qop

Dermato : quels sont les bienfaits des probiotiques pour la peau ?

2 Avr. 2021

Pré-, pro- ou postbiotiques, à quoi cela correspond-il ? “Les prébiotiques sont des sucres complexes (comme l’inuline ou le jus de yacon) tirés des fruits et légumes, qui alimentent les bonnes bactéries présentes sur la peau et leur permettent de rééquilibrer le micro-biome (environnement de la flore cutanée), explique Marie Drago, docteur en pharmacie et créatrice de la marque Gallinée. Les postbiotiques (acide lactique, oméga-3 et 6…), eux, sont produits par les probiotiques et constituent un milieu bénéfique pour leur développement.”

Quant à ceux que l’on trouve dans les cosmétiques, “ce sont des extraits de probiotiques (ou micro-organismes) intestinaux, qui agissent sur les bonnes bactéries de la peau”, précise Michel Bohbot, fondateur de Synbionyme. Car, pour l’instant, seuls les effets de ces probiotiques (lactobacilles, bifidus…) ont été étudiés et ont montré une action bénéfique, en particulier sur l’inflammation cutanée.

À quoi sert le microbiome?

Composé de plusieurs milliards de micro-organismes, le microbiote (ou flore) cutané(e) protège des agressions extérieures. Lorsque des bactéries pathogènes tentent de s’installer, les probiotiques de la peau, qui sont des organismes microscopiques vivants (levures, virus, bactéries…), produisent des substances toxiques pour les détruire. Si les bactéries parviennent quand même à s’installer, elles déséquilibrent le microbiote et la peau présente des signes d’inflammation (rougeurs, irritations, sécheresse), mais aussi des pathologies comme l’acné ou l’eczéma. C’est pour maintenir un bon équilibre cutané que des pro-, pré- et postbiotiques sont intégrés dans certains cosmétiques.

Les probiotiques préservent la jeunesse de la peau

Les probiotiques sont avant tout anti-inflammatoires, ils renforcent le système immunitaire et la fonction barrière de la peau. Or, on sait que l’une des raisons du vieillissement prématuré est “l’inflam’aging”, cet état inflammatoire chronique et silencieux des cellules, lié à notre mode de vie, à la pollution…

Certaines marques ont vite compris l’intérêt de ces actifs : Estée Lauder a ainsi incorporé des probiotiques (lactobacilles et bifidus) dans ses soins Advanced Night Repair il y a déjà plusieurs années. Ces derniers sont toujours associés à d’autres actifs comme l’acide hyaluronique ou des peptides à l’action ciblée anti-âge.

Les synbiotiques font la guerre aux boutons

Un sébum trop abondant et de mauvaise qualité entraîne une inflammation causée par la bactérie c.acnes. Mais “elle n’est pas seule responsable. C’est lorsque l’équilibre avec la bactérie staphylocoque epidermidis est rompu que l’acné s’installe”, explique le Pr Brigitte Dréno, dermatologue au CHU de Nantes.

On peut donc améliorer l’efficacité des soins et éviter les récidives en associant des synbiotiques aux traitements traditionnels, car ils renforcent les capacités de cette bactérie. C’est le cas d’Effaclar Duo+ de La Roche-Posay ou de Medacnyl de Synbionyme. La gamme (Im)perfection de Pulpe de Vie contient elle aussi un prébiotique, le Bioecolia rééquilibrant. “Au lieu de désinfecter la peau pour éliminer la bactérie c.acnes, il semble plus logique de favoriser les bonnes bactéries, qui vont la rééquilibrer”, observe Marie Drago.

Les prébiotiques régulent les poussées

Une étude parue dans “Nature” montre que la dermatite atopique (eczéma) est intimement liée au surdéveloppement du staphylocoque doré dans le micro-biote. Pour le contrer, certaines marques ont créé des complexes de pré- et post-biotiques sur mesure. Ainsi, chez Avène, l’I-modulia est un actif issu de la microflore présente dans l’eau thermale du même nom. Il est utilisé dans les soins XeraCalm A.D. pour réguler la flore microbienne des peaux atopiques. Tout comme l’Aqua Posae Filiformis, qui provient d’une bactérie cultivée dans l’eau thermale de La Roche-Posay et que l’on trouve avec un prébiotique naturel dans le soin Lipikar AP+.

Les probiotiques limitent les odeurs de transpiration

Autre champ intéressant pour les probiotiques, les déodorants. En effet, l’odeur de transpiration est due au développement de bactéries qui dégradent les corps gras de la sueur lorsque celle-ci entre au contact du microbiote des aisselles. Pascale de Lomas, cocréatrice de Daydry, explique : “Nous avons développé un complexe de probiotiques et d’enzymes qui arrête la prolifération des bactéries et casse les molécules odorantes”. Une façon tout à fait naturelle de gérer ce souci universel, sans avoir recours ni à des huiles essentielles ni à des sels d’aluminium.

A lire aussi :

  • Dermato : le vrai du faux sur votre peau
  • Peau boutonneuse : les aliments à privilégier, et ceux à éviter
  • Eczéma, allergies, excès de soleil, psoriasis : comment faire la différence ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique