DIRECT. Covid-19 en France ce 17 novembre : les chiffres, le point de Jérôme Salomon

17 Nov. 2020

SOMMAIRE :

  • Covid-19 : les infos du jour en direct
  • Confinement en France : les modalités pratiques, les attestations
  • Covid-19 en France : nouveaux cas, décès (chiffres, courbes)
  • Coronavirus dans le monde : le bilan

Covid-19 : les infos du jour en direct

Covid-19 en France : le direct ce mardi 17 novembre 2020

Point de Jérôme Salomon :

Nos efforts -individuels et collectifs- « portent leurs fruits » et expliquent la baisse du nombre de cas. Jérôme Salomon se réjouit d’une « bonne nouvelle », même si la pression reste élevée sur les soignants et le système de santé. De plus, tous les départements sont encore touchés par l’épidémie mais de façon hétérogène. La situation demeure tendue dans les réanimations, notamment région Auvergne Rhône Alpes, qui bénéficie de la solidarité nationale.

« Nos efforts collectifs commencent à porter leurs fruits et expliquent cette tendance positive. C’est en maintenant un haut niveau de vigilance que nous pourrons passer les fêtes dans les meilleures conditions de sécurité ».

>> Jérôme Salomon délivre quelques chiffres :

  • La France passe la barre des 2 millions de cas de Covid confirmés.
  • Le R est désormais inférieur à 1, signe que l’épidémie ralentit.
  • Le pic de tests positifs a été atteint le 2 novembre avec 69 500 contaminations en 24 heures. Il doit encore passer à un niveau « raisonnable », environ 5 000 par jour.
  • 33 500 patients ont été hospitalisés hier, c’est un record et plus de 8000 personnes sont en réanimation, dont 4854 pour Covid-19.
  • 437 patients sont morts à l’hôpital au cours des dernières 24 heures. Au total, au niveau national 46 273 personnes sont mortes du Covid-19.
  • 150 patients ont été transférés entre deux régions.

>> Le directeur général de la Santé fait un point sur l’état psychique des Français

« La maladie touche les corps mais aussi les âmes », souligne-t-il, précisant que Selon une étude de Santé publique France, la santé mentale des Français s’est encore dégradée depuis le mois de septembre. « Le nombre de personnes dépressives a doublé entre fin septembre et début novembre ».

Cette hausse, explique-t-il, est observée dans l’ensemble de la population mais est particulièrement marquée chez les personnes ayant des problèmes financiers ou ayant des antécédents de troubles psychologiques, mais aussi chez les inactifs et chez les jeunes.

Il recommande d’éviter de rester trop connecté à l’actualité, de rythmer ses journées, d’éviter l’alcool, de parler et de ne pas hésiter à consulter si nécessaire son médecin. Les proches doivent également être attentifs en identifiant des signaux de mal-être : sommeil perturbé, troubles de l’appétit, difficultés de concentration, etc. Enfin, Jérôme Salomon rappelle le numéro d’écoute et de prise en charge psychologique, disponible gratuitement 24H/24, le 0800 130 00, des conseils sont également disponibles sur le site web psycom.

>> Point sur les vaccins

« Il y a une solidarité européenne, une démarche commune européenne pour la commande des vaccins dont la France fait évidemment partie. Nous serons très attentifs à la procédure règlementaire et à la mise à disposition la plus précoce possible de ces vaccins qui auront eu l’autorisation de mise sur le marché », a expliqué Jérôme Salomon.

Jérôme Salomon termine sur une note positive : « les efforts paient et tous ensemble, nous réussiront à prendre le contrôle sur l’épidémie. »

Le reste de l’info ce mardi :

  • Emmanuel Macron s’exprimera en milieu de semaine prochaine à la télévision, selon RTL.
  • « Toute notre énergie doit être tournée vers la réussite de la phase actuelle pour bien préparer la suivante », a affirmé Jean Castex devant les députés ce mardi. « La prochaine phase ne sera pas le retour à l’ante confinement (…). Il y aura des dispositions de freinage, qui sont en cours de calage, qui perdureront ».
  • Activités sportives : Emmanuel Macron, qui a rencontré les acteurs du sport amateur et professionnel ce mardi, souhaite que les mineurs puissent reprendre les activités en club à partir de décembre, sous réserve d’une évolution épidémique favorable et d’un protocole sanitaire adapté, en particulier pour les sports en salle. En revanche le retour des spectateurs dans les stades n’interviendra pas avant 2021.
  • Les lieux de cultes pourraient rouvrir au public à partir du 1er décembre, si la situation épidémiologique le permet et à condition de respecter un protocole sanitaire strict, ont affirmé à l’AFP deux responsables de religions, après une visio-conférence avec le Premier ministre Jean Castex.
  • La société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé que son vaccin contre le Covid-19 était efficace à 94,5% pour réduire le risque de contracter la maladie. Il s’agit également d’un vaccin à ARN, comme celui des laboratoires Pfizer. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu qu’un vaccin ne suffirait pas à lui tout seul à vaincre la pandémie.
  • Le nombre des arrêts maladie de longue durée (plus de 30 jours) a fortement augmenté (+33% par rapport aux douze mois précédents) dans le secteur privé de septembre 2019 à août 2020, selon une enquête Ifop publiée lundi 16 novembre. Selon Santé publique France, le nombre de personnes qui souffrent d’un état anxieux ou de dépression a doublé entre fin septembre et début novembre.
  • Pic épidémique : le ministre de la Santé assure que « la situation s’améliore » tout en appelant à ne pas « relâcher nos efforts collectifs ». 
  • Emmanuel Macron a twitté ce samedi matin que « les prochains jours seront décisifs », avant de rappeler ces gestes qui « sauvent des vies » :

  • Jean Castex travaille sur une stratégie de lutte contre le Covid-19, qui devrait être présentée fin novembre, pour « vivre avec le virus sur le temps long ». Dans une longue interview au journal Le Monde, il précise : « Une certitude : les rassemblements festifs, familiaux dans des salles de fêtes ne pourront pas reprendre avant longtemps. De même, les bars et les restaurants qui font aussi partie des endroits de contamination forte ne pourront pas rouvrir dès le 1er décembre, contrairement aux magasins de jouets, par exemple », annonce-t-il. « A l’inverse, le télétravail devra perdurer, sur la base d’un équilibre à trouver dans les entreprises pour éviter le tout ou rien. »
  • Vaccin Covid : « La perspective d’un vaccin se rapproche. Il y a le projet Pfizer, mais aussi beaucoup d’autres en phase d’essai. Il faut se préparer tout en restant prudent », prévient le premier ministre dans les colonnes du quotidien Le Monde ce samedi, assurant que l’Etat prépare activement l’arrivée d’un futur vaccin. « Nous poursuivons toutes les pistes et avons déjà sécurisé les commandes. Il y a eu une action européenne très efficace dans ce domaine, avec des groupements d’achat. » Reste une préoccupation. « Ma crainte, c’est que les Français ne se fassent pas assez vacciner », confie-t-il.
  • Confinement et sport : 45 députés Les Républicains demandent à ce que la pratique sportive soit exemptée de la règle des 1h/1km, propre au confinement. « Comment crédibiliser un reconfinement (…) quand vous expliquez aux Français qu’il serait plus dangereux de marcher, de courir ou de pratiquer le vélo seul en forêt ou à la campagne que de prendre le métro aux heures de pointe ? », s’interrogent les élus dans un courrier adressé à la ministre des Sports. Ils réclament que la règle « 1h/1km » soit suspendue pour « l’activité physique individuelle quotidienne des personnes » et que les collectivités puissent « rouvrir leurs équipements sportifs aux associations pour des groupes réduits dans le respect de protocoles sanitaires renforcés ».
  • Italie : la région de Naples, ainsi que la Toscane, passent en zone classée rouge, a annoncé le gouvernement italien ce vendredi, alors que près de la moitié des italiens sont désormais en confinement partiel.
  • « L’accélération des décès quotidiens » en France, toutes causes confondues, est « très nette » depuis la mi-octobre, a indiqué ce vendredi l’Insee dans son point sanitaire hebdomadaire sur la mortalité pendant l’épidémie de Covid-19. 
  • Bilan sanitaire à l’école : 21 établissements scolaires sont actuellement fermés (0,03%) et 142 classes (0,03%) selon le dernier bilan communiqué ce vendredi par le ministère de l’Education Nationale. Par ailleurs, 12 487 élèves et 2 223 personnels ont été testés positifs ces 7 derniers jours. En une semaine, le nombre de cas avérés chez les élèves a été multiplié par quatre.
  • Attestation de déplacement : elle peut désormais être enregistrée sur l’application TousAntiCovid pour éviter une re-saisie.
  • Un patient Covid-19 a bénéficié d’une greffe pulmonaire, c’est une première en France.
  • Covid-19 : une étude suggère de réduire le temps passé dans les lieux de contamination.
  • Le Pr Didier Raoult est convoqué par une section disciplinaire de l’Ordre des médecins dans le cadre d’une plainte lancée en septembre dernier par la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF).
  • Personnes vulnérables : le nouveau décret a été publié, certains critères sont réintégrés après avoir été retirés en mai.
  • Purificateurs d’airLaurent Wauquiez, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes a écrit au ministre de l’Éducation nationale pour lui demander l’installation de purificateurs d’air dans les écoles afin de lutter contre la Covid-19. « Le protocole sanitaire de l’Education nationale n’est pas à la hauteur, n’est pas suffisant », dénonce le président LR de région, qui a commencé l’installation de purificateurs sont dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, alors que des dispositifs similaires sont déjà installés depuis huit mois dans les établissements scolaires en Allemagne, a-t-il justifié ce jeudi sur Europe 1. « Je lance un appel à Jean Castex pour qu’enfin dans la stratégie nationale se saisisse du sujet et que le gouvernement vienne en renfort pour que l’on déploie le plus vite possible dans nos écoles, nos collèges, nos lycées, nos cantines, un peu partout, du matériel de purification ». On fait le point sur les purificateurs d’air.
  • Le confinement est-il efficace ? Alors que nombre d’indicateurs s’améliorent, le Pr Caumes, chef du service infectiologie à la Pitié-Salpêtrière à Paris explique au Parisien ce jeudi que le ralentissement constaté pourrait être lié à la fermeture des écoles lors des vacances scolaires de la Toussaint. « Forcément, les interactions entre les jeunes ont diminué », souligne-t-il. Selon l’infectiologue, « les élèves en difficulté devraient continuer à aller à l’école et les autres rester chez eux. »
  • L’Europe, épicentre de l’épidémie. « La région européenne continue à représenter la plus grande proportion de nouveaux cas et de décès au cours des 7 derniers jours », a souligné l’OMS dans son dernier bulletin épidémiologique, ajoutant que ce continent a signalé plus de la moitié (54%) de tous les nouveaux cas et près de la moitié (47%) des nouveaux décès dans le monde. Trois pays européens font partie des cinq pays ayant le plus grand nombre de cas au cours de la semaine écoulée : l’Italie, le Royaume-Uni et la France. Les deux autres pays qui complètent cette liste sont les États-Unis et l’Inde.
  • L’agence européenne du médicament annonce qu’elle envisage de procéder aux premières vaccinations sur le territoire de l’UE « au premier trimestre 2021 », dans un scénario « optimiste », selon l’AFP.
  • Bilan monde : plus de 50 millions de cas du nouveau coronavirus ont été officiellement détectés dans le monde depuis le début de la pandémie fin 2019, selon un décompte établi mardi matin par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
  • « Les délais d’attente pour accéder à la greffe rénale pourraient être allongés » : retrouvez notre interview de Pr François Kerbaul, directeur du prélèvement et de la greffe organes-tissus à l’Agence de biomédecine.
  • Le masque n’est plus obligatoire lors de l’accouchement mais il reste recommandé.
  • Le pôle Santé Publique du parquet de Paris a ouvert quatre informations judiciaires contre X pour « abstention volontaire de combattre un sinistre », « mise en danger de la vie d’autrui » et « homicides et blessures involontaires », sur la gestion de la crise en France. Cela fait suite au recueil de 328 plaintes dont le parquet a été destinataire.
  • Vaccin des laboratoires Sinovac Biotech : l’essai clinique est suspendu après « un incident grave » chez un volontaire au Brésil. Le laboratoire se dit néanmoins « confiant dans la sûreté du vaccin » et nie sa responsabilité.
  • Le vaccin développé par Pfizer et BioNTech est « efficace à 90% », affirment lundi les deux laboratoires. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a jugé cette annonce « encourageante ». L‘immunologiste Alain Fischer est prudent. Interrogé par nos confrères de LCI, il précise qu’il faut attendre de voir si la protection contre le virus dure « plus que quelques semaines » et si elle s’étend également aux personnes âgées et fragiles, sachant que les essais ont été mené sur une population de volontaires plutôt jeunes et en bonne santé.
  • « La France est le 4e pays au monde en nombre de cas », c’est lié à un grand nombre de tests, a expliqué hier le Directeur général de la Santé. La plus grande vigilance doit être maintenue via les gestes barrière, la réduction des contacts, la protection des personnes fragiles, le respect du confinement, a-t-il expliqué lors d’un point presse lundi soir. « Nos efforts ont toujours porté leurs fruits », a-t-il ajouté, précisant que l’objectif est de ramener le R en-dessous de 1 et de diminuer les patients en réanimation pour soulager les soignants. « Le pic est devant nous, malgré un ralentissement de l’épidémie. »
  • Le délai de l’IVG est allongé pendant le confinement.
  • Le Parlement a adopté la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février – avec instauration d’un régime transitoire jusqu’au 1er avril.
  • « À ce jour, six pays, à savoir le Danemark, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suède, l’Italie et les États-Unis ont rapporté des cas de SRAS-CoV-2 chez des élevages de visons auprès de l’Organisation mondiale de la santé animale », a indiqué l’OMS dans un communiqué ce samedi. Cette semaine, la Première ministre danoise Mette Frederiksen a annoncé l’abattage de plus de 15 millions de visons pour raison sanitaire. Selon les autorités danoises, une version mutée du coronavirus se développerait chez les visons et pourrait diminuer l’efficacité de nos anticorps donc menacer l’efficacité d’un futur vaccin.
  • Depuis l’annonce du second confinement, la plateforme de rendez-vous médicaux Doctolib a constaté 30% d’annulations supplémentaires par rapport à une période normale. Les professionnels de santé ont publié une tribune afin d’inciter les Français à consulter leurs médecins. Rappelons qu’il est impératif de maintenir les consultations, tous les cabinets (dentistes, généralistes, spécialistes, kiné, sage-femmes…) restent ouverts.
  • Vague psychiatrique. Les experts l’affirment : le premier confinement a amplifié les troubles psychiatriques et les addictions parmi la population française. Face à ce second confinement, l’inquiétude monte. Selon un sondage Odoxa, 75 % des Français craignent une augmentation de leur consommation de tabac, 55 % de leur consommation de cannabis et 66 % de leur consommation d’alcool.

Que retenir des annonces du gouvernement ce jeudi 12 novembre ?

>> Bilan sanitaire :

  • Chaque jour, 1 décès sur 4 est lié au Covid-19 et toutes les 3 minutes, un patient Covid est hospitalisé en réanimation.
  • 45% des personnes hospitalisées en réanimation ont moins de 65 ans.
  • On observe depuis une semaine une baisse du nombre de diagnostics quotidiens, mais pas encore du nombre de patients en réanimation. La pression sanitaire continue d’augmenter. 
  • 95% des capacités de réanimation sont atteintes. « Notre exigence est de soigner ceux et celles qui en ont besoin et ne pas dégrader nos soins. » Olivier Véran précise que les chirurgies urgentes (cancers, greffes notamment) sont maintenues.
  • Le pic de la deuxième vague est attendu pour le début de la semaine prochaine.

>> Mesures, calendrier :

  • La tendance à la baisse récente du nombre de cas positifs est « fragile » et « à confirmer ». 
  • « Notre stratégie produit les effets attendus ». Toutefois, « il serait irresponsable de lever ou d’alléger le dispositif de confinement dès maintenant » donc au moins pour 15 prochains jours, les règles restent « inchangées ».
  • Si la baisse des cas se poursuit, des mesures d’allègement pourraient être prises pour les commerces au 1er décembre mais sur la base d’un protocole renforcé.
  • Cette étape ne pourra pas concerner d’autres établissement recevant du public (bars, restaurants, salles de sport). L’objectif est dans ce cas, un nouvel allègement au moment des vacances de Noël.
  • Une attestation de déplacement restera nécessaire, même après le 1er décembre.
  • Renfort des contrôles du confinement : « J’en appelle au civisme par le respect de ces règles qui doivent protéger notre santé. »
  • « Nul ne peut se croire invincible ou épargné. Plus que jamais je vous invite à respecter les règles du confinement (…) à télétravailler (…) à respecter les gestes barrière, à aérer vos intérieurs, à télécharger l’application TousAntiCovid ». 

>> Education, télétravail, santé :

  • Education : « 100% de présence des élèves est vivement recommandée ». Des solutions hybrides sont envisagées lorsque ce n’est toutefois pas possible. « 50% du temps des élèves devra être passé au sein du lycée pour maintenir le contact avec le professeur et les autres camarades d’ici la fin de l’année civile », précise Jean-Michel Blanquer.
  • Télétravail : il doit se faire 5 jours sur 5 lorsqu’il est possible. Un numéro vert « écoute, soutien, conseil », est ouvert : 0800 13 00 00. « J’appelle les employeurs et salariés à poursuivre leurs efforts », déclare Elisabeth Borne.
  • Transfert de patients d’une région à l’autre : Olivier Véran annonce la prise en charge financière d’au moins un accompagnant
  • Tests antigéniques : après les Ehpad, les urgences, les aéroports, les ports, etc. Ils seront bientôt déployés dans les établissements scolaires pour les personnels et peut-être dans les entreprises avec un protocole adapté.

Confinement en France : les modalités pratiques, les attestations

Confinement : les modalités pratiques

A compter du 29 octobre minuit, le confinement est décrété sur l’ensemble du territoire français.

La plupart des règles de mars et avril sont reconduites. C’est le retour des attestations. Pour chaque sortie, l’attestation est obligatoire, elle est disponible sur le site du gouvernement et sur l’application Tous Anti-Covid. Une amende de 135 euros est prévue en cas de non-respect du confinement.

>> Lien pour télécharger l’attestation de déplacement

Deux attestations permanentes : l’une pour le travail, l’autre pour les écoles

  • L’une pourra être délivrée par l’employeur pour les déplacements entre le domicile et le travail.
  • L’autre par l’établissement scolaire pour les parents devant faire le trajet domicile-école.

>> Voici les raisons pour quitter son domicile, annoncées par le Premier Ministre :

« Comme pendant le confinement, vous pourrez ainsi sortir pour faire vos courses alimentaires, pour vous rendre ou revenir de votre travail et exercer votre activité professionnelle (si vous n’êtes pas en capacité de le faire en télétravail), pour des motifs médicaux, vous rendre à l’hôpital, chez un professionnel de santé, dans une pharmacie, pour des motifs familiaux impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables et précaires, notamment aux personnes en situation de handicap, pour une convocation judiciaire ou administrative, pour la participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative. Cela concerne par exemple les maraudes des associations de lutte contre la pauvreté ou les distributions d’aide alimentaire à domicile. »

Pour faire de l’activité physique, prendre l’air ou pour promener ses animaux domestiques, il ne sera pas autorisé de dépasser un rayon de 1 kilomètre du domicile pendant 1 heure. « Je rappelle que, pour les activités physiques, seules les pratiques individuelles et de plein air comme le jogging seront autorisées dans ce cadre précis », ajoute le premier ministre. « Les salles de sport et les gymnases seront fermés et les sports collectifs de plein air, comme le foot, le basket, le rugby, interdits ».

Contrairement au printemps, les parcs, jardins, forêts, plages resteront ouverts.

Des autorisations supplémentaires sont prévues pour accompagner un enfant à l’école ou aller le chercher, pour se rendre dans un service public ou chez un opérateur assurant une mission de service public (la CAF, l’Assurance-maladie, Pôle emploi, les maisons départementales pour les personnes handicapées, un rendez vous à la mairie ou à la préfecture…). »

Les guichets de La Poste et les guichets de banque resteront également ouverts. La formation est possible quand cela n’est pas possible à distance. Il sera possible de se présenter à un examen ou concours, notamment le Permis de conduire.

>> Les déplacements et activités qui ne seront pas autorisés :

  • Il ne sera pas possible d’aller chez des amis ou de recevoir chez soi
  • Il ne sera pas possible de se déplacer à plus d’1 km
  • Il ne sera pas possible de voyager au sein du territoire national, y compris d’une résidence principale vers une résidence secondaire. « Il y aura néanmoins une tolérance ce week-end pour le retour des vacances de la Toussaint. »

>> Etablissements scolaires : masque dès le CP, protocole sanitaire renforcé

Le masque devient obligatoire dès 6 ans pour les élèves de CP. « Des masques seront prévus dans les écoles en cas d’oubli ou de difficultés économiques d’une famille pour se procurer de tels masques », a précisé Jean-Michel Blanquer.

Les écoles, collèges, lycées restent donc ouverts. « La fermeture des établissements scolaires entrainent l’aggravation des écarts (…) nous ne pouvons pas laisser des retards qui pourraient engendrer des décrochages », a justifié le ministre. « Nous avons le devoir de maintenir ouverte notre école. »

« L’école est un espace sécurisé. Nous continueront à fermer chaque fois que cela sera nécessaire, avec la possibilité d’un enseignement à distance. »

Le protocole sanitaire sera néanmoins durci, selon les recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique.

  • Les déplacements des élèves seront limités au maximum
  • Les récréations seront organisées par groupe avec respect des gestes barrière
  • La restauration est maintenue en veillant à espacer chaque élève d’1 mètre
  • L’aération et la ventilation des classes seront également renforcées
  • De même que la désinfection des locaux et le nettoyage des salles et des tables qui seront effectués tous les jours. Les surfaces les plus fréquemment touchées, comme les poignées de porte, sera réalisé plusieurs fois par jour. 

>> Le télétravail privilégié

Quand il est possible, « le télétravail n’est pas une option ». Cette obligation sera inscrite dans le nouveau protocole en entreprise, a indiqué la ministre du Travail, Elisabeth Borne. Concrètement, si le travail peut s’effectuer en télétravail, il doit se faire 5 jours sur 5. Des exceptions sont possibles en cas de besoin d’un équipement spécifique ou dans les cas des métiers ne pouvant s’exercer à distance. Les réunions à distance seront la règle.

Le nouveau protocole en entreprises sera mis en ligne dès ce soir et sera accessible à tous sur le site du ministère du Travail, annonce Elisabeth Borne.

>> Les établissements recevant du public qui seront fermés :

Les bars et les restaurants, les commerces autres que de première nécessité, les salles polyvalentes et salles de conférence, les salles de spectacle et les cinémas, les salles de sport, les parcs d’attractions, les salons, foires et expositions.

Les établissements qui proposent des activités extrascolaires, sportives ou artistiques, comme les conservatoires ou les clubs de sport aussi.

>> Les établissements publics qui resteront ouverts :

  • Tous les commerces de gros, les magasins et les jardineries, ainsi afin que les professionnels puissent continuer de s’approvisionner.
  • Les crèches et les établissements scolaires jusqu’au lycée inclus.
  • Les établissements périscolaires lorsqu’ils assurent la garde d’enfants le soir après l’école et les centres de loisirs le mercredi.
  • Les hôtels qui peuvent garder une petite activité pour déplacements professionnels indispensables (sans les restaurants, seul le room-service pourra fonctionner).

La liste complète des établissements autorisés à ouvrir sera publiée sur le site du gouvernement.

Tous les services de transport en commun resteront ouverts et leur niveau de service devrait être maintenu.

>> Les frontières intérieures à l’espace européen resteront ouvertes. « En revanche, les frontières extérieures seront fermées, sauf pour les déplacements des ressortissants français et des résidents en France, sous couvert de la pratique de tests. Toute personne arrivant sur le territoire devra en effet faire la preuve d’un test négatif réalisé 72 heures à l’avance. Et pour ceux qui ne disposeraient pas du résultat d’un test, un test à l’arrivée sera imposé. »

>> Les lieux de culte resteront ouverts, les cérémonies interdites

Les cérémonies religieuses seront interdites, sauf pour les enterrements, dans la limite de 30 personnes et pour les mariages dans la limite de 6 personnes. Une tolérance sera appliquée pour les cérémonies prévues ce week-end de la Toussaint, ainsi que pour les déplacements dans les cimetières et les commerces de fleurs.

Que retenir des annonces de Emmanuel Macron ?

  • La deuxième vague sera sans doute plus meurtrière que la première
  • Un confinement « adapté » de « tout le territoire » est annoncé ce soir
  • Il débutera dès vendredi matin et durera au moins jusqu’au 1er décembre
  • Les déplacements d’une région à l’autre seront interdits, avec une tolérance pour les retours de vacances de la Toussaint
  • Contrairement au printemps, crèches, écoles, collèges et lycées demeureront ouverts
  • Le supérieur fonctionnera avec des cours en distanciel
  • Contrairement au premier confinement, le travail va continuer. Le télétravail sera généralisé partout ou cela est possible mais l’activité continuera avec plus d’intensité qu’au printemps.
  • Les visites en Ephad et maisons de retraite restent autorisées, dans le respect d’un protocole strict
  • Ces mesures seront évaluées tous les 15 jours, certains commerces pourraient rouvrir en fonction de la situation sanitaire
  • Retour des attestations de sortie

Covid-19 en France : nouveaux cas, décès (chiffres, courbes)

Le bilan en chiffres en France au lundi 16 novembre :

  • 1 991 233 cas confirmés (+9 406 cas en 24h)
  • 45 054 décès (+508 en 24h à l’hôpital)
  • 16 784 hospitalisations les 7 derniers jours dont 2 643 en réanimation
  • 4 903 patients actuellement hospitalisés en réanimation au total
  • Taux de positivité des tests : 16,4%
  • 3 698 clusters en cours d’investigation dont 1 317 en Ephad 
  • 99 départements en vulnérabilité « élevée »

En France, l’ensemble des indicateurs épidémiologiques montrent que la circulation du virus SARS-CoV-2 reste élevée. Après une augmentation observée lors des semaines précédentes, le nombre de nouveaux cas confirmés diminue en semaine 45 (du 2 au 8 novembre). En revanche, le nombre de nouvelles hospitalisations (y compris en réanimation) et de décès (au cours d’une hospitalisation et en ESMS) continue à augmenter en semaine 45.

Il est important que la population respecte les recommandations de prévention. Le confinement est mis en œuvre pour limiter fortement la circulation du virus. La distanciation physique (respecter au moins un mètre entre les personnes, saluer sans se serrer les mains ni s’embrasser), les mesures d’hygiène (se laver régulièrement les mains, tousser dans son coude), la limitation des rassemblements (réunion), le port d’un masque et l’aération régulière des lieux fermés restent des mesures essentielles, de même que l’isolement en cas de symptômes et la réalisation d’un test dans les plus brefs délais.

  • Au total, en réanimation 

  • Nouvelles admissions en réanimation 

Le point épidémiologique de Santé Publique France du 5 novembre :

A retenir :

  • Augmentation des hospitalisations (+43%)
  • Admissions en réanimation : 65% de personnes âgées de 65 ans et plus ; 88% avec comorbidités
  • Poursuite de l’augmentation du nombre de décès plus marquée en semaine 43
  • Forte augmentation du nombre de cas et de décès dans les établissements médico-sociaux
  • Régions les plus touchées : Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France et Île-de-France
  • Poursuite de l’augmentation en Martinique ; tendance à la diminution en Guadeloupe et stabilisation en Guyane ; augmentation à Mayotte et à la Réunion
  • Maintien primordial des mesures de prévention individuelles et de réduction des contacts dans le contexte de confinement
  • En cas de symptômes, isolement immédiat et réalisation d’un test dans les plus brefs délais

>> Hausse de tous les indicateurs hospitaliers

Les données d’hospitalisations reflètent les formes les plus graves de la maladie. Le 3 novembre 2020, 26 265 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France métropolitaine dont 3 878 en réanimation. Au niveau national, le nombre hebdomadaire de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a augmenté de 43% en semaine 44 avec 17 450 nouvelles hospitalisations contre 12 176 en semaine 43. Le nombre de nouvelles admissions en réanimation était également en progression de 43% avec 2 605 admissions en semaine 44 versus 1816 en semaine 43. Par ailleurs, 65% des admissions en réanimation concernaient des personnes âgées de 65 ans et plus et 88% présentaient des comorbidités.

>> Nombre de décès en augmentation

Le nombre de décès lors d’une hospitalisation et en établissements sociaux et médico-sociaux continue d’augmenter avec 2 242 décès enregistrés en semaine 44 (versus 1 550 décès en semaine 43, +45%). L’augmentation du nombre de cas de COVID-19 observés parmi les résidents des EHPAD annonce une poursuite très probable de l’augmentation des décès dans les semaines à venir. L’épidémie de COVID-19 reste toujours à un niveau très élevé. Le 4 novembre, les données disponibles faisaient état d’un minimum de 40 558 nouveaux cas supplémentaires. L’attention doit donc rester focalisée sur la protection du système de soin et l’application strictes de l’ensemble des mesures (isolement et test rapide des personnes symptomatiques) et des gestes barrière.

>> Depuis le 1er mars, parmi les 156 427 patients ayant été hospitalisés :

  • L’âge médian des patients est de 72 ans et 53% sont des hommes.
  • 26 210 patients sont décédés : 73% étaient âgés de 75 ans et plus et 53% étaient des hommes.
  • 120 714 patients sont retournés à domicile.
  • 65% des patients hospitalisés en réanimation ont plus de 65 ans.

Par ailleurs, les comorbidités les plus fréquemment rapportées en réa (entre le 5 et le 27 octobre) sont l’obésité (49%), l’hypertension artérielle (46%) et le diabète (34%).

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 29 octobre :

  • Les foyers majeurs de l’épidémie se situent actuellement dans la zone Europe et en Amérique (États-Unis et Amérique Latine), à l’origine de respectivement 46% et 31% des cas rapportés dans le monde entre le 19 et le 25 octobre (semaine 43). Un déclin de l’épidémie est observé en Asie du Sud-Est où sont localisés 15% des cas rapportés dans le monde avec une mortalité en baisse mais un nombre de cas récents demeurant élevé (+445 886 cas entre le 19 et le 25 octobre).
  • Dans la zone Amérique, le nombre global de cas rapportés augmente. Aux États-Unis, un nombre record de nouveaux cas est rapporté depuis 7 jours (entre 60 000 et 83 000 cas par jour), comparable à celui documenté lors du pic épidémique dans ce pays, le 24 juillet avec 74 818 cas. Cette hausse est marquée dans certains États (Midwest, région des Grandes Plaines). Au Canada, l’augmentation du nombre de nouveaux cas et d’hospitalisations pour COVID-19 se poursuit depuis un mois ; le Québec et l’Ontario cumulent 80% des cas incidents. L’incidence tend à se stabiliser au Québec où les mesures de restriction instaurées dans plusieurs régions québécoises sont prolongées jusqu’au 23 novembre. L’incidence est en baisse mais se maintient à un niveau élevé au Brésil (+153 356 cas sur 7 jours), au Pérou (+20 699) et au Chili (+10 539), stable en Colombie (+53 588), tandis qu’elle augmente dans d’autres pays notamment en Argentine (+103 759), au Mexique (+39 114), au Costa Rica et au Paraguay.
  • En Asie, l’épidémie est toujours fluctuante en Inde malgré une incidence en diminution depuis cinq semaines, à l’instar d’autres pays (Népal, Myanmar, Indonésie). Un cluster de 137 cas asymptomatiques liés à une usine de confection textile a été rapporté récemment en Chine, dans l’ouest de la région du Xinjiang, suite à la découverte d’un cas ayant engendré une campagne massive de dépistage. Le taux d’incidence actuel est bas au Japon (3,2 cas 100 000 hab.) et en Corée du Sud (1,4), le nombre de nouveaux cas rapportés récemment étant liés à des clusters. En Océanie, une augmentation très importante de la transmission du SARS-CoV2 est décrite en Polynésie française et à Guam depuis plusieurs semaines.
  • Dans les pays du Moyen-Orient, l’épidémie demeure importante au Liban, en Jordanie, à Oman et aux Émirats arabes unis. La situation est également préoccupante en Iran qui a atteint des nombres record de nouvelles infections (+36 215 cas) et de décès (+2 197). En Israël, le taux d’incidence récente a fortement baissé (70,1 cas/100 000 hab. vs. 443 en S40), dans un contexte d’allègement graduel des restrictions, après un confinement national de 4 semaines achevé le 18/10.
  • En Afrique, le nombre de nouveaux cas et la mortalité liée au COVID-19 augmentent légèrement depuis plusieurs semaines ; cette hausse, liée en partie à un rattrapage des données, est particulièrement marquée en Afrique du Sud (70% des décès COVID-19 rapportés en Afrique) et dans d’autres pays (Éthiopie, Kenya, Botswana, Cap-Vert). L’épidémie est également active au Maroc (+23 550 cas entre le 19 et le 25 octobre), en Tunisie (+9 863 cas) et en Libye (+5584 cas) qui décrivent une forte augmentation de nouveaux cas et une hausse sensible de la mortalité pour COVID-19.
  • En Europe, une augmentation considérable de différents indicateurs est observée par rapport à la semaine précédente : du nombre de nouveaux cas (+33%), pour toutes les classes d’âges dans une majorité de pays européens ; du taux de positivité (>3% et en augmentation dans 22 pays); de la mortalité pour COVID-19 (+35%). Selon le dernier rapport d’évaluation de risque de l’ECDC au 23/10, la situation est préoccupante dans 25 pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, République tchèque, Danemark, Espagne, France, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Lettonie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Slovaquie, Suède et Royaume-Uni. La vulnérabilité de la population européenne au SARS-CoV-2 est très élevée, avec un niveau d’immunité global inférieur à 15% dans la plupart des pays européens.
  • Parmi les pays européens de l’UE/EEA, les taux d’incidence hebdomadaire observés sont supérieurs à 250/100 000 hab. en République tchèque, en Belgique, au Luxembourg, en Slovénie, en France, aux Pays-Bas, en Croatie, en Slovaquie, et en Espagne. Le taux d’incidence pour 100 000 habitants a en particulier fortement augmenté en Belgique (792,8), en France (380 ,5), en Italie (197,5), en Autriche (208,1) et aux Pays-Bas (377,8). Des taux d’incidence élevés sont également documentés en Suisse (439,1/100 000 hab.), en Europe centrale et en Europe de l’Est (taux rapporté au 27/10 pour les 7 derniers jours) : Arménie (505,5), Géorgie (336,9), Bosnie-Herzégovine (210,1), Moldavie (111,5), Ukraine (90,5). En Russie, une hausse record de nouveaux cas (90,8 cas/100 000 hab.) et de décès est rapportée.

Voir aussi :la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Rappel des gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car « l’essentiel des contaminations se fait par les mains »
  • porter un masque
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000 (appel gratuit avec service de soutien psychologique gratuit) 7j/7

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • En France :Santé publique FranceetMinistère des Solidarités et de la Santé
  • Toutes les informations utiles sur:https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • A l’international :OMSetECDC
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne

Coronavirus : comment se soigner à la maison ?

Comment faire ses courses sans risques ?

A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?

Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

Pr Jérôme Salomon,

Directeur général de la Santé

tiendra un point de situation sur la lutte contre la COVID-19 en France

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer