DIRECT. Coronavirus en France : les chiffres ce 26 mai

26 Mai. 2020

SOMMAIRE :

  • Le coronavirus en France : le direct
  • Nouveaux cas de coronavirus en 24h, décès, hospitalisations (chiffres, courbes, bilan)
  • Les nouveaux foyers de coronavirus en France
  • La carte du déconfinement département par département
  • Coronavirus en Allemagne
  • Coronavirus en Italie
  • Coronavirus en Espagne
  • Coronavirus dans le monde : le bilan
  • Coronavirus en France, déconfinement : les mesures

Le coronavirus en France : le direct

  • Chloroquine : l’hydroxychloroquine, bientôt interdite en France ? Selon Europe 1, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) devrait donner un avis défavorable et recommander d’arrêter de prescrire de la chloroquine contre le coronavirus. La veille l’OMS avait annoncé suspendre « temporairement » les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine « par sécurité », après les résultats de l’étude observationnnelle publiée dans la revue The Lancet, sur l’inefficacité de l’hydroxychloroquine. L’article mettait en garde contre les risques de décès et d’arythmie cardiaque associés à la prise de ce traitement.
  • Appli Stop-Covid : elle a reçu ce mardi le feu vert de la Cnil. Elle devrait être déployée début juin.
  • Immunité contre le covid-19 : une très grande majorité des malades atteints d’une forme mineure développent des anticorps séro-neutralisant, concluent des équipes du CHU de Strasbourg et de l’Institut Pasteur. Leur constat : près de la totalité des malades ont développé des anticorps dans les 15 jours suivant le début de l’infection. Par ailleurs, chez 98% d’entre eux, des anticorps neutralisants ont été détectés après 28 jours. Cela tend à prouver que, même pour les formes mineures de la maladie, les personnes atteintes développent des anticorps qui pourraient leur conférer une immunité pendant plusieurs semaines suite à l’infection
  • Vitamine D et coronavirusl’Académie nationale de médecine recommande de doser rapidement le taux de vitamine D et d’apporter une supplémentation en cas de coronavirus.
  • Syndrome de Kawasaki : la surveillance des syndromes inflammatoires multi-systémiques pédiatriques recense 172 signalements depuis le 1er mars, dont 101 cas (60%) ont un lien confirmé ou probable avec la maladie COVID-19. Rappelons qu’en cas de fièvre élevée et durable, de manifestations inflammatoires (ganglions, éruptions) chez l’enfant, il convient de demander rapidement un avis médical.  
  • « Ségur de la Santé » : le plan pour l’hôpital est lancé ce lundi par Olivier Véran. Son objectif : une concertation avec « tous les acteurs du système de santé », afin « de répondre à leurs attentes » et qu’ils puissent « partager leur expérience et leur vision », après la crise sanitaire. « Revisiter l’offre de soins » et « augmenter les salaires » font partie des premières pistes de ce plan. Le calendrier prévoit au plus tard à la mi-juillet de tirer les conclusions de cette concertation.
  • Vaccin contre le coronavirus. Selon le CNRS, entre 20 et 25% des Français ne se feraient pas vacciner contre le Covid-19. Une réticence notamment liée à la fabrication jugée trop rapide et risquée.
  • Traitement contre le coronavirus : L’essai clinique mené sur le remdesivir apporte de premiers résultats encourageants. Selon les résultats préliminaires publiés dans NEJM, ce 22 mai, ce médicament écourte de 4 jours le rétablissement des patients les plus gravement atteints du Covid-19.
  • La Haute Autorité de Santé s’est prononcée ce mercredi en faveur d’un remboursement par l’assurance maladie des tests sérologiques. Le ministère de la Santé a publié la liste des 23 tests homologués donc fiables, validés par le Centre national de référence.

Nouveaux cas de coronavirus en 24h, décès, hospitalisations (chiffres, courbes, bilan)

Le bilan en chiffres en France au 26 mai :

  • 145 555 cas confirmés en France (+358 nouveaux cas en 24h) et 28 530 décès
  • 16 264 personnes sont hospitalisées, 1 555 personnes dans un état grave sont en réanimation pour covid-19
  • 65 879 personnes guéries en France depuis le début de l’épidémie

Le Bilan épidémique au 26 mai : l’épidémie de Covid-19 reste active et le virus circule toujours en France

  • 16 264 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 (vs 18 468 il y a une semaine le 19/05) et 318 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures (vs 506 il y a une semaine). 1 555 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation (vs 1894 il y a une semaine). 37 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 69 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 54 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier.  
  • 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 72% des patients hospitalisés en réanimation.
  • Depuis le début de l’épidémie, 100 841 personnes ont été hospitalisées, dont 17 807 en réanimation. 65 879 personnes sont rentrées à domicile. 28 530 personnes sont décédées dont 18 195 en établissements hospitaliers et 10 335 en établissements sociaux et médico-sociaux.
  • Selon Santé publique France, en réanimation, 83% des patients ont des comorbidités et 54% sont âgés de 65 ans et plus. Parmi les décès, 86% ont des comorbidités et au moins 93% sont âgés de 65 ans et plus. 

« Alors que le virus circule toujours activement sur le territoire national, plus que jamais, tous ensemble, ne relâchons pas nos efforts et empêchons efficacement sa diffusion, recommande ce 26 mai, le ministère de la Santé. Respectons collectivement toutes les mesures barrière et le parcours vers le test de la personne symptomatique afin de briser efficacement les chaînes de contamination. C’est en adoptant collectivement l’ensemble des gestes de prévention et de bon sens qui entravent la propagation du virus que nous combattrons avec succès l’épidémie qui touche notre pays. »

Le ministère rappelle encore qu’en raison des risques de développer une forme sévère de la maladie, les personnes ayant plus de 65 ans ou atteintes d’une pathologie chronique (maladie cardiovasculaire, diabète, obésité, pathologie respiratoire, cancer évolutif sous traitement, hémopathie, insuffisance rénale sévère…), présentant une immunodépression ou les femmes enceintes, au cours du troisième trimestre de grossesse, « doivent faire preuve d’une grande vigilance, se protéger en permanence et éviter tous les déplacements et contacts non nécessaires ».

La procédure à suivre en cas de symptômes :

  1. En cas de symptômes (fièvre, fatigue, maux de tête, courbatures, signes digestifs, signes cutanés…) : consultez le médecin généraliste pour faire un test et portez un masque.
  2. Une fois le test prescrit, prenez rendez-vous dans l’un des 3 000 centres de dépistage. Pour identifier rapidement le centre de prélèvement le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site Santé.fr. Une carte y indique tous les lieux de prélèvement proposés sur le territoire, ainsi que les horaires et les coordonnées du laboratoire. Le test doit impérativement être pratiqué dans les 24 heures après la prescription médicale et le résultat rendu sous 24 heures.
  3. Présentez-vous avec votre masque, votre prescription et votre carte vitale au laboratoire d’analyses.
  4. Si le test est positif, c’est que vous êtes porteur du virus, donc atteint du Covid-19, il faut donc continuer à vous isoler, à respecter les gestes barrière, à surveiller votre état de santé et en cas de problème respiratoire, faites le 15.
  5. Moins de 24h après les résultats du test, vous êtes contacté par le médecin généraliste ou par l’Assurance maladie pour identifier vos cas contacts. Une fois contactés ces derniers peuvent se faire tester sans prescription (l’Assurance maladie prévient le laboratoire).

Il existe 2 types de tests :

  • les tests virologiques (PCR) consistant en un prélèvement nasal, permettent de dire si oui ou non vous êtes porteur du virus.
  • les tests sérologiques sanguins, consistant en une prise de sang, permettent de dire si vous avez développé des anticorps, même si on ne sait pas si cette immunité protège pour la suite.

Pour le grand public, seul le test virologique est recommandé et fiable.

Les nouveaux foyers de coronavirus en France

Un nouveau foyer épidémique du coronavirus a été décelé dans la Vienne. Après une campagne de dépistage conduite sur plus de 280 agents et patients du site hospitalier de Loudun, vingt-trois cas de Covid-19, dont 13 parmi le personnel, ont été identifiés.

Six étudiants ont été testés positifs au Covid-19 dans une résidence universitaire à Tours. Une campagne de dépistage a été lancée par l’ARS Centre-Val de Loire. Dans l’attente des résultats, 183 étudiants sont confinés dans la résidence universitaire.

Huit foyers de contamination de coronavirus ont été identifiés dans la région Grand Est depuis le 11 mai, ont annoncé mardi l’Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture de région. Le nombre de cas par cluster s’étend de trois à seize maximum pour un des foyers identifiés en Moselle.

25 autres clusters avaient été détectés en France au dimanche 17 mai. Alors que trois abattoirs français ont été le foyer de nouvelles contaminations et que d’autres clusters ont été identifiés dans des abattoirs en Europe, on peut se demander pourquoi ces lieux semblent particulièrement exposés ? Les ARS mènent actuellement des enquêtes, mais il semble que les difficultés à maintenir la distanciation sociale soit en cause, peut-être aussi le manque de renouvellement de l’air dans les ateliers. Par ailleurs, un dépistage de l’ensemble des salariés et personnes identifiées comme contacts, ainsi que de la famille des employés potentiellement infectés, est systématiquement organisé.

  • 8 clusters dans le Grand-Est, dont un en Haute-Marne, quatre en Moselle, deux dans le Bas-Rhin et un en Meuse.
  • 3 clusters en Ile-de-France, dont un dans une résidence de jeunes travailleurs à Clamart (92).
  • 3 clusters en Pays de la Loiredont un à l’hôpital de Saumur, dans le Maine-et-Loire et un en Vendée (11 personnes Covid+) au sein de l’entreprise Arrivé, un abattoir de volailles situé à Essarts-en-Bocage.
  • 3 clusters en Auvergne-Rhône-Alpes 
  • 3 clusters en Occitaniedont un au sein du personnel municipal de Carmaux, dans le Tarn 
  • 2 cluster dans le Grand-Est 
  • 2 clusters dans les Hauts-de-France 
  • 2 cluster en Bourgogne-Franche-Comté 
  • 2 clusters en Bretagne : plusieurs cas positifs ony été rapportés dans les Côtes-d’Armor à Mené, au sein de l’un des plus importants sites européens d’abattage, de découpe et de transformation de produits carnés. Un deuxième cluster est notifié dans un hôpital de Lannion.
  • 2 clusters en Nouvelle-Aquitaine : en Dordogne, un foyer de contamination a été recensé dans un collège de la Vienne à Eglise-Neuve-de-Vergt (la rentrée au collège a été repoussée au 27 mai) et un autre foyer de contamination Covid-19 a été détecté dans une commune en Dordogne (Chauvigny) suite à des funérailles fin avril. 
  • cluster en région PACA
  • cluster Centre-Val de Loire : dans Le Loiret, près d’Orléans au sein d’un abattoir de Fleury-lès-Aubrais. Trente-quatre salariés ont été testés positifs au Covid-19.
  • cluster en Guyane

Le week-end dernier, des foyers avaient été identifiés dans des zones « vertes ». Ils n’avaient pas donné lieu à de nouveaux cas positifs dimanche, mais les autorités avaient appelé à la vigilance.

R0. Les pays scrutent le R0, c’est à dire le taux de « reproduction ». Il s’agit du nombre de personnes qu’une personne atteinte de la maladie du Covid-19 va à son tour contaminer. Un chiffre inférieur à 1 suggère que le nombre d’infections tend à la baisse, alors qu’un niveau supérieur suggère une tendance à la hausse. En France, le R0 est actuellement de 0,6. En Allemagne, ce chiffre est passé de 0,7 à plus de 1 en quelques jours seulement.

La carte du déconfinement département par département

Ce 25 mai, la carte de France des départements « vert » ou « rouge » est dévoilée : elle tient compte des 3 indicateurs (circulation du virus, tensions hospitalières, capacité à tester).

Carte Déconfinement
Infogram

4 régions restent en rouge : l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est. Mayotte reste aussi en rouge (le déconfinement est retardé).

« Nous sommes en mesure de valider le déconfinement sur l’ensemble du territoire », a déclaré Edouard Philippe le 11 mai. Mais, « certains départements ont des résultats moins bons qu’espérés ». Dans ces départements « rouge », le déconfinement est possible sans ouverture des collèges et des parcs et jardins. Avec des adaptations et une « vigilance accrue » dans 2 départements :

  • Mayotte : le nombre de cas de contaminations est en augmentation, aussi le déconfinement est retardé.
  • Ile-de-France : le virus circule encore beaucoup, dans un département où les échanges sont nombreux et où la densité de population est importante. « Cela nous impose une discipline renforcée ». Premier point, les personnes fragiles (âgées, avec des pathologies chroniques) doivent être particulièrement vigilantes en maintenant les gestes barrière et de distance physique. Deuxième point, les transports en commun, ne seront pas fermés mais des règles très strictes seront imposées, au moins les 2 premières semaines. La fréquentation des transports est limitée (15% des voyageurs). C’est pourquoi le télétravail reste fortement encouragé en Ile-de-France. Aux heures de pointe, l’accès aux transports sera réservé aux personnes ayant des motifs impérieux de déplacement ou une attestation de l’employeur.

1-L‘activité virale sur le territoire département par département. La DGS s’appuie sur la part des patients qui s’adressent aux urgences pour une suspicion de coronavirus (nombre de personnes adressées aux urgences pour Covid par rapport au nombre total de passage aux urgences quelle que soit la cause).

