qop-collagene

DIRECT. Covid-19 en France ce 9 mars : chiffres, annonces

9 Mar. 2021

SOMMAIRE :

  • Covid-19 : les infos du jour en direct
  • Covid-19, les chiffres en France :cas, décès, courbes
  • Covid-19 : les mesures sanitaires
  • Coronavirus dans le monde : le bilan

Covid-19 : les infos du jour en direct

Le direct ce mardi 9 mars :

  • Chiffres vaccination : depuis le début de la campagne de vaccination en France, 3 978 421 de personnes ont reçu au moins une injection (soit 5,9 % de la population totale et 7,6 % de la population majeure) et 1 988 752 de personnes ont reçu deux injections (soit 3,0 % de la population totale et 3,8% de la population majeure), selon le ministère de la Santé.
  • Campagne de vaccination : alors que les vaccins doivent arriver en pharmacie le 15 mars, une note de la Direction générale de la santé (DGS) informe les médecins qu’ils ne pourront pas commander, la semaine du 8 mars, de nouvelles doses de vaccins “compte-tenu du nombre de doses livrées par AstraZeneca”. Sur Twitter, l’ordre des Médecins juge ce message “inacceptable” et estime que “les médecins, moteurs de la campagne vaccinale auprès de la population, doivent être assurés de leur approvisionnement en doses.” Par ailleurs, dans un communiqué, le syndicat de généraliste MF France demande la démission du signataire du message, Jérôme Salomon, estimant que la DGS “détourne” les doses prévues pour les généralistes vers les pharmacies. “Cette décision, si elle devait être confirmée, entrainerait la nécessité de décommander tous les rendez-vous prévus dans les cabinets.”
  • L’ARS Ile-de-France demande de déprogrammer 40% l’activité des hôpitaux et cliniques d’Ile-de-France pour faire face à l’afflux de patients Covid-19. “Bien qu’il y ait des situations différentes, on se retrouve à avoir des difficultés de prise en charge des malades connues lors des autres vagues. Nous ne sommes plus sur un mode alerte mais sur un mode tension maximale avec la perspective qu’au cours de la semaine prochaine on dépasse le plafond de malades connu en vague 2”, écrit Aurélien Rousseau (ARS) dans un message adressé dimanche aux responsables hospitaliers d’Ile-de-France. Le directeur de l’ARS, prévoit “quinze jours particulièrement difficiles.”
  • Vaccin Spoutnik V : Christa Wirthumer-Hoche, responsable de l’Agence européenne des médicaments (EMA) “déconseille” aux pays membres de l’UE d’autoriser en urgence le vaccin contre le Covid-19 Spoutnik V, invoquant des données insuffisantes pour l’heure sur les personnes vaccinées. “C’est un peu comparable à la roulette russe”, a-t-elle justifié dimanche soir sur la chaîne de télévision autrichienne ORF. Rappelons que l’Agence européenne du médicament a annoncé jeudi dernier avoir commencé à évaluer le vaccin russe Spoutnik V en vue d’une éventuelle autorisation au sein de l’UE. 
  • Mariage test : l’Union des professionnels solidaires du mariage et de l’événementiel va organiser un mariage-test au printemps avec une centaine de personnes dans le respect le plus strict des règles sanitaires. Selon le protocole soumis aux ministère du Travail, de la Santé et des Finances, que Le Parisien a pu consulter, le test PCR sera obligatoire pour tous 72 heures avant le Jour J.
  • La Nouvelle-Calédonie sera confinée pour deux semaines à compter de lundi, après la découverte de neuf cas.
  • Effets secondaires des vaccins : aucun des trois vaccins disponibles ne fait pour l’heure l’objet de signal de sécurité. Depuis le début de la vaccination, 6 960 cas d’effets indésirables ont été analysés pour le vaccin Pfizer. “La majorité des effets indésirables sont attendus et non graves, indique l’Agence du médicament dans un avis hebdomadaire publié ce vendredi. L’analyse confirme que les syndromes pseudo-grippaux (fièvre, fatigue, maux de tête) sont plus fréquemment rapportés après la seconde dose, mais moins graves, comme cela avait été observé dans les essais cliniques.” Par ailleurs, des cas de zona continuent d’être rapportés avec ce vaccin Pfizer (91 au total depuis le début de la vaccination). Bien que ces infections sont habituellement fréquentes dans la population générale, l’ANSM précise que ce “signal potentiel sera surveillé dans le cadre des prochains rapports et partagé au niveau européen”. En ce qui concerne le vaccin Moderna, 220 cas d’effets indésirables ont été analysés. “Un grand nombre de cas concerne des réactions retardées locales non graves, décrit l’ANSM. La surveillance attentive des cas d’hypertension artérielle et d’arythmie se poursuit.” Enfin, 1 994 cas d’effets indésirables ont été analysés pour l’AstraZeneka. La grande majorité de ces cas concerne des syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, céphalées).
  • Bilan épidémiologique Santé Publique France : “le virus circule à un niveau élevé, les variants deviennent majoritaires et la tension hospitalière s’accentue”, résume SPF dans son bulletin hebdomadaire du 5 mars, qui note également des disparités territoriales importantes nécessitant une adaptation à l’échelle locale des mesures de contrôle de l’épidémie. De plus, les 15 à 44 ans présentent les plus forts taux d’incidence depuis quatre semaines. 
  • Vaccination des plus de 75 ans : l’amélioration des indicateurs épidémiologiques chez les 75 ans et plus et les résidents en Ehpad traduit l’effet protecteur du niveau de couverture vaccinale atteint dans cette population selon Santé Publique France. En effet, si les plus de 75 ans restent les plus concernées par les hospitalisations (soit 55% des patients), on observe néanmoins dans ce groupe d’âge une diminution des nombres d’hospitalisations et d’admissions en réanimation. Rappelons que 81,8% des résidents ont reçu une première dose de vaccin et 57,9% deux doses. “L’accélération de la vaccination dans les prochaines semaines est un enjeu majeur”, conclut SPF. 
  • Variants : Les suspicions de variants anglais représentant 59,5% des PCR de criblage, souligne également le bulletin épidémiologique de Santé Publique France, tandis que cette proportion reste à 6,3% pour les variants sud-africains ou brésiliens. De fortes disparités départementales sont toujours constatées, par exemple 57 départements métropolitains présentent une proportion supérieure à 50% de suspicions de variant anglais. Enfin, il est intéressant de noter que les plus fortes proportions de variants sont retrouvées chez les moins de 20 ans.
  • Bilan sanitaire à l’école : 14 établissements scolaires (11 écoles, 3 collèges) sont actuellement fermés et 430 classes selon le dernier bilan communiqué vendredi 5 mars, par le Jean-Michel Blanquer. Par ailleurs, 3 941 élèves et 491 personnels ont été testés positifs ces 7 derniers jours. 

Que retenir de la conférence de presse de Jean Castex jeudi 4 mars ?

Le Premier ministre a confirmé exclure à ce stade un confinement, une mesure jugée “trop lourde” alors que “nous supportons déjà un couvre-feu à 18H depuis deux mois.”

>> La situation sanitaire :

  • Le variant anglais représente 60% des contaminations mais à ce stade l’épidémie ne montre pas de hausse exponentielle.
  • Les établissements de santé demeurent sous pression (plus de 3 600 patients en réanimation). “L’augmentation des hospitalisations n’est pas massive mais la pression ne se relâche pas et pèse énormément sur nos soignants.”
  • Le virus circule différemment selon les départements. Par exemple, on observe un “reflux” du virus dans les Bouche du Rhône et en Moselle, même s’il faudra vérifier s’ils sont durables.

>> Les mesures annoncées :

  • Extension du confinement le week-end dans le Pas-de-Calais où l’incidence est en progression très rapide (plus de 400 cas pour 100 000 habitants)
  • 3 nouveaux départements passent sous surveillance renforcée : Hautes-Alpes, Aisne, Aube, portant à 23 le nombre de départements à risque.
  • Fermeture des centres commerciaux non alimentaires de plus de 10 000 m² dans les départements en surveillance renforcée.
  • Vigilance de tous : même si les déplacements demeurent autorisés entre départements, le Premier ministre invite les habitants des 23 départements à “ne pas sortir de leur département ou de leur région, c’est une demande de simple bon sens” afin d’éviter de “diffuser le virus dans les départements où il circule avec moins d’intensité.”

>> Accélération de la vaccination

  • 3,2 personnes ont été vaccinées dont 1,8 millions qui ont déjà reçu leurs deux doses. Jean Castex promet une montée en puissance de la vaccination : alors que 7 millions doses ont été reçues en février, il en promet 22 millions en mars et avril, soit trois fois plus.
  • Vaccination possible en pharmacie dès le 15 mars pour les 50-74 ans avec comorbidités (obésité, diabète, hypertension compliquée…). Après l’approbation de la HAS, le décret sortira demain. “Cela se passera comme pour la grippe, sans prescription médicale.”
  • Jean Castex annonce par ailleurs un recours plus important au vaccin AstraZeneka dès ce week-end pour les 50-74 ans avec comorbidités. Des centres de vaccination supplémentaires seront déployés et 135 000 doses seront allouées aux départements sous surveillance. Renseignez-vous pour vous faire vacciner, dès ce week-end, appelle Olivier Véran.
  • Calendrier annoncé : sous réserve de réception des doses prévues, le gouvernement promet au moins 20 millions de personnes vaccinées à la mi-mai et 30 millions d’ici l’été.
  • Dans les Ehpad, le Premier ministre salue le fort taux de vaccination des résidents (80% ont reçu une première dose, 60% les deux doses). Mais, il invite solennellement les personnels des Ehpad à se faire vacciner également, “trop de personnels de ces établissements” n’étant pas pour l’heure vaccinés.
  • De même, alors que tous les soignants sont éligibles à la vaccination depuis mi-janvier, un soignant sur trois seulement est vacciné, déplore le premier Ministre. “Nous disposons de vaccins efficaces, quand on est soignant, il est de notre responsabilité de se protéger soi-même et de protéger ceux dont on prend soin”, ajoute Olivier Véran.

>> Dépistage et isolement demeurent indispensables

  • S’appuyant sur une étude de l’Institut Pasteur, le ministre de la Santé rappelle que les contaminations ont surtout lieu au travail et dans le milieu familial. Faire du télétravail réduit les risque de contamination de 30%, précise-t-il. C’est pourquoi, il ne faut pas oublier de se faire tester en cas de symptôme, martèle Olivier Véran, soulignant qu’ils sont gratuits et entièrement pris en charge par la sécurité sociale.
  • Autre clé : l’isolement lorsqu’on a des symptômes ou que l’on est cas contact. Si besoin, le ministre de la Santé rappelle qu’un “infirmier peut passer chez vous” et qu’il existe “des cellules territoriales d’appui pour vous aider pour vos courses ou garde d’enfant.”
  • Si vous avez des doutes, vous devez vous isoler et vous faire tester, insiste-t-il, déplorant que l’isolement est souvent trop tardif au sein du foyer familial ou que des salariés vont travailler alors qu’ils ont des symptômes, en attendant le résultat du test. Rappelons qu’il faut s’isoler sans attendre de savoir si le test est positif ou négatif.

Les autres infos :

  • Covid et eaux usées : la surveillance du Covid-19 dans les eaux usées d’Ile-de-France montre une augmentation de la présence du variant anglais. Au vu des analyses de ces eaux usées, l’observatoire Obépine souligne en conséquence que la situation épidémique ne va pas s’améliorer prochainement.
  • Bilan sanitaire : l’OMS déplore la première remontée des cas d’infections depuis près de deux mois. L’organisation précise que la semaine dernière, les cinq pays ayant signalé le plus grand nombre de nouveaux cas étaient les États-Unis (472 904 nouveaux cas, -2%), le Brésil (373 954 nouveaux cas, +18%), la France (149 959 nouveaux cas, +14%), l’Italie (112 029 nouveaux cas, +32%) et l’Inde (105 080 nouveaux cas, +21%). Parmi les “raisons possibles” de cette hausse dans le monde, l’OMS évoque “la propagation préoccupante et continue de variants plus transmissibles, l’assouplissement des mesures sanitaires et sociales et la lassitude à l’égard du respect des gestes barrières et autres mesures de prévention”. 
  • Tests salivaires : les premiers tests salivaires autorisés dans le cadre du dépistage de masse ont commencé à être déployés dans les établissements scolaires. Pour l’heure, ils montrent une faible contamination avec 8 cas positifs sur 720 prélèvements. Le gouvernement vise 300 000 tests salivaires par semaine à l’école d’ici la mi-mars. Ce mardi, Jean-Michel Blanquer, avait annoncé au micro de France Inter, le recrutement de 1 700 médiateurs (étudiants en médecine, en pharmacie…) pour assister les médecins scolaires.
  • Le Conseil d’Etat suspend l’interdiction de sortie des résidents d’Ehpad, jugée “disproportionnée”.
  • Depuis le 25 février, les médecins du travail ont la possibilité de vacciner les salariés volontaires contre le covid-19. Mais pour l’instant, seuls 10% de ces médecins ont eu accès aux vaccins.
  • Hydroxychloroquine : “Le médicament anti-inflammatoire qu’est l’hydroxychloroquine ne devrait pas être utilisé comme traitement préventif par les personnes n’ayant pas la Covid-19”, souligne le groupe d’experts OMS dans une note publiée ce mardi dans le British Medical Journal (BMJ). 
  • Vaccin AstraZeneka : la HAS élargit l’utilisation du vaccin AstraZeneka aux plus de 65 ans, avec des comorbidités. Une mesure suivie par le gouvernement, comme l’a annoncé hier Olivier Véran. Ce sont donc toutes les personnes entre 50 et 74 ans, souffrant de pathologies chroniques, qui peuvent se rapprocher de leur médecin généraliste pour bénéficier de la première dose du vaccin AstraZenaka. Dans “quelques jours”, les pharmaciens devraient également pouvoir vacciner, a précisé le ministre de la Santé.
  • Une dose de vaccin suffit si vous avez été contaminé par le Covid“Les personnes déjà positives au Covid, disposant d’un test PCR récent par exemple, n’auront plus besoin d’avoir besoin deux injection de vaccin Pfizer ou Moderna, une suffira”, a par ailleurs déclaré Olivier Véran, s’appuyant sur un avis de la HAS du 12 février.
  • Passeport vaccinal : l’Union européenne proposera en mars un projet de législation sur un passeport vaccinal électronique, a annoncé lundi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Par ailleurs, Emmanuel Macron a évoqué jeudi 25 février un “pass sanitaire” à l’occasion d’une conférence de presse, à l’issue d’une visioconférence entre les 27 dirigeants de l’Union européenne sur l’épidémie Covid-19. En quoi cela consiste-t-il ?
  • Ecoles : une étude vient tout juste d’être publiée dans le British Medical Journal par le professeur Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, montre que le virus se transmet autant dans les établissements scolaires que dans les autres lieux de contamination. “Ce qu’on sait maintenant mieux, c’est que les enfants qui ont moins de dix ans sont de 30 à 50% moins susceptibles d’être infectés comparé à des adultes. Ils sont aussi vraisemblablement moins contagieux. Les écoles ne jouent pas le rôle d’amplificateur”, explique l’épidémiologiste à nos confrères de France Inter.
  • Projections de l’Institut Pasteur : si la courbe poursuit sa course, au 20 mars, la France pourrait enregistrer plus de 50 000 nouveaux cas, seuil de déclenchement du deuxième confinement, relaie ce dimanche le JDD. “En cause entre autres, la propagation des variants, notamment du britannique, déjà majoritaire sur le territoire. À cette même date, les variants auront d’ailleurs quasiment remplacé la souche historique.”
  • Vaccin anti-Covid : les Etats-Unis autorisent le vaccin à une seule dose Janssen de Johnson & Johnson. En Europe, la décision de l’Agence du médicament est attendue pour mi-mars.
  • Vaccination : selon l’enquête CoviPrev (15-17 février 2021), 57% des personnes interrogées souhaitent “certainement” ou “probablement” se faire vacciner, dès que cela serait possible pour eux. Ce résultat est en augmentation par rapport à la vague 20 (18-20 janvier 2021).
  • Expérimentations dans les stades : la ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, a évoqué ce vendredi la possibilité de mener des expérimentations pour le retour du public dans les stades “d’ici 3 ou 4 semaines”.
  • Immunité collective : 17% des Français ont été infectés par le coronavirus depuis le début de l’épidémie, estime l’Institut Pasteur.
  • Plusieurs attaques informatiques ont récemment ciblé des hôpitaux français. Quelles conséquences sur les patients ? Les explications d’un expert en cybersécurité.

Et aussi :

  • Vous pouvez télécharger votre attestation Covid-19 sur l’application Tous Anti-Covid ou sur le site du gouvernement.
  • Arrêt de travail immédiat : comment fonctionne cette nouvelle mesure annoncée par Olivier Véran ? On vous explique.
  • Comment bénéficier d’un infirmier à domicile si l’on est infecté par le Covid-19 ? En savoir plus sur les infirmiers à domicile.
  • Alcoolisme : Dans un contexte anxiogène, mêlant craintes sanitaires et hausse de la précarité, la santé mentale des Français est durement affectée. Au premier rang des risques, l’augmentation de l’addiction à l’alcool. Stress, alcool à portée de main… contribuent à des rechutes. Les conseils de la psychiatre Fanny Jacq interrogée par Top Santé.
  • Covid-long : causes, symptômes, profils à risque… Ce que l’on sait un an après le début de l’épidémie
  • Le délai de l’IVG est allongé pendant le confinement.

Le Parlement a adopté la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin.

Covid-19, les chiffres en France : cas, décès, courbes

Le bilan en chiffres en France au lundi 8 mars :

  • 3 909 560 cas confirmés (+5 327 en 24h) 
  • 88 933 décès (+359 en 24h à l’hôpital) 
  • 3 849 patients actuellement hospitalisés en réanimation au total 
  • Taux de positivité des tests : 7,3%
  • Plus de 3,5 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin
  • 83,8 % des résidents en Ehpad ont reçu au moins une dose de vaccin
  • Nouvelles admissions en réanimation

  • Au total, en réanimation

Covid-19 : les mesures sanitaires

Vendredi 29 janvier, à l’issue d’un nouveau Conseil de défense, Jean Castex a expliqué que la situation sanitaire, bien que préoccupante, n’implique pas pour le moment de confinement. En revanche, il a annoncé plusieurs mesures en plus du couvre-feu :

  • Tout voyage à destination ou en provenance d’un pays non européen est interdit, sauf motif impérieux, depuis dimanche 31 janvier.
  • Pour venir en France depuis un pays européen, il est obligatoire de présenter un test PCR négatif.
  • Fermeture des centres commerciaux non alimentaires d’au moins 20 000 m2.
  • Renfort des contrôles du couvre-feu, des fêtes clandestines, des ouvertures illégales de restaurants

Pour rappel, les mesures en place depuis le 16 janvier :

  • Couvre-feu à 18h sur tout le territoire sur tout le territoire
  • Renfort du protocole sanitaire dans les cantines scolaires 
  • Les activités sportives en intérieur sont suspendues, y compris extra-scolaires.
  • Le dépistage est renforcé dans les écoles et porté à 300 000 tests par semaine. L’objectif est de dépister 1 million de personnels et d’élèves.
  • Ouverture de la vaccination aux personnes présentant une des pathologies* conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie dès le 14 janvier. 

*Voici la liste des pathologies communiquée par le ministère de la Santé ce jeudi soir, il s’agit des patients :

  • atteints de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;
  • atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
  • transplantés d’organes solides ;
  • transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;
  • atteints de poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;
  • atteints de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection (liste spécifique établie par le COS et les filières de santé maladies rares) ;
  • atteints de trisomie 21.

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 22 janvier :

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 94 124 612 cas confirmés de COVID-19 ont été rapportés dans le monde – dont 2 034 527 décès – au 19 janvier 2021.

Les foyers majeurs de l’épidémie se situent actuellement dans la zone Amériques (2 467 817 cas et 43 804 décès rapportés en semaine 02) et en Europe (1 610 353 cas et 37 698 décès rapportés en S02). Ces régions sont à l’origine, respectivement, de 52% et 34% des nouveaux cas de COVID-19 rapportés au niveau mondial, et de 47% et 40% des nouveaux décès (du 11 janvier au 17 janvier 2021). Les pays qui rapportent le plus grand nombre de cas sont : les États-Unis (+1 583 237 nouveaux cas), le Brésil (+379 784), le Royaume-Uni (+339 952), la Russie (+166 255) et la France (+125 279). Les pays avec les plus fortes incidences rapportées sont : le Portugal (620 cas/100 000 habitants), l’Irlande (588 cas/100 000 habitants), la République tchèque (542 cas/100 000 habitants), le Royaume-Uni (501 cas/100 000 habitants), le Liban (492 cas/100 000 habitants), les États-Unis (478 cas/100 000 habitants), le Panama (476 cas/100 000 habitants) et Israël (467 cas/100 000 habitants).

L’Europe continue de signaler un nombre élevé de cas en deuxième semaine de janvier, avec plus de 1,6 million de nouveaux cas et plus de 37 000 nouveaux décès, soit une diminution de 15% des cas et une augmentation de 2% des décès par rapport à la semaine précédente. Les pays de la région Europe ayant signalé le plus grand nombre de nouveaux cas étaient le Royaume-Uni (339 952 cas, soit 501 cas /100 000 hab.), la Russie (166 255 cas, soit 114 cas /100 000 hab.) et la France (125 279 cas, soit 192 cas /100 000 hab.). Ces trois pays comptabilisent 40% des cas de la région, dont 21% au Royaume-Uni. Le plus grand nombre de décès a été signalé au Royaume-Uni (7 722, +23%), en Allemagne (6 076, situation stable par rapport à la semaine précédente S01) et en Russie (3 729, +12%).

Voir aussi :la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Rappel des gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car “l’essentiel des contaminations se fait par les mains”
  • porter un masque
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000 (appel gratuit avec service de soutien psychologique gratuit) 7j/7

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • En France :Santé publique FranceetMinistère des Solidarités et de la Santé
  • Toutes les informations utiles sur:https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • A l’international :OMSetECDC
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

  • Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne
  • Coronavirus : comment se soigner à la maison ?
  • Comment faire ses courses sans risques ?
  • A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?
  • Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This