Promo !

Rupture de stock

1 complément à boire par jour

Améliore l’hydratation et la souplesse de la peau

Améliore la douceur de la peau en réduisant le nombre de sillons en micro-relief

Prévient la formation de rides profondes

En savoir plus →

Promo !

Pack 3 boîtes promo

89,90€ au lieu de 119,70€

Rupture de stock

Offre promo limitée:

3 boîtes de 30 sticks à 89,90€ au lieu de 119,70, + livraison gratuite*

En savoir plus →

Promo !

Pack 6 boîtes promo

160,00€ au lieu de 239,40€

Rupture de stock

Offre promo limitée:

6 boîtes de 30 sticks à 160,00€ au lieu de 239,40, + livraison gratuite*

En savoir plus →

Notre collagène n’est provisoirement plus disponibleRupture de stock suite à un nombre important de commandes, veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Vous pouvez prè-réserver vos boîtes  (Aucun paiement ne vous sera demandé)

Campagne de test dépistage du coronavirus : qui est concerné ? 

25 Juin. 2020

Alors que le Conseil scientifique juge « extrêmement probable » une deuxième vague de coronavirus à l’automne, le ministre de la Santé estime, dans un entretien au quotidien Le Monde daté du 25 juin, qu' »aucune hypothèse ne doit être négligée ». Olivier Véran évoque des avis d’experts, aussi multiples que divergents : ceux « qui disent qu’il n’y aura plus de vague épidémique », d’autres « plus nombreux », que le risque est « non négligeable ». Quant à savoir quand ? C’est là encore hypothétique : « certains la voient à l’automne, d’autres dans un ou deux ans, voire en 2024 » ! Quoi qu’il en soit, le ministre est clair : « nous devons nous préparer à toutes les hypothèses ».

Et se préparer, c’est mettre en place une stratégie, sous forme de deux volets.

D’abord, « tester, tester, tester« , ainsi que le conseillait l’OMS dès la fin mars. Avec l’objectif de traquer le virus, d’isoler les personnes contaminées et in fine casser les chaînes de transmission. Mais aussi d’éviter l’apparition de clusters, ces foyers parfois invisibles de personnes infectées mais non symptomatiques.

Pour l’heure, 250 000 tests sont réalisés chaque semaine, avec un taux de positivité de 1,5%.

Mais le ministre de la Santé annonce une accélération avec le lancement d’une campagne de dépistage coordonnées par l’Assurance maladie.

Campagne de dépistage : Pour qui ? Comment se faire dépister ?

Le dépistage va concerner les personnes volontaires dans les zones à risque.

Quatre régions regroupent actuellement 74 % des patients hospitalisés en réanimation en raison du Covid-19, selon Santé Publique France. Ces zones « à risque » sont : Ile-de-France, Grand-Est, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Hauts-de-France.

Au total, près de 1,3 million de personnes vivant dans trente communes d’Ile-de-France vont recevoir des « bons » de l’Assurance-maladie leur proposant d’aller faire un test virologique dans n’importe quel laboratoire public ou privé, même s’ils n’ont pas de symptômes.

Plus de lits de réanimation (et plus d’équipements)

Deuxième volet, complémentaire, limiter le risque de tension dans les hôpitaux, qui avait mené au confinement lors de la première vague. Pour cela, le gouvernement explique qu’il va augmenter les capacités de réanimation au moins à 12 000 lits. Rappelons que pour faire face à l’épidémie, elles étaient passées de 5 000 à 9 000 lits lors de la première vague.

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer