Covid-19 : l’anakinra, un médicament qui donne des résultats « encourageants »

24 Août. 2020

Avez-vous déjà entendu parler de l’anakinra ? Ce médicament (Kineret®, c’est son nom commercial) est utilisé dans le cadre du traitement de la polyarthrite rhumatoïde : il lutte en particulier contre les mécanismes inflammatoires qui caractérisent les maladies auto-immunes.

Deux équipes françaises s’intéressent à l’anakinra pour combattre les formes sévères du Covid-19, la maladie provoquée par l’infection à coronavirus Sars-Cov-2. En effet : ce médicament anti-rhumatismal serait capable de réduire le risque de décès et le besoin d’être placé sous respiration artificielle en réanimation.

Anakinra : un médicament qui lutterait contre l’orage de cytokine

Dans le détail, l’anakinra serait capable d’atténuer l’orage cytokinique lié à l’infection virale, c’est-à-dire l’emballement de la production de cellules immunitaires dans le corps qui entraîne une réaction de défense démesurée, responsable de dégâts importants au niveau des organes (cœur, reins, poumons…) Cette réaction incontrôlée pouvant mener au syndrome de détresse respiratoire, et potentiellement au décès. L’anakinra cible plus précisément l’interleukine-1 (IL-1), une cytokine impliquée dans cette « tempête inflammatoire ».

Dans le cas du virus, cet orage cytokinique se produit en moyenne « environ une semaine après l’infection », précise au Parisien, Jean-Jacques Mourad, chef de service de médecine interne du groupe hospitalier Paris-Saint-Joseph (GHPSJ).

Résultats encourageants

L’anakinra, un traitement possible pour les formes sévères de Covid-19 ? Les chercheurs restent prudents, malgré des chiffres plutôt positifs. Une étude récente a été menée sur 12 patients âgés de 61 ans en moyenne et hospitalisés à l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Tous ont reçu ce médicament et ont été tirés d’affaire alors que, « dans un groupe contrôle de 10 patients au profil très similaire, on a déploré deux décès », explique dans le quotidien La Provence, le professeur Gilles Kaplanski, spécialiste de médecine interne et d’immunologie.

Une autre étude, menée sur un groupe de 52 patients par le Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph était également encourageante : un quart d’entre eux traités avec l’anakinra ont été transférés en réanimation ou sont décédés, contre environ 73 % de ceux n’ayant pas eu ce médicament, selon cette étude publiée dans The Lancet fin mai 2020. « Dans l’attente de résultats d’essais contrôlés, l’anakinra donne de l’espoir pour ceux qui sont gravement touchés par la Covid-19 » concluent les auteurs. Qui soulignent en outre le « profil de sécurité favorable » de ce médicament.

À lire aussi :

Dexamethasone : un immunomodulateur qui réduit la mortalité des patients en réanimation

L’antiviral Remdesivir : futur traitement du coronavirus ?

Covid-19 : même légèrement atteints, les malades développent une immunité

L’ivermectine : cet antiparasitaire pourrait être un remède au coronavirus

Coronavirus : une piste de traitement grâce aux anticorps de lamas ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Ecoutez & Regardez

Collagen Beauty Booster Pamplemousse

32,90€

Avec qop finies les crèmes, optez pour une solution à diluer pour plus d'efficacité et moins de contraintes. Soin du visage anti-rides et anti-âge, résultats visibles au bout de 30 jours.

Boîte de 30 sticks. Livraison gratuite à partir de 50€ d'achats *

Zéro Retouche & Zéro Injection. Une peau Parfaite & Rapide & Efficace.

Plus d'infos →

Quantité

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer