DIRECT. Coronavirus (Covid) le bilan en France ce 24 août : 1 955 cas en 24h, 30 528 décès

24 Août. 2020

SOMMAIRE :

  • Covid-19 : les infos du jour en direct
  • Covid-19 en France : nouveaux cas, décès (chiffres, courbes)
  • Le point épidémiologique quotidien de la Direction Générale de la Santé
  • Les nouveaux foyers de coronavirus en France
  • Coronavirus dans le monde : le bilan
  • Déconfinement : les mesures, l’allocution d’Emmanuel Macron

Covid-19 : les infos du jour en direct

En direct, aujourd’hui ce 24 août :

  • Espoirs de traitements : plusieurs sont actuellement en phase d’essai et devraient permettre « à la fin de l’automne » d’améliorer la prise en charge des patients à l’hôpital, selon l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique. « Il y a des pistes, autour de traitements type interféron ou de traitements contre ces molécules inflammatoires, les cytokines, qui ont l’air vraiment intéressantes », a-t-il précisé sur RMC/BFMTV. Il a par ailleurs expliqué que l’on a divisé par deux le risque de passer en réanimation. « Quand vous aviez 30 ans, vous aviez 70% de chance de guérison (au début de l’épidémie), maintenant c’est 80%, et quand vous aviez 70-80 ans, vous aviez 20% de chance de guérison, maintenant c’est 30% en réanimation« , a-t-il illustré.
  • Des masques sur les plateaux TV ? Le directeur général de BFM, Marc-Olivier Fogiel, estime qu’il serait « inutile, anxyogène et handicapant » d’imposer le port du masque sur les plateaux de télévision, si par ailleurs sont respectées d’autres mesures barrière contre le coronavirus.
  • Le Président du Conseil scientifique, le Pr Delfraissy l’affirme ce lundi sur France Info : « il ne s’agit pas d’une deuxième vague, nous sommes toujours dans la première, qui s’accentue en raison du non respect des gestes barrière. » Il observe que l’épidémie est un peu « différente » car elle touche les plus jeunes et que l’on dispose de médicaments pour les formes sévères, mais martèle-t-il, « notre avenir est entre nos mains », avant d’appeler à respecter les mesures de prévention, en particulier le port du masque. Jean-François Delfraissy précise par ailleurs qu’il serait favorable à leur accès gratuit à l’école.
  • Masque en entreprise : alors que le port du masque sera systématisé en entreprise, y compris dans les open spaces, dès le 1er septembre, Elisabeth Borne a affirmé ce lundi au micro d’Europe 1, que le non-respect de cette règle sera considéré comme une faute professionnelle, qui pourra donc impliquer des sanctions. 
  • Inquiétude dans un village naturiste au Cap d’Agde : la circulation du virus est très préoccupante dans le secteur du Cap d’Agde où plus de 800 tests de dépistage ont été réalisés la semaine dernière. Les résultats des tests ont confirmé près de 30% de cas positifs parmi des personnes ayant fréquenté le village naturiste, annonce l’ARS Occitanie, avant d’appeler au strict respect des mesures de prévention et des gestes « barrière ».
  • Traitement : selon des travaux récents, l’Anakinra pourrait limiter le risque de formes très graves et de décès en cas d’infection par le coronavirus.
  • L’Italie passe la barre des 1000 cas par jour, une première depuis mai. Dans son rapport hebdomadaire, l’Institut supérieur de la Santé (ISS), équivalent de Santé Publique France en Italie, fait état d’une « tendance à une aggravation progressive » de la situation épidémique.
  • Face à la dégradation des indicateurs, Olivier Véran, le ministre de la Santé, appelle les plus jeunes à la vigilance, tout en assurant que la situation n’a rien à voir avec celle de février. « Après trois mois de baisse de la circulation du virus, on observe une nette augmentation depuis cinq semaines, de façon globale, et activement dans certains territoires. Ce n’est pas une exception française, c’est une dynamique européenne, observe-t-il dans une interview le JDD ce 23 août. Il pointe le principal risque : « si la circulation du virus s’accélère encore chez les plus jeunes, ils pourraient contaminer les personnes âgées, qui contractent plus souvent des formes plus graves de la maladie. Il faut à tout prix éviter cette situation qui mettrait en tension notre système sanitaire et serait extrêmement problématique. Dans les Bouches-du-Rhône, où on a 188 nouveaux cas pour 100 000 personnes de 20 à 40 ans, on constate depuis trois semaines que les tests positifs augmentent chez les seniors. Le passage entre les publics se fait déjà. Et on constate à nouveau une augmentation des entrées en hospitalisation et en réanimation. »
  • L’OMS recommande le port du masque dès 12 ans dans les mêmes conditions que les adultes. Vendredi, lors d’une conférence de presse, l’organisation a par ailleurs déclaré espérer « en terminer avec cette pandémie en moins de deux ans » et dans « un délai plus court que la grippe de 1918 », qui a décimé 50 millions de personnes. « Dans notre situation actuelle, (…) le virus a plus de chances de se propager. Il peut se déplacer rapidement parce que nous sommes davantage connectés maintenant, a souligné le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Mais nous avons l’avantage de disposer de meilleures technologies. »
  • Rentrée scolaire : Jean-Michel Blanquer a exclu tout report de la rentrée scolaire à l’occasion d’une interview jeudi soir sur France 2. Il a également précisé que le port du masque sera « systématique » pour tous les adultes et les élèves à partir de 11 ans, dans les espaces clos et « à l’appréciation locale » dans les espaces aérés. 
  • Espoir de vaccinau cours d’une conférence de presse avec Angela Merkel au Fort de Brégançon, Emmanuel Macron a estimé qu’il existait des « perspectives raisonnables » d’obtenir un vaccin contre le coronavirus « dans les prochains mois ».
  • Reconfinement : « On ne s’interdit rien, déclare Emmanuel Macron dans un entretien à Paris Match. Ce que l’on veut éviter, c’est d’être débordé. Nous avons des stratégies très localisées, comme ce qui s’est passé en Mayenne, et allant jusqu’à un reconfinement ciblé qu’on pourrait instaurer si la situation l’imposait. Ensuite, il y a l’anxiété économique, et les deux sont en train de se superposer. Nous sommes les coacteurs de cette lutte, tous ensemble, contre le virus: par le masque, par le respect de la distance physique, par l’hygiène… Mais on ne peut pas mettre le pays à l’arrêt, parce que les dommages collatéraux d’un confinement sont considérables. Le risque zéro n’existe jamais dans une société. Il faut répondre à cette anxiété sans tomber dans la doctrine du risque zéro. »
  • Inquiétude des pédiatres : « Nous ne pouvons que nous montrer inquiets devant l’organisation de la rentrée telle qu’elle se profile, tant sur le plan de la prévention que de celui de la prise en charge des enfants, écrivent-ils dans une lettre ouverte, publiée ce mercredi. Il est certain qu’avec la rentrée scolaire et le retour en collectivité des plus petits, le risque de survenue de contamination par le SARS-CoV-2, aussi bien chez les enfants que chez les adultes qui les encadrent, est réel. » Selon eux, les tests sont une première source d’inquiétude : outre les délais trop longs, ils ne sont pas adaptés pour les enfants et encore moins à une période où le retour des virus hivernaux impliquera de les tester régulièrement. C’est pourquoi ils réclament l’accès aux tests salivaires. Autre source d’inquiétude : la vaccination contre la grippe et le rotavirus. Selon eux, « vacciner contre ces maladies représenterait un moyen de diminuer les consultations, les passages aux urgences et les hospitalisations à un moment où la circulation du SARS-CoV-2 risquera d’être à nouveau intense ». Enfin, les pédiatres signataires déplorent le flou actuel quant à la conduite à tenir en cas de dépistage d’un sujet atteint de COVID-19 (enfant ou adulte) dans une collectivité.
  • Symptômes Covid-19 : selon une étude américaine parue le 13 août 2020 et basée sur un très grand nombre de données, l’ordre d’apparition des symptômes serait le plus souvent le suivant : fièvre, puis toux, douleurs musculaires, nausées et/ou vomissements, puis diarrhées.
  • L’Australie annonce avoir passé un accord avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca concernant le vaccin qu’il est en train de développer avec l’université d’Oxford (Royaume-Uni). « Si ce vaccin s’avère efficace, nous fabriquerons et fournirons des vaccins immédiatement sans l’aide de personne et les rendrons gratuit pour les 25 millions d’Australiens », a déclaré son Premier ministre.
  • Entreprises : le port du masque sera systématisé en entreprise, y compris dans les open spaces, mais hors bureaux individuels, dès la fin août, a indiqué Elisabeth Borne la ministre du Travail qui tenait ce matin une conférence avec les organisations syndicales. Jusqu’ici, le port du masque était recommandé en entreprise quand le mètre de distance – mesure qui demeure – n’était pas techniquement possible. Il  sera « systématisé » d’ici la rentrée. La ministre du Travail s’est basée sur un avis du Haut conseil de la Santé publique du 14 août, portant sur la transmission du coronavirus par aérosol. Le gouvernement souhaite renforcer les mesures de protection en entreprise. Quant au tététravail, « on va rester sur les règles d’aujourd’hui : télétravail recommandé dans les zones où le virus circule activement », a précisé la ministre. 
  • Renforcement des mesures de prévention dans les établissements médico-sociaux en Île-de-France, notamment dans les EHPAD : « tous les indicateurs montrent que le virus circule à nouveau plus activement dans la région » peut-on lire dans un communiqué de l’ARS Île-de-France ce lundi. Elle préconise « de renforcer dès maintenant les mesures de prévention ». Les établissements doivent veiller au stock en équipements, en particulier les masques. « Les professionnels de retour de congés et les nouveaux intervenants doivent effectuer un test avant leur prise de fonction, ainsi que tous ceux ayant des symptômes. Les résidents, de retour d’un séjour en famille, de même que les nouveaux admis, doivent également se faire dépister ». De plus, « dès le premier cas confirmé, l’ensemble des professionnels, bénévoles et résidents devront être testés, de façon à contenir la circulation du virus. » Autre mesure : l’ARS appelle à la « vigilance » lors des visites. Elle doit en effet être « renforcée, privilégiant les visites en salle dédiée plutôt qu’en chambre et uniquement à l’extérieur pour les enfants de moins de 11 ans. »
  • Les séquelles psychiatriques du Covid-19 : « Les conséquences du Covid-19 sont devant nous, pour des raisons sociales et psychologiques, pour plusieurs mois et plusieurs année, a commenté sur France Inter, ce 12 août, la psychiatre Marion Leboyer, directrice des départements universitaires de psychiatrie des hôpitaux Henri Mondor à Créteil (Val-de-Marne), directrice de la Fondation FondaMental. Elle précise qu’il s’agit de personnes infectées ou non, et qui ont été exposées au stress, à l’anxiété et qui doivent faire face selon les profils à l’isolement, aux difficultés économiques notamment. En outre, elle évoque des raisons liées à la biologie de l’infection. « Les conséquences inflammatoires de l’infection -la tempête cytokinique- laisse des séquelles qui augmentent le risque de pathologies psychiatriques », a-t-elle précisé. Elle recommande aux patients fragilisés de s’auto-évaluer, ne de pas hésiter à consulter. Etre déprimé ou anxieux est stigmatisé en France, déplore-t-elle, alors il faut selon elle, « expliquer que ces pathologies sont des maladies comme les autres qui se diagnostiquent et qu’il faut les soigner parce qu’elles se soignent. »
  • Tests salivaires : la HAS donne son feu vert à l’évaluation des tests salivaires pour effectuer un dépistage virologique, en alternative aux tests nasopharyngés. Ces tests présentent l’avantage d’être plus simples et indolores, donc plus susceptibles d’être acceptés par les patients, notamment dans le cadre d’un dépistage répété. Néanmoins, de nombreuses incertitudes persistent quant à leur fiabilité et donc pour une utilisation immédiate généralisée. Aussi la HAS a rendu un avis favorable pour faire bénéficier les patients de cette innovation à titre expérimental. Les prélèvements effectués dans le cadre de l’étude devraient en outre permettre de constituer une « salivothèque » de référence, qui pourrait s’avérer un outil très utile pour mesurer à l’avenir les performances des tests.   
  • Deux projets de vaccins anti-Covid, l’un développé par le laboratoire Astra Zeneca en Grande-Bretagne et l’autre par CanSino Biologics en Chine, ont produit des réponses immunitaires lors de leurs essais cliniques apprend-on dans The Lancet.

Covid-19 en France : nouveaux cas, décès (chiffres, courbes)

Le bilan en chiffres en France au 23 août :

  • 244 854 cas confirmés (+1 955 nouveaux cas en 24h)
  • 30 528 décès (+15 en 24h)
  • 4 690 personnes sont hospitalisées et 399 personnes dans un état grave sont en réanimation pour covid-19.
  • Taux de positivité des tests : 3,6% et plus de 755 342 tests réalisés au cours de la semaine
  • 337 clusters en cours d’investigation (18 nouveaux clusters en 24h) et 1 232 depuis le 9 mai, 734 clôturés)
  • 42 départements en vulnérabilité. 32 sont en vulnérabilité « modérée »(Alpes-Maritimes, Alpes de Haute Provence, Bas-Rhin, Provence Aube, Drôme, Essonne, Gard, Haute-Garonne, Haute-Savoie, Hautes Pyrénées, Hauts-de Seine, Ille-et-Vilaine, Isère, Eure-et-Loir, Indre et Loire, Mayenne, Mayotte, Meurthe et Moselle, Nord, Oise, Pyrénées Atlantique, Réunion, Maine-et-Loire, Martinique, Guadeloupe et Saint Martin, Seine et Marne, Tarn, Tarn-et-Garonne, Val d’Oise, Var, Vaucluse, Yvelines) et 10 en vulnérabilité « élevée » (Bouches-du-Rhône, Gironde, Guyane, Hérault, Loiret, Paris, Rhône, Sarthe, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne).

Les autres chiffres clés :

  • Nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 : 382 soit 4 % de l’activité totale
  • Passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 (réseau OSCOUR®) : 265 soit 0,8 % de l’activité totale
  • Ile de France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Hauts-de-France, Guyane regroupent 68% des malades en réanimation
  • En Outre-Mer : 163 hospitalisations, dont 34 en réanimation
  • Nombre de personnes hospitalisées depuis le début de l’épidémie : 110 285
  • Nombre de personnes rentrées à domicile : 85 199

Le bulletin hebdomadaire de Santé Publique France (20 août) :

  • Parmi les décès de patients hospitalisés (depuis le 1er mars), 92% sont âgés de 65 ans et plus, 54% sont des hommes
  • En milieu hospitalier, pour la 2ème semaine consécutive, une légère augmentation (+8%) du nombre de passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 a été observée. Cependant, depuis 4 semaines, le nombre  hebdomadaire de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 est en augmentation. Depuis juillet, on note une augmentation de la part des moins de 40 ans parmi l’ensemble des patients hospitalisés (8%). Cette augmentation est également observée pour les nouvelles admissions en réanimation (7%). 
  • En réanimation, le 18 août, 1 hospitalisation en réanimation concernent les 0-14 ans (1% des réa), 33 dans la tranche 15-44 ans (9%), 127 dans la tranche 45-64 ans (34%), 121 pour les 65-74 ans (32%) et 91 pour les plus de 75 ans (24%). Depuis début juillet (S28) et jusqu’en semaine 32, les personnes hospitalisées en réanimation âgées de moins de 40 ans représentaient 14% des admissions alors que cette proportion était de 7% sur la période mars-juin 2020. 

Le point épidémiologique quotidien de la Direction Générale de la Santé

Au 24 août : circulation du virus, gestes barrière, dépistage… Les messages clés à retenir

« La circulation du virus est en forte progression, plus intense chez les jeunes adultes », avertit ce 24 août la Direction générale de la Santé. L’augmentation du taux de positivité des tests PCR se poursuit. « Au début de l’été, 1,4% des tests étaient positifs, contre 3,6 % entre le 15 et le 21 août ».

Le respect des gestes barrière et le dépistage sont essentiels pour contenir l’épidémie.

  • Soyez très vigilants et prudents lors des évènements festifs et des rassemblements familiaux ou amicaux
  • Faites-vous tester rapidement, en présence de symptômes même légers (notamment fièvre, toux sèche ou fatigue…) ou si vous avez été dans une situation à risque (lieux de convivialité, lieux festifs où les gestes barrières ne pouvaient pas être respectés),
  • Isolez-vous dès le moindre symptôme, en cas de test positif ou si les autorités vous ont appelé après un contact à risque, pour empêcher toute propagation du virus
  • Prévenez sans délai toutes les personnes que vous auriez fréquentées, en cas de test positif
  • Activez l’application « STOP COVID », notamment en cas de participation à un rassemblement

La procédure à suivre en cas de symptômes :

  • COVID 19, quand faut-il se faire dépister ?

    • Dès le moindre symptôme même léger (fièvre, toux, nez qui coule, mal de gorge, perte goût ou odorat). Je consulte mon médecin ou je fais le test virologique sans prescription et gratuitement.
    • Si je suis averti par l’Assurance Maladie que j’ai été en contact avec une personne dont le test est positif
    • Si je suis averti par mon application STOPCOVID qui m’indique que j’ai eu un contact avec une personne atteinte de la COVID 19
    • Si j’ai participé récemment à une réunion, un rassemblement familial, une fête avec des amis sans respect strict de tous les gestes barrières (distances, lavage des mains, port du masque).

    Que dois-je faire si je suis contacté et en attendant les résultats ?

    • Je m’isole immédiatement des autres personnes, reste chez moi, respecte tous les gestes barrières car en phase d’incubation, sans aucun symptôme, je peux être déjà contagieux et contaminer mes proches
    • Je réponds aux demandes de mon médecin et/ou de l’Assurance maladie et leur indique toutes les personnes que j’ai pu rencontrer jusqu’à deux jours avant les symptômes en essayant particulièrement d’identifier les situations à risque auxquelles j’ai pu participer (évènements, réunions, fêtes de famille, soirée entre amis, etc.).

    Que dois-je faire après avoir reçu les résultats ?

    • Si le test est positif je reste en isolement strict et ne sors pas, je respecte les recommandations de mon médecin ou de l’Assurance Maladie pour éviter de contaminer mes proches et les personnes les plus fragiles
    • Si le test est négatif, je peux reprendre mes activités et respecte partout et toujours les gestes barrière.

    Le respect de l’isolement est essentiel dans la stratégie collective pour pouvoir stopper la propagation du virus.

Il existe 2 types de tests :

les tests virologiques (PCR) consistant en un prélèvement nasal, permettent de dire si oui ou non vous êtes porteur du virus.

les tests sérologiques sanguins, consistant en une prise de sang, permettent de dire si vous avez développé des anticorps, même si on ne sait pas si cette immunité protège pour la suite.

Les nouveaux foyers de coronavirus en France

Au 24 août 2020, le bilan s’élève à 1 232 clusters rapportés depuis le 9 mai. « La tendance hebdomadaire à la hausse des clusters depuis juillet s’accentue avec 140 clusters sur la dernière semaine », indique Santé Publique France dans son bulletin épidémiologique, mais le nombre de cas positifs par cluster diminue (9 cas par cluster contre 17 en mai-juin). Sur la totalité des clusters, « 30% sont en cours d’investigation, 9% sont maitrisés, 60% sont clôturés, et 0,3% ont impliqué une diffusion communautaire. »

Parmi ces clusters, le milieu familial élargi (plusieurs foyers) et les évènements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes restent les types de collectivités les plus représentés (25%), avec les établissements de santé (14%) et les entreprises (26%).

Rappelons qu’un cluster est défini comme un ensemble d’au moins trois cas confirmés ou probables dans une période de 7 jours, appartenant à la même communauté ou ayant participé au même rassemblement de personnes, qu’ils se connaissent ou non.

Santé Publique France souligne toutefois que le nombre de clusters en Ehpad est en augmentation, avec 18 nouveaux foyers la dernière semaine, pour une moyenne de 5 lors des précédentes semaines.

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 24 août :

  • Nombre de pays touchés par la pandémie de COVID-19 : 188
  • Nombre de cas : plus de 23,4 millions, 809 591 décès. 

Au niveau international, les pays des Amériques restent les plus durement touchés (Etats-Unis, Brésil, Mexique, Colombie, Pérou, Argentine), en Asie du Sud-Est l’épidémie s’accélère (Inde, Bangladesh, Philippines). L’épidémie reste intense en Asie Centrale (Kirghizistan), Méditerranée orientale (Iran, Qatar, Oman, Koweït) et en Afrique du Sud. Une augmentation des cas a été rapportée au Maroc et en Algérie et le Japon fait face à une forte recrudescence de cas.

En Europe, un excès de mortalité est observé ces dernières semaines en Belgique, Espagne, Estonie, Grèce et Portugal.

Voir aussi : la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Déconfinement : les mesures, l’allocution d’Emmanuel Macron

Les annonces d’Emmanuel Macron, dimanche 15 juin : « nous allons tourner la page du premier acte de la crise »

  • Dès demain, tout le territoire (hors Mayotte et la Guyane) passera en zone verte, ce qui permettra de reprendre le travail et d’ouvrir partout les cafés et les restaurants. »
  • Dès demain, il sera à nouveau possible de se déplacer entre les pays européens et à partir du 1er juillet nous pourrons nous rendre dans les États hors d’Europe, où l’épidémie sera maîtrisée. »
  • Dans l’hexagone, comme en Outre-Mer, les crèches et écoles accueillerons tous les élèves « de manière obligatoire »à partir du 22 juin.
  • Les rassemblements resteront « très encadrés ».
  • Le deuxième tour des municipales pourra se dérouler le 28 juin.
  • Les visites seront autorisées dans les Ephad.
  • Première victoire contre le virus. « Nous allons retrouver le plaisir d’être ensemble, notre goût de la liberté, déclare Emmanuel Macron. Mais, souligne le Chef de l’Etat, « le virus n’a pas disparu », et « nous ne devons pas baisser la garde », « il faudra respecter les distances physiques », et « se préparer au cas où l’épidémie reviendrait avec plus de force. » Et ajoute-t-il : « l’été 2020 ne sera pas un été comme les autres et il nous faudra veiller à l’évolution de l’épidémie. »
  • « La lutte contre l’épidémie n’est donc pas terminée. Mais je suis heureux, avec vous, de cette première victoire contre le virus. »
  • Bilan de la politique sanitaire. Le Chef de l’Etat fait le bilan des actions sanitaires menées pendant la crise, des ressources mobilisées, « de la réactivité » et de « la solidité de l’Etat ». « Nous n’avons pas à rougir de notre bilan. Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, par nos actions », souligne-t-il. Quant aux « failles » et « faiblesses » que la crise à révélées -dépendances aux autres pays, inégalités territoriales, etc.- « nous les corrigerons vite et fort ».
  • L’état d’urgence sanitaire est maintenu jusqu’au 24 juillet.

Et aussi les mesures prises pendant la crise sanitaire Covid-19 :

  • L’accès à la téléconsultation est facilité par décret, afin que les patients dont le médecin traitant n’est pas disponible, puisse accéder à la téléconsultation directement.  A compter du 21 mars et pendant toute la durée de l’épidémie, la télémédecine et la téléconsultation sont prises en charge à 100%.
  • La procédure d’arrêt de travail pour les parents contraints de rester chez eux pour garder les enfants dans les zones de circulation du virus ont été simplifiées.
  • Les pharmacies sont autorisées à produire et vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique dont le prix est encadré par arrêté.
  • Le délai d’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) à domicile est -par un décret du 27 mars- allongé à 9 semaines afin d’assurer aux femmes une continuité de leur droit pendant l’épidémie de coronavirus.
  • Maladie professionnelle : la maladie Covid-19 sera reconnue maladie professionnelle pour tous les soignants, « sans avoir à le démontrer ».
  • Un décret publié au Journal Officiel précise quels sont les salariés vulnérables qui peuvent être placés en activité partielle pour éviter le risque de développer une forme grave du Covid-19.

Rappel des gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car « l’essentiel des contaminations se fait par les mains »
  • porter un masque
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000 (appel gratuit avec service de soutien psychologique gratuit) 7j/7

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • En France : Santé publique France et Ministère des Solidarités et de la Santé
  • Toutes les informations utiles sur : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • A l’international : OMS et ECDC
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

Le coronavirus covid-19 va-t-il (vraiment) disparaître au printemps ?

Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne

Coronavirus : comment se soigner à la maison ?

Comment faire ses courses sans risques ?

Quel est le profil des malades touchés par le coronavirus ?

A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?

Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

  • Nombre de pays touchés par la pandémie de COVID-19 : 188

Nombre de cas : 17 millions, 674 038 décès.

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Ecoutez & Regardez

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

32,90€

Avec qop finies les crèmes, optez pour une solution à diluer pour plus d'efficacité et moins de contraintes. Soin du visage anti-rides et anti-âge, résultats visibles au bout de 30 jours.

Boîte de 30 sticks. Livraison gratuite à partir de 50€ d'achats *

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Quantité

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer