qop

Covid-19 : faut-il boire du vin pour se protéger contre le virus ?

6 Fév. 2021

C’est une information qui circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours : pour se protéger contre le Covid-19, la maladie provoquée par l’infection au coronavirus Sars-Cov-2, il faudrait… boire du vin.

Mais attention : si cette information a fait le bonheur des viticulteurs, une profession lourdement impactée par la crise économique et sanitaire, elle n’est pas tout à fait exacte. Il est en effet incorrect d’affirmer que boire du vin empêche la contamination par le coronavirus Sars-Cov-2.

À l’origine de cette quasi-fake news, il y a une étude, publiée le 1er décembre 2020 dans la revue spécialisée American Journal of Cancer Research. Des chercheurs de la China Medical University (à Taïwan) y expliquent avoir identifié plusieurs molécules efficaces pour prévenir le Covid-19 : la catéchine, le kaempférol, le resvératrol ou encore l’acide tannique.

L’acide tannique est efficace contre le Covid-19, oui… mais en laboratoire

C’est cette dernière molécule (un polyphénol de la famille des tanins) qui a fait couler de l’encre : en effet, on trouve de l’acide tannique dans certains aliments industriels (sur les étiquettes, il se cache derrière le code E181) mais aussi… dans le vin. D’après les chercheurs taïwanais, l’acide tannique réduirait de 90 % l’activité enzymatique du coronavirus Sars-Cov-2, l’empêchant ainsi de pénétrer dans les cellules de l’organisme.

Est-ce que ça signifie qu’il faut boire du vin pour ne pas attraper le Covid-19 ? Non, pour plusieurs raisons. Primo, parce que ces recherches ont été menées en laboratoire : or, il n’est pas possible de généraliser un résultat obtenu in vitro à l’Homme. Deuzio, parce que l’acide tannique n’est pas uniquement présent dans le vin : on le retrouve aussi dans certaines légumineuses et dans certains fruits (framboises, bananes, kakis…). Tertio, parce qu’au-delà de l’acide tannique, les chercheurs ont aussi montré l’intérêt de la catéchine, du kaempférol ou encore du resvératrol, des antioxydants présents dans de nombreux fruits et légumes.

Depuis des décennies on trouve des résultats qui indiquent que tel ou tel polyphénol aurait des activités biologiques in vitro. À partir de ces résultats, tous les lobbys – principalement du tabac de l’alcool – se saisissent de quelques éléments et généralisent leurs effets” remarque le Dr. Axel Kahn, médecin et généticien, auprès de nos confrères du Parisien. Bref, “se protéger contre le Covid” n’est pas un bon prétexte pour (re)prendre l’apéritif…

À lire aussi :

  • Le top des aliments anti-âge
  • Zoom sur le thé matcha
  • Le moringa, l’arbre détox

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique