qop

Carte Covid-19 : de nouveaux départements sous surveillance renforcée ?

4 Mar. 2021

La situation sanitaire reste tendue avec un nombre de nouvelles contaminations qui progresse (plus de 26 000 le 3 mars) et un impact hospitalier réel. L’OMS, dans son dernier bilan épidémiologique déplore la première hausse des cas d’infection depuis près de deux mois au niveau mondial. Et précise que la France fait partie des cinq pays (avec les Etats-Unis, le Brésil, l’Italie et l’Inde) ayant signalé le plus grand nombre de nouveaux cas la semaine dernière, avec une hausse de 14%. Parmi les “raisons possibles”, l’OMS évoque “la propagation préoccupante et continue de variants plus transmissibles, l’assouplissement des mesures sanitaires et sociales et la lassitude à l’égard du respect des gestes barrières et autres mesures de prévention.

En France, le variant anglais, qui est plus contagieux, diffuse à bas bruit. Plus d’un cas sur 2 de contamination est désormais lié au variant anglais, a indiqué Olivier Véran ce 25 février.

De nouvelles mesures annoncées ce jeudi 4 mars ?

Suite au Conseil de défense, mercredi matin à l’Élysée, Gabriel Attal a fait un point sur la situation sanitaire : “les nouvelles contaminations se maintiennent à un niveau élevé, nos services de réanimation sont pleins à plus de 70%. Les données sanitaires démontrent que les contaminations augmentent. Ce n’est pas une explosion mais une montée continue et préoccupante. Toute la France n’est pas touchée de manière homogène. Cela appelle une réponse différenciée”. Le gouvernement miserait sur un retour à une vie plus normale “peut-être dès la mi-avril”.

Dans certains des 20 départements actuellement en “surveillance renforcée”, des mesures de freinage comme le couvre-feu le week-end pourraient être annoncées ce jeudi pour une entrée en vigueur dès samedi. Le département du Pas-de-Calais, où le taux d’incidence a grimpé (plus de 1 000 cas pour 100 000 habitants dans l’agglomération de Dunkerque) pourrait être affecté par un confinement les week-ends. Mardi soir, le préfet du Pas-de-Calais avait préconisé le reconfinement du département pour les trois prochains week-ends.

La liste des vingt départements placés en “vigilance renforcée” a été actualisée selon le Parisien, qui précise que “des territoires sortent de la liste, quand d’autres y entrent. Au total, une nouvelle carte comptabilisant un peu plus de départements en alerte que la précédente sera dévoilée.”

Une stratégie sanitaire territorialisée

Alors que 82% des résidents en Ehpad ont été vaccinés, le gouvernement a bon espoir que la montée en puissance de la campagne de vaccination va permettre de limiter les formes sévères et donc les hospitalisations. Mais pour l’heure, les modèles de l’Institut Pasteur prévoient une augmentation des admissions hospitalières, dans plusieurs régions. “Malheureusement, l’effet des vaccins risque d’être insuffisant pour éviter une reprise forte de l’épidémie du fait des variants”, souligne au Parisien, Simon Cauchemez, membre du Conseil scientifique et directeur de l’unité modélisation mathématique à l’Institut Pasteur.

Le gouvernement se refuse toutefois à reconfiner totalement. “Le confinement est un levier dont il faut recourir quand il n’y a plus d’autres alternatives”, a déclaré Jean Castex jeudi 25 février. Il opte désormais pour une stratégie territorialisée, en lien avec les élus locaux, au cas par cas, comme cela a été fait dans certains territoires : en Moselle, à Mayotte, à Nice et à Dunkerque.

20 départements en “surveillance renforcée” :

  • Alpes-Maritimes
  • Bouches du Rhône
  • Drôme
  • Eure-et-Loir
  • Meurthe-et-Moselle
  • Moselle
  • Nord
  • Oise
  • Pas-de-Calais
  • Rhône
  • Paris
  • Seine-et-Marne
  • Yvelines
  • Somme
  • Var
  • Essonne
  • Hauts-de-Seine
  • Seine-Saint-Denis
  • Val-de-Marne
  • Val-d’Oise

Pas de confinement à Paris ?

Cette semaine, préfets et élus locaux ont pu se concerter pour définir des actions localisées.

Alors que la mairie de Paris avait, dans un premier temps, fait savoir qu’elle allait proposer un confinement de trois semaines pour la capitale et l’Ile-de-France, Anne Hidalgo a finalement affirmé qu’elle s’opposait à cette mesure qu’elle jugeait lundidifficile, dure voire même inhumaine“. En attendant, la surveillance des eaux usées d’Ile-de-France par le réseau Obépine montre une augmentation de la présence du variant anglais du Covid-19. “Aujourd’hui, nous atteignons 50% de variant anglais sur l’ensemble du territoire francilien, sans différence notable selon les zones”, indiquait, ce mercredi 3 mars, l’observatoire à France Bleu Paris.

Lire aussi :

  • Covid-19 : les anticorps monoclonaux en 3 points clés
  • Covid-19 : 17% des Français ont été infectés, estime l’Institut Pasteur
  • Vaccin anti-Covid : Janssen et CureVac devraient arriver en mai en France
  • Covid-19 : une explosion des dérives sectaires en France, alerte Marlène Schiappa

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour à la boutique