qop collagene

Covid-19 : la faute au réchauffement climatique ?

9 Fév. 2021

Les chercheurs de l’Université de Cambridge (Grande-Bretagne) se sont penchés sur le réchauffement climatique, et plus précisément sur le déplacement des populations de chauve-souris pour tenter de déterminer s’il y avait un lien avec l’apparition du Covid-19 il y a un an. Et leur réponse semble bien être positive. Ils notent en effet qu’en colonisant de nouvelles régions du monde, les chauves-souris ont pu se confronter à des interactions avec des animaux qu’elles ne côtoyaient pas jusqu’alors, ce qui aurait modifié les risques de transmission des virus d’une espèce à une autre.

« La province du Yunnan, au sud de la Chine, et les régions voisines du Myanmar et du Laos forment un point chaud mondial de l’augmentation de la richesse des chauves-souris due au changement climatique » souligne le Dr Robert Beyer, chercheur au département de zoologie de l’Université de Cambridge et pincipal auteur de l’étude publiée dans Science of the total environnment. « Cette région coïncide avec l’origine spatiale probable des ancêtres du SRAS-CoV-1 et du SRAS-CoV-2 transmis par les chauves-souris ».

Un virus qui voyage avec les chauve-souris

Pour obtenir leurs résultats, les chercheurs ont créé une carte de la végétation mondiale telle qu’elle était il y a un siècle, en utilisant des enregistrements de température, de précipitations et de couverture nuageuse. Ils ont également étudié les besoins en végétation des espèces de chauves-souris pour déterminer leur répartition mondiale au début du XXe siècle. La comparaison avec les cartes actuelles leur a permis de voir comment à mesure que le changement climatique modifiait les habitats, les espèces de chauve-souris ont quitté certaines zones et se sont déplacées vers d’autres – emportant leurs virus avec elles. « Cela a non seulement modifié les régions où les virus sont présents, mais a très probablement permis de nouvelles interactions entre les animaux et les virus, entraînant la transmission ou l’évolution de virus plus dangereux »  déclare le Dr Beyer.

Source :

Shifts in global bat diversity suggest a possible role of climate change in the emergence of SARS-CoV-1 and SARS-CoV-2, 26 janvier 2021, Science of the total environnment

A lire aussi :

  • Covid-19 : les vaccins parviendront-ils (vraiment) à mettre un terme à l’épidémie de coronavirus ?
  • Covid-19 : à quoi va servir l’enquête de l’OMS en Chine ?
  • Maladies infectieuses : les rats d’élevage sont porteurs de virus encore inconnus

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This