qop

Covid-19 : 17% des Français ont été infectés, estime l’Institut Pasteur

24 Fév. 2021

Comprendre comment le coronavirus se propage dans la population est important pour anticiper l’évolution de l’épidémie et pour évaluer l’efficacité des mesures sanitaires. A cet effet, l‘Institut Pasteur utilise des modèles mathématiques pour décrire les dynamiques épidémiques.

Cela permet d’apprécier la proportion de la population qui pourrait avoir acquis une immunité (au moins partielle et de court terme) contre le SARS-CoV-2 suite à une infection naturelle”, explique l’Institut Pasteur. Mais aussi de produire des projections pour anticiper sur le court terme les besoins hospitaliers des patients Covid-19.

La méthodologie utilisée par les chercheurs pour construire les modèles mathématiques a évolué au cours du temps. En mai 2020, la proportion de Français contaminée par le coronavirus était estimée à moins de 5 %, avec des variations importantes entre région (de l’ordre de 10% en Ile de France et dans le Grand Est).

Aujourd’hui, selon une nouvelle estimation, réalisée en collaboration avec Santé Publique France, l’Institut Pasteur estime qu’environ 17% des plus de 20 ans a été infectée par le virus entre le début de l’épidémie et le 16 février dernier.

Pour arriver à ce résultat, l’Institut Pasteur se base sur le nombre de personnes hospitalisées par région et par tranche d’âge, en analysant conjointement les données françaises d’hospitalisation et de séroprévalence (des prises de sang pour identifier la présence d’anticorps anti-SARS-CoV-2 donc une infection passée).

“Pour chaque groupe d’âge, nous comparons le nombre d’hospitalisations qu’il y a eu durant la première vague avec le nombre d’infections estimées par la grande enquête de séroprévalence SAPRIS durant cette vague. Nous en déduisons une estimation des probabilités d’être hospitalisé lorsqu’on est infecté, pour chaque groupe d’âge, explique l’Institut Pasteur. Connaissant les nombres de personnes hospitalisées chaque jour par groupes d’âge, nous pouvons ensuite utiliser les probabilités d’hospitalisation pour estimer le nombre d’infections survenues dans chaque groupe au cours du temps.”

Des disparités selon les régions et selon les âges 

La carte visualisant le taux de personnes infectées par département fait apparaître des disparités, avec une France globalement coupée en deux selon un axe Est/Ouest, la côté Ouest apparaissant clairement comme épargnée par l’épidémie. L’Ile-de-France ressort par ailleurs comme la région la plus touchée, avec près de 30% de sa population infectée. Suivie par la région PACA (23%) et la région Grand-Est (20%).

Les disparités sont également visibles selon l’âge. Ainsi, les 50-70 ans, sont environ 10% à être immunisés, contre près de 25% des moins de 40 ans.

Estimations les plus récentes de la proportion de la population adulte (au dessus de 20 ans) ayant été infectée par SARS-CoV-2 dans les différentes régions de France métropolitaine.

Il est possible que l’immunité s’estompe avec le temps 

Il faut bien faire attention à l’interprétation de ces estimations, souligne encore Pasteur. Il s’agit d’estimations, car “les données utilisées dans ces modèles, ne captent qu’une petite proportion des infections. Par ailleurs, “une personne peut perdre ses anticorps avec le temps”, souligne l’Institut, biaisant de fait l’estimation de la population infectée.

La proportion d’infectés que nous estimons doit donc être interprétée comme une borne supérieure pour la proportion de la population étant immunisée suite à une infection.”

Quand les variants compliquent les pronostics 

L’émergence de variants plus transmissibles fait craindre une dégradation de l’épidémie. Mais dans le même temps, la vaccination devrait progressivement réduire la tension sur le système de santé. Les analyses de l’Institut Pasteur suggèrent que la vaccination des plus fragiles est essentielle pour limiter l’impact de l’épidémie et réduire le nombre d’hospitalisations. Mais à condition de renforcer le tester-tracer-protéger ou/et les mesures de contrôle supplémentaires pour compenser l’effet de l’augmentation de la transmission liée aux variants.  

Lire aussi :

  • L’immunité croisée, c’est quoi ?
  • Qu’est-ce que la stratégie “0 Covid” ?
  • Covid-19 : les vaccins parviendront-ils (vraiment) à mettre un terme à l’épidémie de coronavirus ?
  • Covid-19 : les enfants protégés par leur système immunitaire inné

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique