qop-collagene

Cancer du sein : 20% des femmes ont du mal à retourner travailler un an après leur traitement

28 Déc. 2019

Des chercheuses de l’Inserm ont étudié 1900 femmes de moins de 57 ans, touchées par un cancer du sein, employées au moment de leur diagnostic. Elles se sont rendues compte que 1 femme sur 5 peinait à reprendre le travail un an après l’arrêt du traitement, pour de multiples raisons.

Le retour au travail est globalement compliqué pour les femmes en rémission d’un cancer du sein. Les chercheurs expliquent cela de différentes manières : “le stade de la maladie, l’état de santé général des femmes au moment du diagnostic de la maladie incluant la présence d’autres pathologies comme les troubles musculo-squelettiques, les toxicités et effets secondaires des traitements, la qualité de vie, différents types de fatigue, selon qu’elle est physique, émotionnelle ou cognitive, l’anxiété, la dépression ainsi que des caractéristiques sociodémographiques (âge, vie en couple…) et socioprofessionnelles.

Variable selon la toxicité du traitement

L’étude a isolé les trois principaux freins à la reprise d’une activité professionnelle : la difficulté d’un travail manuel, les symptômes dépressifs et la toxicité du traitement utilisé. En effet, toutes les chimiothérapies ne sont pas dosées de la même manière, et leur incidence sur le corps est de fait, variable. Certains traitements laissent davantage d’effets secondaires qui entraînent une fatigue physique et/ou psychologique.

Le communiqué souligne : “De manière globale, les chercheurs ont constaté que 21 % de femmes ne reprenaient pas le travail ; parmi ces femmes, 74 % étaient en arrêt maladie, 9 % à la recherche d’un emploi et 17 % étaient dans une autre situation.

Lire aussi :

Les colorations permanentes augmentent-elles le risque de cancer du sein ?

Cancer du sein : un médicament pourrait bloquer sa propagation

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This