qop

Covid-19 : plus de masques en tissu en entreprise

25 Jan. 2021

Invité du 20h de TF1 jeudi soir, le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré qu’il suivait les recommandations du Haut conseil de santé publique (HCSP) et qu’il recommandait lui aussi ” de ne plus porter les masques faits à la maison” y compris ceux réalisés grâce au tutoriel de l’Afnor. La forte contagiosité des nouveaux variants du covid-19 avait poussé Didier Lepelletier, coprésident du groupe de travail Covid-19 du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) à intervenir en début de semaine dernière sur le port du masque, expliquant que les masques artisanaux en tissu ne filtraient pas assez.

Le secrétaire d’État chargé de la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, a annoncé dimanche sur France Info que le protocole sanitaire en entreprise va être adapté pour que les masques artisanaux ne soient plus portés en entreprise.

L’OMS et l’Académie de médecine défendent les masques en tissu

Ce nouveau principe de précaution “manque de preuves scientifiques” pour l’Académie nationale de médecine qui souligne dans un communiqué que “l’efficacité des masques “grand public” n’a jamais été prise en faut s lors qu’ils sont correctement portés”. De son côté, elle recommande de ne pas modifier les gestes barrière tels qu’ils ont été définis et améliorés depuis plusieurs mois mais demande à ce que les bonnes pratiques soient respectées :

  • Le masque doit être porté en permanence dans l’espace public, même quand la distanciation physique devient supérieure à 1 mètre.
  • Il doit couvrir la bouche et le nez et doit être changé au bout de 4 heures ou lorsqu’il devient humide.
  • L’état des masques en tissu doit être contrôlé après chaque lavage avec détergent, et ils ne doivent plus être portés à la moindre trace de détérioration.

Enfin, l’Académie de médecine suggère que dans les transports en commun le port du masque s’accompagne d’une précaution très simple : éviter de parler et de téléphoner, afin que le virus ne se propage pas dans l’autobus ou la rame de métro.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) défend, elle aussi, les masques en tissu non chirurgicaux, qui “peuvent être utilisés par toutes les personnes âgées de moins de 60 ans qui ne présentent pas des problèmes de santé particuliers” a déclaré Maria Van Kerkhove, responsable de la gestion de la pandémie à l’OMS.

Quels masques a-t-on le droit de porter ?

“Restent valides les masques dont le pouvoir filtrant est supérieur à 90%” a souligné le ministre de la Santé Olivier Véran, invité de la matinale de France Inter mardi matin. C’est-à-dire la quasi totalité des masques grand public dits de “niveau 1” vendus dans le commerce.

La classification des masques en tissu a été établie au printemps dernier lorsque la pénurie de masques a poussé toutes les couturières à suivre le patron de l’Afnor pour faire des masques maison. Les masques à usage non sanitaire dits “de catégorie 1” doivent présenter un pouvoir filtrant supérieur à 90% tandis que les masques dits “de catégorie 2” (eux aussi désormais bannis) ne filtrent les particules qu’à plus de 70%. Quant aux masques maison, ils ne disposent, bien évidemment, d’aucune homologation.

Le Décret qui précise les nouvelles dispositions sur le port du masque devrait être publié prochainement au Journal officiel, a confirmé le ministère de la Santé. Dès la publication du décret, les seuls masques autorisés dans l’espace public seront donc les masques chirurgicaux (ceux qui ont une face bleue et une face blanche), les FFP2 (les plus protecteurs, désormais obligatoires en Bavière) et les masques en tissu industriels dits de catégorie 1 dont les performances de filtration (90%) doivent être clairement inscrites sur l’emballage.

A lire aussi :

  • Porter deux masques, est-ce que c’est plus efficace ?
  • Oui ou non, peut-on laver les masques chirurgicaux ?
  • Masques en tissu : attention aux malfaçons

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique