50% des préservatifs sur le marché ne sont pas conformes aux réglementations

24 Oct. 2020

Quand on achète ses préservatifs au supermarché ou à la pharmacie, on ne se pose pas forcément la question de savoir si ce sont des produits sûrs. A tort… La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a examiné 14 références, parmi les principales commercialisées sur le marché français, et souligne que 50% d’entre elles ne sont pas conformes.

Cette enquête fait notamment suite à sept plaintes portées en 2019. « Six d’entre elles étaient liées à des ruptures de préservatif et une autre à un problème d’odeur et d’éruptions cutanées. » La DGCCR s’est donc penchée sur l’analyse matérielle des produits qui n’a rien révélé d’anormal.

Une seule référence perforée, mais des problèmes de notice

A l’exception d’une référence, retirée du marché après que la DGCCR ait remarqué des perforations sur les préservatifs. Mais sur la plupart des produits, le problème ne réside pas vraiment dans la sécurité technique. Ce sont les notices d’utilisations qui sont pointées du doigt : jugées incomplètes, voire lacunaires. Les consommateurs ne sont pas suffisamment informés, les instructions d’utilisation manquent de précision.

La DGCCR rappelle que « les préservatifs relèvent de la classe IIb ou III des dispositifs médicaux, qui correspondent à un risque élevé potentiellement lié à leur mauvaise utilisation. » Cela dit, entre l’étude menée entre 2017/2018 et celle de 2019, le taux de conformité a remonté : à l’époque, 82% des préservatifs prélevés avaient été jugés non-conformes.

Les règles de conformités sont amenées à évoluer, notamment grâce à une nouvelle réglementation qui entrera en vigueur le 26 mai 2021 : « Le nouveau règlement prévoit notamment un renforcement des responsabilités des opérateurs, une évolution des règles de classification des produits et des procédures d’évaluation de leur conformité ou encore la mise en place d’un identifiant unique des dispositifs assurant leur traçabilité« .

Lire aussi :

  • 44 % des étudiants (seulement !) utilisent un préservatif à chaque rapport sexuel
  • Une deuxième marque de préservatifs désormais remboursée

Source: https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30 – Topsante.com

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer