ou difficilement réalisable. 
  • Bilan monde : la semaine dernière, les cinq pays ayant signalé le plus grand nombre de cas étaient les États-Unis (avec 132 5424 cas, soit un peu moins d’un tiers des cas mondiaux), le Royaume-Uni (343 784 cas, avec une hausse de 36%), le Brésil (252 018 cas, soit une baisse de 11%), la Fédération de Russie (186 539 cas, soit une baisse de 7%) et l’Inde (136 115 cas, soit une baisse de 13%). Le nombre de nouveaux cas et de décès resté élevé en Europe, avec respectivement 38% et 43%. La semaine dernière, le continent européen a ainsi comptabilisé plus de 1,5 million de nouveaux cas.
  • « SI Vaccin Covid », le fichier d’informations des personnes vaccinées est actif. Ce fichier va stocker les éléments concernant l’injection : dates et lieux, par qui elle a été réalisée et le numéro de lot du vaccin. Les noms, sexe et âge du patient seront également indiqués. En savoir plus sur le fichier vaccin.
  • Conseil scientifique : dans un nouvel avis rendu public ce 29 décembre, la Conseil scientifique estime « possible qu’un surcroît de contaminations intervienne en fin d’année, notamment à l’occasion des fêtes », et « qu’un tel surcroît de contaminations provoque à horizon de quelques semaines une reprise incontrôlée de l’épidémie, une forte augmentation des hospitalisations, des placements en réanimation et des décès. »
  • Vous pouvez télécharger la nouvelle attestation Covid-19 sur l’application Tous Anti-Covid ou sur le site du gouvernement.
  • Alcoolisme : Dans un contexte anxiogène, mêlant craintes sanitaires et hausse de la précarité, la santé mentale des Français est durement affectée. Au premier rang des risques, l’augmentation de l’addiction à l’alcool. Stress, alcool à portée de main… contribuent à des rechutes. Les conseils de la psychiatre Fanny Jacq interrogée par Top Santé.
  • Personnes vulnérables : le nouveau décret a été publié, certains critères sont réintégrés après avoir été retirés en mai.
  • Le délai de l’IVG est allongé pendant le confinement.
  • Le Parlement a adopté la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février – avec instauration d’un régime transitoire jusqu’au 1er avril.

Covid-19 : les annonces de Jean Castex et Olivier Véran du 7 janvier

Vaccination, situation sanitaire, couvre-feu… Le point sur les nouvelles annonces du gouvernement ce jeudi :

>> Point sur la situation sanitaire :

  • La situation est loin d’être revenue à la normale, elle s’est même « fragilisée ».
  • Les contaminations progressent depuis mi-décembre, nous sommes à plus de 15 000 cas quotidiens, soit 3 fois plus que l’objectif fixé (5 000 cas par jour).
  • La circulation du virus reste néanmoins moins importante que chez nos voisins européens qui voient leurs restrictions renforcées, notamment en Angleterre (taux d’incidence 8 fois supérieur au nôtre), mais aussi en Allemagne (taux de positivité des tests 2 fois supérieur)
  • La pression dans les hôpitaux ne s’est pas atténuée, des déprogrammations ont toujours lieu (plus de 25 000 hospitalisations pour Covid, dont 2600 en réanimation).
  • La situation sanitaire se dégrade encore plus dans l’Est et en Guyane.

Conclusion de Jean Castex : « nous maintenons les mesures en vigueur et sommes prêts à les renforcer si nécessaire. »

>> Point sur le variant anglais :

La flambée de cas au Royaume-Uni pourrait être liée à une souche variante du virus, qui est davantage contagieuse. « Nous avons immédiatement réagi pour que ces virus ne se propagent sur notre territoire ». La fermeture des frontières avec le Royaume-Uni sera ainsi « prolongée jusqu’à nouvel ordre », annonce Jean Castex.

Olivier Véran l’assure, ce variant n’est pas plus grave, mais il est plus contagieux (de l’ordre de 40 à 70%). A ce jour, 19 cas du variant anglais ont été identifiés au sein de clusters en Île-de France et en Bretagne et 3 cas du variant sud-africain.

En conséquences, le gouvernement annonce que ce jeudi et demain « tous les tests PCR douteux pouvant suggérer qu’il s’agit du variant seront analysés sur nos plateformes pour dénombrer le nombre de cas. Une surveillance accrue est organisée dans les écoles. Et toutes personne venant de Grande-Bretagne ou d’Afrique du Sud doit présenter un test PCR négatif« , annonce Olivier Véran.

>> Point sur les mesures restrictives :

  • Tous les établissements (musées, cinémas…) et équipements aujourd’hui fermés, le resteront encore jusqu’à la fin du mois, aucun assouplissement.
  • Les bars et restaurants ne rouvriront pas avant mi-février.
  • Un point d’étape est prévu le 20 janvier prochain pour envisager une reprise à partir du mois de février pour les secteurs culturels et sportifs.
  • Stations de ski : les remontées ne pourront pas rouvrir tout de suite. L’objectif d’ouvrir pour les vacances de février est un objectif mais il est « prématuré ».
  • Le gouvernement continuera à soutenir financièrement les secteurs impactés.
  • Le couvre-feu à 20h est prolongé jusqu’au 20 janvier. Il pourrait être avancé à 18 h dans 10 départements de l’Est supplémentaires (en plus des 15) pendant 15 jours au moins, à partir de dimanche.

Jean Castex n’exclut pas de « réagir vite » avec des « mesures nationales supplémentaires ».

>> Point sur le dépistage et la prise en charge

« A partir du 10 janvier dès que vous avez des symptômes ou que vous êtes cas contact, il vous suffira de vous inscrire sur le site de l’assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail indemnisé sans jour de carence. Chaque personne positive se verra proposer à compter du 20 janvier une visite à domicile par un infirmier », annonce Jean Castex.

>> Point sur les vaccins : pas de changement de stratégie, mais accélération

Le Premier ministre reconnait un démarrage « plus lent » que dans les autres pays, en raison d’un calendrier recommandé par la HAS en vue de répondre à un objectif : vacciner en priorité les personnes âgées et souffrant de maladies chroniques (soit 15 millions de personnes), qui sont à risque d’être hospitalisées. « La HAS a demandé de commencer par les personnes en Ehpad car ce sont les plus touchées. Même si cela est plus long de les vacciner, il est indispensable de le faire. C’est un impératif sanitaire et éthique. » Le premier ministre insiste également sur l’importance du recueil du consentement des personnes âgées en Ehpad.

« Toutefois oui nous devons gagner du temps », concède Jean Castex, même si « tout le monde ne pourra pas être vacciné tout de suite. »

Aussi le gouvernement, qui précise que 45 000 personnes ont été vaccinées au cours des cinq derniers jours, annonce une série de mesures :

  • Les professionnels de santé de plus de 50 ans et porteurs de comorbidités et aides à domiciles peuvent se faire vacciner depuis lundi
  • Les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir du 18 janvier dans des centres de vaccination, avec des démarches simplifiées. Ils pourront prendre rdv dès le 14 janvier pour être vaccinés par téléphone ou via un site internet sante.fr.
  • La vaccination va être ouverture aux personnes handicapées hébergées dans des établissements spécialisées. 
  • La deuxième injection peut être différée à 6 semaines au lieu de 3, annonce Jean Castex, qui souligne que ce schéma vaccinal est validé par les autorités de santé.
  • 6 centres de vaccination seront ouverts dans chaque départements dès mi-janvier.

D’ici fin janvier les quantités reçues nous permettront de vacciner 1 million de personnes. La France a précommandé plus de 200 millions de doses de vaccin qui nous seront livrés tout au long de l’année 2021.

Covid-19, les chiffres en France :cas, décès, courbes

Le bilan en chiffres en France au dimanche 10 janvier :

  • 2 783 256 cas confirmés (+15 944 en 24h) 
  • 67 750 décès (+151 en 24h à l’hôpital) 
  • 8 872 hospitalisations les 7 derniers jours dont 1 375 en réanimation 
  • 2 620 patients actuellement hospitalisés en réanimation au total 
  • Taux de positivité des tests : 6,5%
  • 1 921 clusters en cours d’investigation dont 725 en Ehpad 
  • 100 départements en vulnérabilité « élevée »
  • Au total, en réanimation 

  • Nouvelles admissions en réanimation 

Le point épidémiologique de Santé Publique France du 8 janvier : les deux prochaines semaines seront « déterminantes ».

>> Vers un rebond épidémique ?

« La semaine 53 marque le début de la période pendant laquelle pourrait commencer à être observée une augmentation éventuelle des indicateurs épidémiologiques en lien avec les fêtes de fin d’année, observe Santé Publique France dans son dernier bulletin hebdomadaire. Elle souligne que plusieurs indicateurs sont d’ores et déjà en augmentation, reflétant l’impact de ces fêtes et notamment Noël :

-Le nombre de cas confirmés a augmenté de 17% (96 536 cas vs 82 687 cas en semaine 52). Avec 13 820 cas confirmés en moyenne chaque jour en France sur la semaine 53, le nombre de cas confirmés est à un niveau élevé. L’augmentation est observée dans toutes les classes d’âge.

-Le recours au dépistage est en nette diminution, dans toutes les classes d’âge, par rapport aux semaines précédentes : le taux de dépistage était de 2 647/100 000 habitants (soit 1 776 800 personnes testées), en diminution de 39% entre les S52 et S53. Cette évolution contraste avec les semaines précédentes : +27% lors de la semaine du nouvel an, +76% lors de la semaine de Noël.

=> L’augmentation du nombre de cas confirmés dans un contexte de diminution du nombre de personnes testées est en faveur d’une réelle augmentation de l’incidence entre les semaines 52 et 53.

-Le taux de positivité de 5,4% en hausse de 2,6 points par rapport à la semaine précédente pourrait conduire à une augmentation des cas dans les prochains jours, notamment chez les 60 ans et plus.

-Les taux hebdomadaires d’hospitalisation et de nouvelles admissions en réanimation étaient stables (respectivement -3% et +2%). Le nombre de patients hospitalisés en France pour COVID-19 restait élevé, avec 24 904 cas de COVID-19 hospitalisés le 05 janvier 2021, dont 2 625 en réanimation.

Le nombre de nouveaux décès liés à la COVID-19, incluant les décès survenus à l’hôpital et en établissements médico-sociaux (décès survenus à domicile non inclus), était toujours élevé. En semaine 53, 2 035 décès ont été recensés mais les données des décès étant non consolidées, cette donnée ne peut pas encore être interprétée.

>> Une priorité : se protéger et protéger les plus vulnérables

La situation épidémique observée en semaine 50 nécessite de respecter scrupuleusement les mesures de prévention dans la sphère privée comme en collectivité à l’approche des fêtes et dans le contexte de l’allègement des mesures de confinement afin d’éviter une flambée épidémique.

Aujourd’hui encore l’adoption par tous des mesures de prévention individuelle associées aux mesures collectives reste le seul moyen pour limiter la circulation du virus, contenir l’épidémie et protéger les personnes les plus fragiles vis-à-vis de la COVID-19.

Enfin, chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s’isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais. L’utilisation des outils numériques (TousAntiCovid) est également recommandée pour renforcer les mesures de contact-tracing et d’isolement rapide.

>> Surveillance des variants anglais et sud-africain :

Au 06 janvier 2021, 19 cas d’infections au variant VOC 202012/01 (identifié au Royaume-Uni) et trois cas d’infections au variant 501.V2 (identifié en Afrique du Sud) ont été confirmés en France métropolitaine.

La mise en place de la surveillance avec le CNR Virus des infections respiratoires de ces nouveaux variants se renforce, confirme Santé Publique France. « Il est probable que la diffusion de ces variants sur le territoire national soit actuellement sous-estimée, et la présence d’au moins 2 cas de variant UK sans lien direct avec le Royaume-Uni suggère un début de transmission communautaire. » Plusieurs actions sont dès à présent initiées par Santé publique France et le CNR Virus des infections respiratoires pour mieux évaluer et suivre la diffusion sur le territoire national de ces variants émergents. En outre, « une vigilance particulière est également apportée au suivi de l’épidémie chez les moins de 30 ans. Au Royaume-Uni, les premières données suggèrent que les nouveaux variants ont notamment contribué à une augmentation d’incidence dans cette population. »

>> Gestes barrières

Dans un contexte d’éventuel rebond épidémique et alors que le déploiement des vaccins est en cours dans l’ensemble des régions, Santé Publique France souligne qu’il reste indispensable de maintenir les gestes barrières (lavage de mains, port du masque, aération des pièces…) et la distanciation sociale. Ces mesures, associées aux mesures collectives, sont actuellement les principaux moyens permettant de freiner la circulation du virus SARS-CoV-2 et d’en réduire l’impact sur le système de soins et la mortalité.

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 17 décembre :

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 71 351 695 cas confirmés de COVID-19 ont été rapportés dans le monde – dont 1 612 372 décès – au 15/12/2020.

Les foyers actuels majeurs de l’épidémie se situent toujours dans la zone Amériques et en Europe, à l’origine respectivement de 47% et 38% des cas rapportés dans le monde pour la semaine 50. Comme en semaine 49, une augmentation du nombre de nouveaux cas (+11%) et de décès par COVID-19 (+12%) est observée dans la zone Amériques.

  • En Europe, le nombre de nouveaux cas est stable et le nombre de nouveaux décès est en baisse pour la 3e semaine consécutive, bien que restant à des niveaux élevés.
  • En semaine 50, l’Afrique rapporte les plus fortes augmentations du nombre de nouveaux cas (+40%) et de nouveaux décès (+49%) par rapport à la semaine 49 ; même observation pour la zone Pacifique-Ouest mais dans une moindre mesure.
  • L’Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient poursuivent leurs baisses en nombre de nouveaux cas et de nouveaux décès en semaine 50.

Les 5 pays rapportant le plus grand nombre de cas en semaine 50 étaient : les États-Unis (1,4 million), le Brésil (300 000 cas), la Turquie (220 000 cas), l’Inde (210 000 cas) et la Russie (193 000 cas).

En Europe, plusieurs pays de l’UE/EEA et le Royaume-Uni rapportent une stabilisation ou une baisse de certains indicateurs épidémiologiques sur les 7 derniers jours (taux d’incidence, taux de positivité et nouvelles admissions à l’hôpital ou en réanimation pour COVID-19). Malgré ces tendances, ces indicateurs restent à des niveaux élevés, témoignant d’une circulation toujours active du SARS-CoV-2 dans de nombreux pays. Les taux d’incidence chez les personnes âgées de plus de 65 ans sont en augmentation dans 10 pays, ainsi que les taux de mortalité dans 17 pays en semaine 49. Pour la semaine 49, les données recueillies dans 18 pays de l’UE/EEA rapportaient un taux de 1,7 patients pour 100 000 habitants en soins intensifs, soit 76% du taux d’occupation maximale des soins intensifs observé pendant la pandémie.

Voir aussi :la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Rappel des gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car « l’essentiel des contaminations se fait par les mains »
  • porter un masque
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000 (appel gratuit avec service de soutien psychologique gratuit) 7j/7

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • En France :Santé publique FranceetMinistère des Solidarités et de la Santé
  • Toutes les informations utiles sur:https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • A l’international :OMSetECDC
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne

Coronavirus : comment se soigner à la maison ?

Comment faire ses courses sans risques ?

A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?

Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

?utm_campaign=push&utm_source=batch&utm_medium=desktop

Au 7 janvier, 19 cas de contamination par la variante « VOC 202012/01 » et 3 cas de contamination par la variante « 501.V2 » ont été confirmés par le Centre national de référence (CNR) des infections respiratoires. Par ailleurs, des investigations sont en cours autour de deux clusters ou cas groupés probables d’infection par la variante VOC 202012/01 en Bretagne et Ile-de-France.

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This