qop

Covid-19 : la faute au réchauffement climatique ?

9 Fév. 2021

Les chercheurs de l’Université de Cambridge (Grande-Bretagne) se sont penchés sur le réchauffement climatique, et plus précisément sur le déplacement des populations de chauve-souris pour tenter de déterminer s’il y avait un lien avec l’apparition du Covid-19 il y a un an. Et leur réponse semble bien être positive. Ils notent en effet qu’en colonisant de nouvelles régions du monde, les chauves-souris ont pu se confronter à des interactions avec des animaux qu’elles ne côtoyaient pas jusqu’alors, ce qui aurait modifié les risques de transmission des virus d’une espèce à une autre.

“La province du Yunnan, au sud de la Chine, et les régions voisines du Myanmar et du Laos forment un point chaud mondial de l’augmentation de la richesse des chauves-souris due au changement climatique” souligne le Dr Robert Beyer, chercheur au département de zoologie de l’Université de Cambridge et pincipal auteur de l’étude publiée dans Science of the total environnment. “Cette région coïncide avec l’origine spatiale probable des ancêtres du SRAS-CoV-1 et du SRAS-CoV-2 transmis par les chauves-souris”.

Un virus qui voyage avec les chauve-souris

Pour obtenir leurs résultats, les chercheurs ont créé une carte de la végétation mondiale telle qu’elle était il y a un siècle, en utilisant des enregistrements de température, de précipitations et de couverture nuageuse. Ils ont également étudié les besoins en végétation des espèces de chauves-souris pour déterminer leur répartition mondiale au début du XXe siècle. La comparaison avec les cartes actuelles leur a permis de voir comment à mesure que le changement climatique modifiait les habitats, les espèces de chauve-souris ont quitté certaines zones et se sont déplacées vers d’autres – emportant leurs virus avec elles. “Cela a non seulement modifié les régions où les virus sont présents, mais a très probablement permis de nouvelles interactions entre les animaux et les virus, entraînant la transmission ou l’évolution de virus plus dangereux”  déclare le Dr Beyer.

Source :

Shifts in global bat diversity suggest a possible role of climate change in the emergence of SARS-CoV-1 and SARS-CoV-2, 26 janvier 2021, Science of the total environnment

A lire aussi :

  • Covid-19 : les vaccins parviendront-ils (vraiment) à mettre un terme à l’épidémie de coronavirus ?
  • Covid-19 : à quoi va servir l’enquête de l’OMS en Chine ?
  • Maladies infectieuses : les rats d’élevage sont porteurs de virus encore inconnus

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique