qop collagene

Aspirine, Nurofen ou Doliprane ne seront plus en accès libre

17 Déc. 2019

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) veut renforcer le rôle de conseil du pharmacien pour l’utilisation des médicaments contenant du paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et aspirine). C’est pourquoi, à compter du 15 janvier prochain, il faudra que vous demandiez ces antidouleurs à votre pharmacien car vous ne les trouverez plus en accès libre.

Eviter les surdosages

L’ANSM espère ainsi faire comprendre aux patients que ces médicaments ne sont pas anodins et que si l’on en prend trop, on s’expose des problèmes de santé.

« Ces médicaments sont sûrs et efficaces lorsqu’ils sont correctement utilisés, mais présentent des risques lors d’une utilisation inadéquate » souligne l’ANSM dans son communiqué.

Le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas de surdosage, pouvant conduire à des greffes du foie (la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France). Les AINS sont, quant à eux, susceptibles d’être à l’origine de complications rénales, de complications infectieuses graves et sont toxiques pour le fœtus en cas d’exposition à partir du début du 6e mois de grossesse (au-delà de 24 semaines d’aménorrhée).

Alors que les premiers virus arrivent, l’ANSM rappelle qu’en cas de douleur ou de fièvre :

  • Il faut toujours privilégier l’usage du paracétamol et ne jamais dépasser la dose de 3 g par jour.
  • Eviter les AINS en cas de varicelle.
  • En l’absence d’ordonnance, la durée maximale de traitement recommandée est de 3 jours en cas de fièvre et 5 jours en cas de douleur (au-delà, consulter un médecin).

A lire aussi :

  • Les antidouleurs ne fonctionnent pas si vous manquez de sommeil
  • Douleurs chroniques : 7 méthodes douces
  • Une nouvelle raison d’éviter le paracétamol pendant la grossesse

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This