DIRECT. Covid-19 en France ce 9 août : bilan, chiffres, clusters

9 Août. 2020

SOMMAIRE :

  • Covid-19 : les infos du jour en direct
  • Covid-19 en France : nouveaux cas, décès (chiffres, courbes)
  • Le point épidémiologique quotidien de la Direction Générale de la Santé
  • Les nouveaux foyers de coronavirus en France
  • Coronavirus dans le monde : le bilan
  • Déconfinement : les mesures, l’allocution d’Emmanuel Macron

Covid-19 : les infos du jour en direct

En direct, aujourd’hui ce 9 août :

  • Masque obligatoire à Paris à partir de lundi dans certains secteurs « à fortes concentrations de personnes ». La mesure sera aussi appliquée dans plusieurs communes des Hautsde-Seine, de Seine-Saint-­Denis, duVal-de-Marne et du Val-d’Oise.

  • Deuxième vague : le professeur JeanFrançois Delfraissy, à la tête du conseil scientifique chargé d’aider le gouvernement à gérer la crise sanitaire, annonce dans le Journal du Dimanche, ce 9 août, qu’une note va être envoyée aux maires des 20 plus grandes villes françaises pour les inciter à élaborer un plan anti-deuxième vague. Pour l’heure, il estime que la situation épidémique paraît « contenue », mais reste « très fragile ». « Certains indicateurs atteignent des niveaux très élevés, les clusters sont certes bien repérés, mais ils sont très nombreux. Heureusement, il n’y a aucun signal d’alarme concernant les hospitalisations. L’épidémie semble différente ; elle touche une population plus jeune », résume-il.
  • Rentrée scolaire : le ministère de l’Education nationale a publié en catimini la nouvelle version du protocole sanitaire de rentrée applicable dans les écoles et les établissements scolaires. Dans ce document, repéré par Le Monde, certaines mesures, dont la distanciation physique ont été assouplies. Le respect du mètre de distance n’est donc plus censé être obligatoire en septembre dans les salles de classe lorsqu’il n’est « pas matériellement possible » ou que sa mise en oeuvre ne permet « pas d’accueillir la totalité des élèves« , est-il précisé. Allègement aussi dans les cours de récréation où les ballons pourront être de nouveaux partagés par les enfants. 
  • Masques : les Préfets ont désormais la possibilité d’étendre le port du masque aux lieux publics ouverts. C’est le cas en Mayenne (dans 69 communes) et dans plusieurs villes de l’Ouest de la France, mais aussi dans les Vosges à Gérardmer ainsi qu’à Marseille où la préfecture a rendu obligatoire le port du masque à partir de ce samedi et jusqu’au 30 août inclus dans trois périmètres de la ville, et à certaines heures. Sont ainsi concernés le Vieux-Port et ses alentours de 10h à 4h du matin, le secteur de l’Escale Borély, La Plaine et le Cours Julien, de 19h a 4h du matin. 
  • Le reste à charge d’un malade du coronavirus peut dépasser 8 000 euros après un séjour de deux semaines lorsqu’il n’a pas de mutuelle ou qu’il n’y a pas d’accord de tiers payant, selon le quotidien Les Echos. On sait que 4 % des Français ne sont toujours pas assurés malgré les contrats obligatoires en entreprise. Quant à ceux qui sont couverts, ils n’ont pas forcément les moyens de faire l’avance de trésorerie. « Une bombe à retardement financière pour les familles comme pour les établissements. « Quand les gens ne peuvent pas payer, on ne recouvre pas, ce qui représente une perte de 70 millions d’euros chaque année, à rapporter à nos 169 millions de déficit attendu pour 2019 », commente aux Echos Pierre-Emmanuel Lecerf, directeur général adjoint de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).
  • Emmanuel Macron en déplacement à Toulon annonce ce mardi que l’Etat et les départements vont débloquer 160 millions d’euros pour verser une prime exceptionnelle aux aides à domicile. Jusqu’à présent seuls les soignants étaient concernés par cette prime.
  • Déclaration de l’OMS : le Comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé a prévenu, dans un communiqué, que la durée de la pandémie « allait être certainement très longue ».
  • Commission d’enquête sanitaire Covid-19 « On a baissé la garde sur les politiques de santé publique, sur les politiques de prévention, a souligné ce vendredi Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, rapporteur de la commission d’enquête sanitaire sur la crise du Covid. « On est passé d’un stock de masques d’un milliard et demi, au moment de la grippe H1N1 à 100 millions de masques en janvier et en mars, alors qu’il y avait des informations très précises. » Invité sur France Inter, Eric Ciotti a rappelé que l’objet de la commission est de mieux comprendre comment certaines pénuries ont mené à des choix parfois dramatiques. « L’idée, c’est de démontrer, contrairement à ce qui a été dit, que notre système manquait de capacité, et qu’il faut s’armer de façon beaucoup plus importance. C’est un constat, une réalité : les personnels hospitaliers, les infirmiers nous ont dit : oui, il y a eu des tris. » La déprogrammation des actes médicaux ne relevant pas du Covid (traitements reportés, dépistage, etc.) ont sans doute eu des conséquences sanitaires, estime encore le rapporteur de la commission d’enquête. En outre, « les personnes âgées n’ont sans doute pas été suffisamment prises en compte dans les hospitalisations en réanimation » (…) Les personnes âgées alors qu’elles étaient plus touchées par le Covid ont eu moins accès aux services de réanimation. » Autre question soulevée par cette enquête : pourquoi sur les 10 000 respirateurs commandés au cœur de la crise, 8 500 étaient inappropriés et n’ont pas été utilisés ? (…) « Pourquoi ces erreurs ? »
  • Stratégie vaccinale : soignants et personnes à risque prioritaires. La Haute Autorité de santé a formulé des premières recommandations en vue de l’élaboration d’une stratégie vaccinale contre le COVID-19. « Le développement accéléré de vaccins contre le SARS-CoV-2 permet d’envisager les premiers résultats des essais cliniques de phase 3 au dernier trimestre 2020« , indique la HAS. « Ces résultats seront suivis, le cas échéant, des premières autorisations de mise sur le marché. » Le groupe Vaccins COVID-19 auquel participe la HAS, prépare le déploiement de la vaccination de la population française contre la maladie. Dans ce contexte, 4 scénarios sont pour l’heure envisagés, selon le niveau de circulation du virus. Quelle que soit la situation épidémique à l’arrivée d’un vaccin, les professionnels de santé et du médico-social seront prioritaires. De même que les personnes à risque de formes graves.
  • Gels hydroalcooliques : attention aux yeux des enfants, alerte la Société Française d’Ophtalmologie. « Les distributeurs font environ 1 m de haut, et de plus en plus de petits, en voulant se nettoyer les mains, en reçoivent dans les yeux, ce qui occasionne des brûlures oculaires parfois sévères. Elles peuvent aller jusqu’à la cécité. On craint que ce phénomène ne prenne de l’ampleur », prévient dans le Parisien ce mardi, Laurent Kodjikian, président de la SFO. Lorsque votre enfant reçoit des gouttelettes, premier réflexe, rincez-lui immédiatement l’œil avec du sérum physiologique pendant au moins une demi-heure.
  • Le gouvernement recommande aux entreprises de « constituer un stock préventif de masques de protection de 10 semaines pour pouvoir faire face à une résurgence potentielle de l’épidémie », selon une note diffusée ce lundi aux employeurs, selon l’AFP.
  • R effectif (ou RO) : il est significativement supérieur à 1 sur tout le territoire, ce qui indique que l’épidémie est en progression, selon Santé Publique France. Les 5 régions où le virus circule le plus sont : Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Pays de la Loire.
  • Climatisation et Covid-19 : les climatiseurs mobiles individuels « doivent être équipés de filtres performants et correctement entretenus », recommande Santé Publique France dans un communiqué de presse. De même que les climatisations collectives. Ces filtres « permettent alors d’obtenir un air filtré qui fait baisser significativement la charge virale de la pièce si une ou plusieurs personnes infectées. » 
  • Eaux usées : depuis fin juin, les virologues de la régie autonome de la ville de Paris, Eau de Paris, observent à nouveau des traces de Covid-19 dans les eaux usées, même si cela n’est pas aussi important qu’au tout début de l’épidémie.
  • Mortalité liée au Covid en France : « Le nombre de décès directement associés à l’épidémie de Covid-19 ne peut être déterminé précisément à cette étape », conclut Santé Publique France dans une étude portant sur la surveillance de la mortalité en France entre le 2 mars et le 31 mai, notamment en raison des incertitudes sur les décès survenus à domicile.
  • Espoir de traitement : des résultats préliminaires dévoilés lundi par le laboratoire britannique Synairgen, qui produit un médicament baptisé SNG001, sont encourageants. En effet, grâce à ce traitement inhalé, on observe près de 80% de risque en moins de développer une forme sévère de la maladie Covid-19. Le traitement utilise des interféron bêta, une protéine naturelle qui intervient dans la réponse de l’organisme contre les virus.
  • Deux projets de vaccins anti-Covid, l’un développé par le laboratoire Astra Zeneca en Grande-Bretagne et l’autre par CanSino Biologics en Chine, ont produit des réponses immunitaires lors de leurs essais cliniques apprend-on dans The Lancet.

Covid-19 en France : nouveaux cas, décès (chiffres, courbes)

Le bilan en chiffres en France au 6 août :

  • 197 921 cas confirmés (+2 288 nouveaux cas en 24h)
  • 30 324 décès (+12 décès en 24h)
  • 5 011 personnes sont hospitalisées, 383 personnes dans un état grave sont en réanimation pour covid-19
  • Taux de positivité des tests : 1,7% et 593 640 tests réalisés au cours de la semaine
  • 184 cluster en cours d’investigation (21 nouveaux clusters en 24h) et 787 depuis le 9 mai, 499 clôturés
  • 15 départements en vulnérabilité. 12 sont en vulnérabilité « modérée » (Bouches-du-Rhône, Gironde, Hérault, Haute-Garonne, Haute-Savoie, Ille-et-Vilaine, Nord, Val d’Oise, Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de Seine et Val-de-Marne) et 2 en vulnérabilité « élevée » (Mayenne, Mayotte et Guyane).

Les autres chiffres clés :

  • Nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 : 230 soit 3 % de l’activité totale
  • Passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 (réseau OSCOUR®) : 262 soit 0,7 % de l’activité totale
  • Ile de France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Hauts-de-France, Guyane regroupent 69% des malades en réanimation
  • En Outre-Mer : 158 hospitalisations, dont 25 en réanimation
  • Nombre de personnes hospitalisées depuis le début de l’épidémie : 108 073
  • Nombre de personnes rentrées à domicile : 82 836
  • Selon Santé publique France (bulletin du 31 juillet), parmi les décès (depuis le 1er mars), 71% sont âgés de 75 ans et plus, 59% sont des hommes. Depuis le début de l’épidémie, 3 décès d’enfants ont été rapportés. En réanimation, le 28 juillet : 3 concernent les 0-14 ans (moins de 1% des réa), 39 dans la tranche 15-44 ans (10%), 140 dans la tranche 45-64 ans (37%), 116 pour les 65-74 ans (30%) et 83 pour les plus de 75 ans (22%).

Le point épidémiologique quotidien de la Direction Générale de la Santé

Au 7 août : canicule, gestes barrière … Les messages clés à retenir

Les indicateurs se dégradent, confirmant une circulation plus active du virus sur l’ensemble du territoire, en particulier chez les jeunes adultes. Nous devons renforcer la vigilance, nous mobiliser pour respecter et faire respecter les mesures barrière, les gestes de bons sens dans la lutte contre l’épidémie de la COVID-19 :

  • Se laver les mains régulièrement ;
  • Respecter une distance d’au moins 1 mètre entre les personnes et limiter les contacts non nécessaires
  • Porter un masque grand public quand la distance d’un mètre n’est pas respectée, quand c’est obligatoire où quand une situation est à risque (lieux très fréquentés, espaces clos, rassemblements festifs…)
  • Protéger systématiquement ses proches notamment les plus âgés et les plus à risque en respectant strictement les mesures barrière : « Quand on aime ses proches, on ne s’approche pas trop »
  • Etre très vigilants et prudents lors des événements festifs et des rassemblements familiaux
  • Se tester rapidement, en présence de symptômes même légers, si vous avez été dans une situation à risque
  • S’isoler dès le moindre symptôme, en cas de test positif ou si les autorités vous ont appelé après un contact à risque pour empêcher toute propagation du virus
  • Prévenir sans délai toutes les personnes que vous auriez fréquentées, en cas de test positif
  • Eviter les ventilateurs en collectivité, dans les lieux clos en présence de plusieurs personnes ; ne pas mouiller les masques de protection en cas de fortes chaleurs
  • Activer l’application « STOP COVID » tout au long de vos vacances et en cas de participation à un rassemblement 

Profitons de l’été en nous protégeant les uns les autres. Mobilisons-nous pour éviter une reprise épidémique !

La procédure à suivre en cas de symptômes :

  • En cas de symptômes (fièvre, fatigue, maux de tête, courbatures, signes digestifs, signes cutanés…) : consultez le médecin généraliste pour faire un test et portez un masque.
  • Une fois le test prescrit, prenez rendez-vous dans l’un des 3 000 centres de dépistage. Pour identifier rapidement le centre de prélèvement le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site Santé.fr. Une carte y indique tous les lieux de prélèvement proposés sur le territoire, ainsi que les horaires et les coordonnées du laboratoire. Le test doit impérativement être pratiqué dans les 24 heures après la prescription médicale et le résultat rendu sous 24 heures.
  • Présentez-vous avec votre masque, votre prescription et votre carte vitale au laboratoire d’analyses.
  • Si le test est positif, c’est que vous êtes porteur du virus, donc atteint du Covid-19, il faut donc continuer à vous isoler, à respecter les gestes barrière, à surveiller votre état de santé et en cas de problème respiratoire, faites le 15.
  • Moins de 24h après les résultats du test, vous êtes contacté par le médecin généraliste ou par l’Assurance maladie pour identifier vos cas contacts. Une fois contactés ces derniers peuvent se faire tester sans prescription (l’Assurance maladie prévient le laboratoire).

Il existe 2 types de tests :

les tests virologiques (PCR) consistant en un prélèvement nasal, permettent de dire si oui ou non vous êtes porteur du virus.

les tests sérologiques sanguins, consistant en une prise de sang, permettent de dire si vous avez développé des anticorps, même si on ne sait pas si cette immunité protège pour la suite.

Les nouveaux foyers de coronavirus en France

Au 6 août 2020, le bilan s’élève à 609 clusters rapportés depuis le 9 mai. « La tendance hebdomadaire à la hausse des clusters depuis juillet s’accentue », indique Santé Publique France dans son bulletin épidémiologique. « 11% sont maitrisés, 56% sont clôturés, et 3% ont impliqué une diffusion communautaire. »

Parmi les 609 clusters, le milieu familial élargi (plusieurs foyers) et les évènements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes restent les types de collectivités les plus représentés (21%), avec les établissements de santé (17%) et les entreprises (22%).

Rappelons qu’un cluster est défini comme un ensemble d’au moins trois cas confirmés ou probables dans une période de 7 jours, appartenant à la même communauté ou ayant participé au même rassemblement de personnes, qu’ils se connaissent ou non.

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 6 août :

  • Nombre de pays touchés par la pandémie de COVID-19 : 188
  • Nombre de cas : plus de 19,1 millions, 716 083 décès. 

Au niveau international, l’épidémie est intense dans de nombreux pays des Amériques (Etats-Unis, Brésil, Mexique, Colombie, Pérou, Argentine), en Asie du Sud-Est (Inde, Bangladesh), Asie Centrale (Kazakhstan, Kirghizistan), Méditerranée orientale (Arabie Saoudite, Iran, Qatar, Oman, Koweït). Une augmentation des cas a été rapportée au Maroc et en Algérie, et l’épidémie s’accélère en Afrique du Sud.

En Europe, l’épidémie reste active dans certains pays d’Europe de l’Est et des Balkans. Israël rapporte également une transmission importante depuis la fin du mois de juin. Dans les pays de l’UE/EEA, une tendance à la hausse du taux d’incidence des cas confirmés de COVID-19 a été observée en semaine 29 en Belgique, République Tchèque, Allemagne, Espagne et Luxembourg.

Depuis le mois de juin, des foyers de cas sont rapportés dans plusieurs pays européens. En plus des foyers de cas rapportés dans des contextes spécifiques (secteurs industriels ou agricoles) on observe une recrudescence de cas dans certains pays parmi les jeunes adultes.

  • En Espagne, une augmentation de l’incidence a été rapportée dans toutes les classes d’âge mais elle est plus importante parmi les 15-29 ans.
  • En Belgique, une augmentation des nouvelles infections a été rapportée, le taux d’incidence le plus élevé est rapporté parmi les 20-29 ans.
  • En Allemagne, une augmentation du nombre de cas a également été rapportée, et des rassemblements familiaux sont à l’origine de certaines augmentations localisées. Ces situations ont entraîné le renforcement des mesures, voire un confinement localisé, dans certaines régions.
  • En Italie, le nombre de cas reste faible globalement, les régions du nord du pays sont les plus touchées.

Voir aussi : la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Déconfinement : les mesures, l’allocution d’Emmanuel Macron

Les annonces d’Emmanuel Macron, dimanche 15 juin : « nous allons tourner la page du premier acte de la crise »

  • Dès demain, tout le territoire (hors Mayotte et la Guyane) passera en zone verte, ce qui permettra de reprendre le travail et d’ouvrir partout les cafés et les restaurants. »
  • Dès demain, il sera à nouveau possible de se déplacer entre les pays européens et à partir du 1er juillet nous pourrons nous rendre dans les États hors d’Europe, où l’épidémie sera maîtrisée. »
  • Dans l’hexagone, comme en Outre-Mer, les crèches et écoles accueillerons tous les élèves « de manière obligatoire »à partir du 22 juin.
  • Les rassemblements resteront « très encadrés ».
  • Le deuxième tour des municipales pourra se dérouler le 28 juin.
  • Les visites seront autorisées dans les Ephad.
  • Première victoire contre le virus. « Nous allons retrouver le plaisir d’être ensemble, notre goût de la liberté, déclare Emmanuel Macron. Mais, souligne le Chef de l’Etat, « le virus n’a pas disparu », et « nous ne devons pas baisser la garde », « il faudra respecter les distances physiques », et « se préparer au cas où l’épidémie reviendrait avec plus de force. » Et ajoute-t-il : « l’été 2020 ne sera pas un été comme les autres et il nous faudra veiller à l’évolution de l’épidémie. »
  • « La lutte contre l’épidémie n’est donc pas terminée. Mais je suis heureux, avec vous, de cette première victoire contre le virus. »
  • Bilan de la politique sanitaire. Le Chef de l’Etat fait le bilan des actions sanitaires menées pendant la crise, des ressources mobilisées, « de la réactivité » et de « la solidité de l’Etat ». « Nous n’avons pas à rougir de notre bilan. Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, par nos actions », souligne-t-il. Quant aux « failles » et « faiblesses » que la crise à révélées -dépendances aux autres pays, inégalités territoriales, etc.- « nous les corrigerons vite et fort ».
  • L’état d’urgence sanitaire est maintenu jusqu’au 24 juillet.

Et aussi les mesures prises pendant la crise sanitaire Covid-19 :

  • L’accès à la téléconsultation est facilité par décret, afin que les patients dont le médecin traitant n’est pas disponible, puisse accéder à la téléconsultation directement.  A compter du 21 mars et pendant toute la durée de l’épidémie, la télémédecine et la téléconsultation sont prises en charge à 100%.
  • La procédure d’arrêt de travail pour les parents contraints de rester chez eux pour garder les enfants dans les zones de circulation du virus ont été simplifiées.
  • Les pharmacies sont autorisées à produire et vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique dont le prix est encadré par arrêté.
  • Le délai d’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) à domicile est -par un décret du 27 mars- allongé à 9 semaines afin d’assurer aux femmes une continuité de leur droit pendant l’épidémie de coronavirus.
  • Maladie professionnelle : la maladie Covid-19 sera reconnue maladie professionnelle pour tous les soignants, « sans avoir à le démontrer ».
  • Un décret publié au Journal Officiel précise quels sont les salariés vulnérables qui peuvent être placés en activité partielle pour éviter le risque de développer une forme grave du Covid-19.

Rappel des gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car « l’essentiel des contaminations se fait par les mains »
  • porter un masque
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000 (appel gratuit avec service de soutien psychologique gratuit) 7j/7

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • En France : Santé publique France et Ministère des Solidarités et de la Santé
  • Toutes les informations utiles sur : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • A l’international : OMS et ECDC
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

Le coronavirus covid-19 va-t-il (vraiment) disparaître au printemps ?

Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne

Coronavirus : comment se soigner à la maison ?

Comment faire ses courses sans risques ?

Quel est le profil des malades touchés par le coronavirus ?

A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?

Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

  • Nombre de pays touchés par la pandémie de COVID-19 : 188

Nombre de cas : 17 millions, 674 038 décès.

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Promo !

«Vivez mieux, vivez qop ! »

Douchka Esposito, Ambassadrice qop

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

39,90€ → 34,90€

Boîte de 30 sticks. Actuellement nous livrons tous nos clients en France uniquement.

Défiez le vieillissement, le collagène est une protéine naturelle de votre corps jusqu'à l'âge de 25 ans, après cet âge votre corps n'en fabrique plus assez d’où le début du vieillissement, redonnez de la jeunesse à vos cellules avec notre complément alimentaire naturel. Plus performant qu'une crème, qop agit de l'intérieur.

Premiers résultats visibles au bout de 30 jours, nette amélioration visible au bout de 90 jours de soins, étude clinique.

  • 1 complément à boire par jour
  • Améliore l’hydratation et la souplesse de la peau
  • Améliore la douceur de la peau en réduisant le nombre de sillons en micro-relief
  • Prévient la formation de rides profondes

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Notre collagène n'est plus disponibleRupture de stock suite à un nombre important de commandes, veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Vous pouvez prè-réserver vos boîtes en cliquant sur ce lien.

Rupture de stock

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer