qop-collagene

Anti-Covid : téléchargez les nouvelles attestations de déplacement

20 Mar. 2021

[Mise à jour, Samedi 20 mars, 15h00] “L’obligation de se munir d’une attestation en cas de sortie sera supprimée pour tout déplacement dans un rayon de 10km entre 6h et 19h”, indique Matignon ce samedi. “En cas de contrôle, il sera demandé de produire un simple justificatif de domicile. L’attestation et la justification du motif continueront d’être requises pour les déplacements de plus de 10 kilomètres.”

L’attestation de déplacement (confinement et couvre-feu) est téléchargeable sur le site du ministère de l’Intérieur : téléchargez l’attestation de déplacement.

À compter du 20 mars 2021, un couvre-feu s’applique de 19h à 6h sur l’ensemble du territoire métropolitain et 16 départements sont soumis à un confinement tous les jours de la semaine de 6h à 19h.

“L’attestation de déplacement dérogatoire est obligatoire pour se déplacer durant le couvre-feu de 19h à 6h sur l’ensemble du territoire. Elle est également obligatoire pour se déplacer entre 6h et 19h dans les 16 départements concernés par les mesures renforcées”, informe le gouvernement. Voici les 16 départements concernés : Aisne, Alpes-Maritimes, Essonne, Eure, Hauts-de-Seine, Nord, Oise, Paris, Pas-de-Calais, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Seine-Maritime, Somme, Val-de-Marne, Val-d’Oise et Yvelines.

Dans ces départements, les déplacements ne sont autorisés qu’au sein du département ou dans un périmètre défini par un rayon de 30 km autour du lieu de résidence sauf pour les motifs de déplacement signalés par un astérisque sur l’attestation.

De plus, les personnes résidant dans les départements n’étant pas soumis à des mesures renforcées ne peuvent entrer dans les départements soumis à des mesures renforcées au-delà d’un périmètre défini par un rayon de 30 km autour de leur lieu de résidence que pour les motifs signalés par un astérisque sur la présente attestation ainsi que dans le cadre de déplacements de longue distance conduisant seulement à un transit par une zone soumise à des mesures renforcées.

Le non-respect de l’ensemble de ces mesures entrainera :

  • Première sanction : une amende de 135 euros, majorée à 375 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l’avis de contravention)
  • En cas de récidive dans les 15 jours : une amende de 200 euros, majorée à 450 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l’avis de contravention)
  • Après 3 infractions en 30 jours : une amende de 3750 euros passible de 6 mois d’emprisonnement.

La nouvelle attestation de déplacement n’est pas encore à jour sur l’application Anti-Covid.

>> Si vous ne l’aviez pas téléchargée, l’application est disponible et téléchargeable gratuitement sur Play Store et sur App Store.

Rappelons que l’application AntiCovid est un outil supplémentaire dans la lutte contre le coronavirus.

Comment fonctionne l’appli Anti-Covid ? 

L’idée est de pouvoir prévenir -via une notification- les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif. Concrètement, l’application permet à un utilisateur de savoir s’il a croisé une personne positive au COVID-19, au moyen de la fonction Bluetooth du téléphone. Ces “cas contact”, qui ont croisé une personne positive à moins d’un mètre pendant au moins 15 minutes, sont invités à être testés et isolés. Et en cas de test positif, l’utilisateur reçoit un code qui lui permet de se déclarer porteur du virus à son tour sur l’application. Les données seront “pseudonymisées” et supprimées au bout de 14 jours.

Quelles sont les fonctionnalités de Anti-Covid ? 

  • Avec Anti Covid, l’utilisateur devait activer l’application une fois. Le problème c’est qu’elle tournait en arrière plan en permanence, cela usait la batterie. Désormais, il suffit d’activer soi-même manuellement Anti-Covid avant d’entrer dans lieu bondé, comme les transports en commun, un centre commercial, son entreprise, etc.
  • L’application propose un certain nombre d’informations sur la situation sanitaire. Il est ainsi possible d’accéder aux chiffres clés quotidiens de l’évolution du Covid-19 en France (taux d’incidence, taux d’occupation des lits…). 
  • Avec une déclinaison régionale et départementale des données : des informations en temps réel sur la circulation du virus dans sa région, son département, sa ville. Pour cela, il faut que l’utilisateur se géolocalise de lui-même (l’application ne le permet pas d’emblée afin de ne limiter son caractère intrusif).
  • Une carte interactive des lieux de dépistage.
  • L’application indique à l’instant T le nombre d’utilisateurs enregistrés, le nombre de QR codes pour les tests positifs et le nombre d’alertes envoyées.

Enfin, le gouvernement met à disposition deux outils numériques supplémentaires : une carte interactive des laboratoires et points de prélèvement sur le territoire national, est accessible sur depistagecovid.gouv.fr et des conseils personnalisés pour agir conte le virus, se protéger et la marche à suivre si l’on est contact ou contaminé sur mesconseilscovid.gouv.fr.

L’application est-elle obligatoire ?

L’application Tous Anti-Covid fonctionne sur la base du volontariat. Elle n’est pas obligatoire et peut être désinstallée si l’utilisateur le souhaite. Pour autant, elle n’est efficace que si un grand nombre de personnes y est connecté. Dans l’idéal, au minimum 60% de la population, selon une étude de l’université britannique d’Oxford.

Cédric O a rappelé ce 22 octobre, lors de la présentation de Tous Anti-Covid, l’intérêt de télécharger cette application, “un geste barrière supplémentaire” qui permet d’être averti si l’on croise une personne positive. Mais souligne-t-il, ce geste simple, n’est utile que si nous sommes nombreux à le faire. “Nous avons besoin de vous. Toutes les garanties ont été prises. Téléchargez-la et activez-la dès que vous allez dans un lieu ouvert au public.”

Est-ce une application de traçage numérique ?

En réponse aux critiques sur l’atteinte à la vie privée, le code source – mis à jour – de l’application a été publié en toute transparence jeudi.

Rappelons par ailleurs que la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) avait donné son feu vert à StopCovid. Le 27 mai, l’Assemblée nationale et le Sénat ont voté la mise en ligne de l’application. Afin de garantir la liberté, la sécurité et l’anonymat des français, l’application s’appuie sur 4 principes clés :

Respect de la vie privée

StopCovid utilise le signal bluetooth pour détecter un smartphone à proximité. La géolocalisation n’est pas utilisée, l’application ne peut donc pas tracer les déplacements.

Anonymat
L’application StopCovid est complètement anonyme. Elle génère seulement des pseudonymes (crypto-identifiants éphémères) qui ne sont pas associés à l’identité de l’utilisateur. Personne, pas même l’Etat, n’a accès à l’identité des utilisateurs.

Transparence
Les codes sources de l’application et la documentation ont été diffusés en open source, tout le monde peut y avoir accès.

Temporaire
StopCovid n’a pas vocation à perdurer après la crise sanitaire. Il s’agit uniquement d’un outil pour lutter contre cette épidémie et un cadre réglementaire est fixé en ce sens par décret.

Lire aussi :

  • Coronavirus ou pas ? Ce questionnaire vous conseille 
  • Coronavirus : comment se soigner à la maison ?
  • Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?
  • Qu’est-ce qu’un orage de cytokines ?

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

Share This