  • moins 5% : vert
  • 6 à 10% : orange
  • plus de 10% : rouge

2-La saturation des services de réanimation. Cela permet d’évaluer la pression que l’épidémie exerce sur l’offre de soins (nombre de lits de réanimation occupés par des malades Covid par rapport aux nombre de malades en réanimation quelle que soit la cause).

  • entre 0 et 60% de la capacité initiale : vert
  • entre 60 et 80 % : orange
  • entre 80 et 161 % : vert

3-A partir du 11 mai, le nombre de tests réalisés par département s’ajoute.

Coronavirus en Allemagne

Le bilan en Allemagne au 26 mai :

  • 8 349 décès
  • 180 802 contaminations

Coronavirus en Italie

Le bilan en Italie au 26 mai :

  • 32 955 décès
  • 230 555 contaminations

Coronavirus en Espagne

Le bilan en Espagne au 26 mai :

  • 27 117 décès
  • 236 259 contaminations

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 26 mai :

  • 5,5 millions de cas confirmés dans le monde
  • 1,9 million de décès dans le monde
  • 347 587 de cas confirmés en Europe
  • 175 000 décès en Europe
  • 188 pays touchés

Voir aussi : la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Coronavirus en France, deconfinement : les mesures

La levée progressive du confinement peut être engagée ce 11 mai, a confirmé Edouard Philippe lors d’un discours le 7 mai. « C’est un processus progressif sur plusieurs semaines », qui nous permettra de sortir « doucement mais sûrement » de cette crise sanitaire. « Nous devons vivre et apprendre à nous protéger du virus, aussi longtemps que nous ne disposons pas de vaccin et de traitement. »

  • La carte de déconfinement sera ré-évaluée quotidiennement. Edouard Philippe a résumé la situation : « Dans la majeure partie du pays, nous avons réussi à freiner la vague épidémique, nous avons retrouvé des marges de manœuvre à l’hôpital et nous sommes prêts pour les tests. C’est ce qu’on appelle les départements « verts ». S’ils se maintiennent en vert les trois prochaines semaines, nous pourrons, au tout début du mois de juin, envisager une nouvelle étape de déconfinement, avec peut-être l’ouverture des lycées, des cafés. » « Dans d’autres départements, le virus circule encore activement, ou l’hôpital reste en forte tension. C’est ce qu’on appelle les départements « rouges ». Le déconfinement y est possible, avec certaines restrictions : pas d’ouverture des collèges, pas d’ouverture des parcs et jardins. »
  • Les restrictions aux frontières nationales sont prolongées jusqu’au 15 juin et celles de l’espace Schengen restent fermées (pas de mise en quatorzaine à l’arrivée en France à l’intérieur de l’espace européen).
  • Rentrée des classes : la pré-rentrée des enseignants s’effectuera le lundi 11 mai, et celles des enfants le mardi 12 mai. La rentrée par niveaux sera privilégiée, avec notamment les classes de grandes sections, les CP et CM2. Certains élèves seront prioritaires (élèves en situation de handicap, enfants des personnels soignants, ceux dont les parents n’ont pas de solution de garde et les enfants décrocheurs). Les collèges situés dans les départements verts pourront ouvrir le 18 mai, mais ceux placés en zones rouges resteront fermés.
  • Le télétravail doit se poursuivre pour limiter l’utilisation des transports en commun et éviter le rassemblement des salariés dans un même espace. Le port du masque devra être obligatoire si la distanciation sociale n’est pas possible. « Le retour au travail doit garantir la santé et la sécurité des salariés ». Le dispositif d’activité partiel sera en place jusqu’au 1er juin.
  • Ouverture des commerces : les commerces pourront ouvrir, sauf les cafés et restaurants. Les marchés seront « en général » autorisés sauf avis du préfet et/ou du maire. Cette ouverture se fera à condition du respect des flux, des gestes barrière, de la distanciation sociale. En outre, le port du masque sera recommandé pour les personnels et un commerçant pourra réclamer le port du masque pour entrer dans son magasin. 
  • Les transports : le port du masque sera obligatoire et les gestes barrière devront être respectés (un siège sur deux, répartition sur les quais…), dans le bus, le métro, les bus scolaires, etc. Quant aux déplacements inter-régionaux de plus de 100 km, ils seront limités aux transports professionnels ou familiaux « impériaux », « ce n’est pas le moment de quitter son logement pour partir en week-end », souligne Edouard Philippe. Une nouvelle attestation sera obligatoire pour les déplacements au-delà de 100 km à vol d’oiseau, sauf à l’intérieur de son département. Le masque sera obligatoire pour les plus de 11 ans dans tous les transports en commun (amende de 135 euros). Une attestation sera obligatoire dans les transports en commun franciliens. 
  • Loisirs, déplacements, sport : il sera à nouveau possible de circuler librement sans attestation, il sera possible de pratiquer une activité sportive individuelle en plein air et en respectant les règles de distanciation physique, à l’exceptions des sports collectifs et de contact. Les parcs ouvriront s’ils sont dans des départements où le virus ne circule pas ou très peu. Les médiathèques, petits musées pourront rouvrir le 11 mai. Les Cinémas, salles de concert ne pourront pas rouvrir comme les salles des fêtes et salles polyvalentes.
  • Les lieux de culte seront ouverts mais les cérémonies ne pourront reprendre avant le 2 juin. Les cimetières seront à nouveau ouverts au public. Les mairies continueront à proposer le report des mariages.
  • Les rassemblements restent limités à 10 personnes au moins jusqu’au 2 juin. Tous les événements de plus de 5000 participants ne pourront se tenir avant le mois de septembre. 
  • « Le 11 mai nous serons en capacité de tester toutes les personnes avec des symptômes » et durant les semaines à venir, les tests de dépistage seront accessibles aux seniors, aux plus fragiles et aux soignants. Le gouvernement va s’appuyer sur les tests virologiques (PCR). L’objectif : 700 000 tests par semaine.
  • Seniors. Pas d’obligation pour les seniors et les profils fragiles de rester confiné mais des recommandations et des messages de prévention renouvelés, confirme Olivier Véran le 19 avril. « Nous demanderons à nos aînés de continuer à se protéger, limiter les sorties et contacts sur le principe de confiance et responsabilité ». « Les visites privées devront être entourées de précautions », a souligné Edouard Philippe le 7 mai. En cas d’isolement, un numéro vert national a été mis en place ainsi qu’un dispositif d’écoute et de soutien psychologique en lien avec la Croix-Rouge.
  • Ephad : L’extrême solitude, le renoncement aux soins peuvent être aussi dangereux, souligne Emmanuel Macron. « Je souhaite aussi que les hôpitaux et les maisons de retraite puissent permettre d’organiser pour les plus proches, avec une bonne protection, la visite aux malades en fin de vie afin de pouvoir leur dire adieu durant cette phase de confinement. » Un protocole a été signé le 21 avril pour permettre la visite d’un proche en Ephad.
  • le gouvernement annonce en Conseil des ministres qu’il prolonge de deux mois l’état d’urgence sanitaire, jusqu’au 24 juillet.

Et aussi :

  • L’accès à la téléconsultation est facilité par décret, afin que les patients dont le médecin traitant n’est pas disponible, puisse accéder à la téléconsultation directement.  A compter du 21 mars et pendant toute la durée de l’épidémie, la télémédecine et la téléconsultation sont prises en charge à 100%.
  • La procédure d’arrêt de travail pour les parents contraints de rester chez eux pour garder les enfants dans les zones de circulation du virus ont été simplifiées.
  • Les pharmacies sont autorisées à produire et vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique dont le prix est encadré par arrêté.
  • Le délai d’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) à domicile est -par un décret du 27 mars- allongé à 9 semaines afin d’assurer aux femmes une continuité de leur droit pendant l’épidémie de coronavirus.
  • Maladie professionnelle : la maladie Covid-19 sera reconnue maladie professionnelle pour tous les soignants, « sans avoir à le démontrer ».
  • Un décret publié au Journal Officiel précise quels sont les salariés vulnérables qui peuvent être placés en activité partielle pour éviter le risque de développer une forme grave du Covid-19.

Voici les gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car « l’essentiel des contaminations se fait par les mains »
  • porter un masque 
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000.

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • Santé publique France met en ligne le point épidémiologique
  • Ministère des Solidarités et de la Santé : Coronavirus COVID-19
  • Gouvernement : informations Coronavirus
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

Le coronavirus covid-19 va-t-il (vraiment) disparaître au printemps ?

Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne

Coronavirus : comment se soigner à la maison ?

Comment faire ses courses sans risques ?

Quel est le profil des malades touchés par le coronavirus ?

A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?

Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

une très grande majorité des malades atteints d’une forme mineure développent des anticorps séro-neutralisant

Des équipes du CHU de Strasbourg et de l’Institut Pasteur

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Ecoutez & Regardez

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

32,90€

Avec qop finies les crèmes, optez pour une solution à diluer pour plus d'efficacité et moins de contraintes. Soin du visage anti-rides et anti-âge, résultats visibles au bout de 30 jours.

Boîte de 30 sticks. Livraison gratuite à partir de 50€ d'achats *

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Quantité

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer