qop

Covid-19 : que dit le nouveau protocole sanitaire en entreprise ?

23 Mar. 2021

Nouvelle mise à jour du protocole national sanitaire en entreprise, un an après le premier confinement. Pour tenter de diminuer encore le nombre de contaminations sur le lieu de travail, le ministère du Travail s’est penché sur la sacro-sainte pause-déjeuner. Le Premier ministre Jean Castex rappelait lors de son dernier point presse que 29% des contaminations indentifiées se font sur le lieu de travail. Ce qui plaide en défaveur des repas entre collègues autour d’une même table, à la cantine. Désormais chaque salarié devra manger seul, en respectant un espace de 8m2 autour de lui, qu’il soit installé dans l’espace restauration ou à son bureau. Par ailleurs, le ministère suggère de privilégier les paniers-repas que chacun mange à son poste de travail.

De son côté, le président de la République, Emmanuel Macron, en déplacement à Valenciennes (Nord), a rappelé que l’objectif, dans les 16 départements actuellement en confinement mais aussi sur le reste du territoire, est “de réduire au maximum les contacts et les interactions pour freiner le virus. Ce qui passe par un maximum de télétravail”.  En fin de semaine dernière, le Premier ministre avait, lui aussi, souhaité que “toutes les entreprises, toutes les administrations, poussent au maximum le télétravail, tout en maintenant une journée sur place pour les salariés qui le souhaitent”.

En télétravail, des risques de contamination diminués de 20 à 30%

Depuis novembre dernier, le temps de travail effectué en télétravail a été porté à 100% pour les salariés qui peuvent effectuer l’ensemble de leurs tâches à distance, Mais le recours au télétravail a diminué de manière “significative” depuis la fin de 2020. La ministre du Travail a rappelé  rappelé que les risques de contamination sont diminués de 20% pour les salariés qui télétravaillent et de 30% pour le ceux qui télétravaillent tous les jours.

  • Elle a appelé les entreprises à prendre leurs responsabilités en réduisant la part des salariés qui ne télétravaillent pas du tout et en demandant à «ceux qui télétravaillent “1, 2 ou 3 jours par semaine” de le faire un jour de plus.
  • Elle a confirmé que les télétravailleurs “qui souffrent d’isolement” peuvent se rendre en entreprise un jour par semaine en cas de nécessité.

Ces mesures ont un rôle essentiel pour réduire au maximum le risque en supprimant les circonstances d’exposition. Selon le protocole sanitaire en entreprise, modifié le 16 février dernier : “la situation sanitaire conduit à renforcer la vigilance face à un risque épidémique qui est très élevé, comme en témoigne l’augmentation de l’incidence constatée sur tout le territoire. Il s’agit de mettre en œuvre des mesures permettant la poursuite de l’activité économique et la protection des salariés”.

En cette période de forte circulation du virus, les employeurs sont appelés à être particulièrement vigilants avec les salariés à risque de formes graves de Covid-19. Sont notamment concernées :

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus
  • Les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires, celles ayant un diabète non équilibré, celles en obésité (IMC>30), celles étant atteintes d’une immunodépression congénitale ou acquise, celles atteintes d’une maladie complexe (motoneurone, myasthénie, sclérose en plaque, maladie de Parkinson etc.) ou d’une maladie rare
  • Les femmes au troisième trimestre de leur grossesse.

Port du masque catégorie 1 sur le lieu de travail

Le port du masque est systématique au sein des entreprises dans les lieux collectifs clos. Il s’agit soit d’un masque “grand public filtration supérieure à 90%” (correspondant au masque dit de catégorie 1), soit d’un masque de type chirurgical. Il est associé au respect d’une distance physique d’au moins un mètre entre les personnes, de l’hygiène des mains, des gestes barrières, ainsi que du nettoyage, de la ventilation, de l’aération des locaux, de la mise en œuvre d’une politique de prévention et de la gestion des flux de personnes.

Pour les personnes qui travaillent en extérieur, le port du masque est nécessaire en cas de regroupement ou d’incapacité de respecter la distance de deux mètres entre personnes.

Quelles sont les exceptions ? Une dérogation au port du masque est possible :

  • lorsque le salarié est seul dans son bureau
  • en atelier, dès lors que les conditions de ventilation / aération fonctionnelles sont conformes à la réglementation, que le nombre de personnes présentes dans la zone de travail est limité, que ces personnes respectent la plus grande distance possible entre elles, au moins 2 mètres, y compris dans leurs déplacements, et portent une visière.

En outre, le protocole autorise à retirer temporairement son masque à certains moments dans la journée, “dès lors qu’un certain nombre de mesures sont prises, par exemple l’existence d’une extraction d’air fonctionnelle ou d’une ventilation ou aération adaptée”.

A lire aussi :

  • Quel est le profil des malades touchés par le coronavirus ?
  • A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?
  • Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?
  • Coronavirus : peut-on utiliser la climatisation sans risque ?
  • Le coronavirus peut-il atteindre notre cerveau ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique